Mots-clé : SF

« Braises de guerre » de Gareth L. Powell

Il y a peu de livre que j’ai mis autant de temps à lire… pas loin de 5 mois ! Et oui, ce roman était mon choix pour le partenariat d’avril de Denoël. Désolée du coup, Denoël…
Et pourtant ce récit de science-fiction n’est pas difficile d’accès en soi et m’a bien plu finalement ! Mais bon, parfois ça ne veut pas… Fatigue, transports en communs bondés, vacances qui s’intercalent. Braises de guerre n’a pas eu de chance avec moi, mais ça serait injuste de se dire qu’il est de piètre qualité à cause de conditions non bénéfiques à la lecture !

Dans l’espace intersidérale un équipage de récupération se fait un devoir de sauver tous les bâtiments naufragés afin de sauver un maximum de vies humaines ou extra-terrestres, quelque soient leurs factions. Cet équipage est commandé par la capitaine Sal Konstanz… mais le vrai catalyseur qui lie ces quelques membres est le vaisseau même, Le Chien à Problème. Ancien croiseur militaire doté d’une intelligence artificielle et d’un avatar féminin, Le Chien est écœuré par la violence de la guerre et cherche comme Sal Konstanz et le reste de l’équipe à racheter des fautes passées en sauvant des vies.
Leur prochaine mission consiste à porter secours a un vaisseau écrasé sur un objet spatial et à récupérer coûte que coûte Ona Sudak, une poétesse qui voyageait à son bord.
Bizarre, tous ces vaisseaux qui ont des avaries en ce moment… Et surtout, pourquoi le commandement veut spécialement récupérer une poétesse ?

Donc malgré des débuts laborieux, l’abandon de la lecture pendant plusieurs semaines, je me suis replongée dans cette histoire et je l’ai terminée avec plaisir. Le côté space opéra passe pas mal, la politique de l’univers est simple à comprendre – deux factions qui se sont affrontées et vivent maintenant une paix précaire – et les motivations des personnages sont simples mais efficaces.
Le personnage le plus sympa est bien entendu le vaisseau, Le Chien à Problème. Initialement elle faisait partie d’une « meute » de croiseurs de guerre, dont les intelligences artificielles ont été conçues à partir de racines canines et humaines. Contrairement aux autres vaisseaux de la meute, Le Chien a mal vécu un épisode sanglant de la guerre et souhaite avant tout se racheter. Si ce personnage est très sympa par son côté spontané et un peu bourrin, je trouve dommage qu’il ait fallut la doter d’un avatar humain pour communiquer avec les membres de l’équipage… même si je vois bien tous les avantages que cela procure pour scénariser le récit.

Une très bonne lecture donc, qui je viens de le constater, est la première partie d’une saga à venir. A voir ce que ça donnera sur la longueur, mais ce début est plutôt prometteur !

Bien entendu ce livre fait parti de ma liste pour le Challenge ABC !

Braises de guerre de Gareth L. Powell
Traduit de l’anglais par Mathieu Prioux
Editions Denoël – Collection Lune d’Encre – 400 pages
Paru le 1er mars 2019


« Delirium tome 2 : Pandemonium » de Lauren Oliver

Voilà enfin le moment où je peux franchir la ligne d’arrivée du marathon qu’est le Challenge ABC ! C’était vraiment sur le fil cette année, j’ai fini cette dernière lecture pas plus tard que ce matin…
Pour bien finir ce challenge et plus globalement l’année, j’ai choisi cet auteur que j’avais apprécié il y a trois ans avec son Delirium : Lauren Oliver. Pandemonium est la suite directe de celui-ci, dans la pure veine des univers dystopiques de la littérature jeunesse.

Pour rappel, nous avions dans Delirium le portrait d’un monde où l’amour est banni. Afin de contrôler la population et d’organiser la société, l’amour a été déclarée comme étant une maladie. Afin de ne pas tomber malade, les jeunes adultes doivent subir une opération qui leur retirera la faculté d’aimer. Quelques semaines avant son opération qui fera d’elle une vraie citoyenne, Lena rencontre Alex, qui se trouve être un Invalide, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a pas subi l’opération… il vit dans la nature, caché, afin de rester libre avec d’autres résistants…

Nous avions donc laissé Lena juste derrière les grilles de la ville qu’elle venait de fuir avec l’aide d’Alex, devenu son amant. Elle le voit mourir sous le feu des Régulateurs… Après des jours de fuite dans la nature, sans rien à manger ni boire, elle finit par être recueillie par un groupe d’Invalides. Elle s’intègre au fil des mois dans cette communauté, où la vie est dure à cause du manque de médicaments, de nourriture et de confort… En souvenir d’Alex et raliée à la cause de ces dernier humains libre, elle décide de rejoindre la résistance et d’aider ses nouveaux amis à saboter le système mis en place par les Régulateurs. Va-t-elle trouver dans cette action le soulagement d’avoir perdu l’homme qu’elle aimait ?

Une fois de plus, j’ai bien accroché à ce récit. Il est simple et efficace, se lit vite… Les personnages et les situations sont assez classiques, et on se doute un peu de la direction que prendra l’histoire, mais ça n’est pas très grave dans ce genre de roman je trouve.
Bref, un roman qui questionne entre autre sur ce qu’on est prêt à accepter pour vivre dans une société ordonné et confortable,  ou au contraire ce qu’on est prêt à faire et renier pour vivre selon ses aspirations. Et surtout, qui nous dicte ces modèles de vie ? Où se situe la frontière entre la dictature et la liberté ?

Une lecture très sympathique pour finir l’année en beauté… et maintenant sus au challenge 2019 ! Et rendez-vous l’an prochain pour, en principe, la chronique du 3ème opus de la série Delirium 😉

« Escarmouche » de Clifford D. Simak

J’avais presque oublié que mon beau-frère, amateur de science-fiction classique, m’avait prêté ce recueil de nouvelles il y a fort fort longtemps (il y a bien 5 ou 6 ans… désolée…).

Lors de ma recherche des livres courts dont le nom de l’auteur correspond à mes lettres manquantes pour le challenge ABC, j’ai exhumé cette relique d’un des rois de la SF. Un vieux bouquin comme on en trouve plus, aux pages jaunies, la tranche orange foncée et surtout à la couverture ornée d’une magnifique illustration représentant une femme à moitié dénudée (qui bien sûre n’a rien à voir avec le contenu de l’ouvrage). Bref, le bon vieux temps de la SF !
Nous sommes ici devant un recueil de nouvelles classique comme on en faisait dans le temps : quelques nouvelles du maître, préfacée par celui-ci. Pas du grand Simak à mon humble avis, mais quelques nouvelles m’ont tout de même interpellées ou amusées. 
Car c’est là le style de l’âge d’or de la SF : faire rêver, réfléchir mais aussi amuser son lecteur.

La thématique centrale tourne autour des premières rencontres entre humains et extra-terrestres, et ce pour les trois quarts des nouvelles. Il y a de quoi faire ! Surtout quand les aliens viennent tenter de conquérir notre planète…

La plus sympa en prend le contre-pied, Gros Coup. Ici c’est une bande de baroudeurs de l’espace, sans foi ni lois, qui cherchent à se faire de l’argent avec tout ce qu’ils trouvent sur les planètes sur lesquelles ils accostent. Sur l’une d’elle, ils découvrent une machine qui permet de lire des enregistrements qui vous propulsent littéralement dans une réalité virtuelle. L’idéal pour apprendre des choses… mais aussi pour faire voyager de riches clients terriens ! Ici les extra-terrestres font preuve de finesse pour éviter une mauvaise utilisation de leur université ambulante…

Un recueil pas vraiment nécessaire pour votre connaissance du maître, mais pas désagréable à lire… 

« Rétrograde » de Peter Cawdron

Pour le partenariat Denoël d’octobre j’ai suivi mes inclinations habituelles en choisissant un roman de SF… qui de plus me permet d’avancer sur mon challenge ABC 😉
Est-ce que cette aventure martienne est à la hauteur de ce qui est annoncé, c’est à dire une déclinaison de Seul sur Mars ?

Dans un avenir pas si lointain, une centaine de colons vivent sur Mars afin d’étudier la planète rouge. La base est divisée en 4 modules correspondants aux grandes nations impliquées dans l’exploration spatiale : les Etats-Unis, la Chine, la Russie, et l’Eurasie. Alors que la mission prévue pour durer 10 ans se déroule on ne peut mieux, une nouvelle terrifiante arrive de la Terre : une guerre nucléaire a débuté !
New-York, Chicago, Paris, Moscou… ont été rasées par des bombes atomiques, les moyens de communication et Internet ont été bloqués, peu d’informations fiable circulent… un black-out mondial !
Comment gérer cette information lorsqu’on est sur Mars et qu’on a aucune nouvelle de ses proches ? Quel pays a tiré le premier, et pourquoi ? Est-ce que la guerre terrienne aura des répercussions sur les relations entre les colons de différentes nationalités sur une planète lointaine ?

Nous suivons ce drame au travers les yeux de Liz Anderson, une scientifique du module américain. On rentre très rapidement dans le cœur du sujet, et le côté hard SF qu’on s’attend à voir, avec tous les descriptifs des modules, de la surface martienne, des rovers… est assez bien dilué dans l’action.
J’ai apprécié l’intrigue construite en escalier tout du long du récit, ce qui nous permet de nous identifier à la situation des colons, à coup d’annonces successives qui aident à la recoller les morceaux de l’histoire qui a conduit à la guerre sur Terre. Pendant toute la première partie du livre on cherche à savoir quel pays a pu se lancer dans ce conflit en premier… et la réponse de l’auteur m’a assez surprise. Bien vu 😉
Si la fin est un peu brouillon pour justifier le tout (difficile d’être clair ici pour ne pas spoiler), il a l’avantage de nous questionner sur la nature de l’humanité…

Bref, au final, j’ai tout de même passé un bon moment !
Merci Denoël pour ce partenariat !

Rétrograde de Peter Cawdron
Traduit de l’anglais par Mathieu Prioux
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 304 pages
Paru le 11 octobre 2018

« Autonome » d’Annalee Newitz

Une fois n’est pas coutume mon choix pour le partenariat Denoël s’est porté sur de la science-fiction ! Mais là je m’éloigne un peu de mes univers de prédilection, car il est beaucoup question de robots pour une fois… mais pas dans un univers asimovien, mais une réalité aussi cruelle et cynique que la nôtre. Bienvenue au 22ème siècle !

2144, Jack est une pirate dans tous les sens dans lesquels on pourrait l’entendre : elle vit dans un sous-marin pour échapper aux autorités, car elle gagne sa vie en copiant des médicaments brevetés qu’elle revend au marché noir.
Mais un jour, un de ses médicament piraté -du Zacuity- mène à la folie et à la mort des personnes qui l’ont pris. Est-ce sa recette qui pose problème ? Non, c’est bien la version du labo pharmaceutique qui est létale !
Elle doit trouver un moyen de le faire savoir au monde avant que le Zacuity soit répandu, et trouver un remède pour sauver les consommateurs de ces pilules enfermés dans leur folie.
Au même moment, le bureau des brevets, sur les ordre du laboratoire pharmaceutique, lance deux agents à la recherche de Jack pour la faire taire définitivement : Eliasz et le biobot Paladin, dont c’est la première mission.

L’intérêt de ce roman est qu’il rend accessible la réflexion sur les brevets dans le secteur de la biologie, la pharmaceutique etc… et nous met en garde contre le fait de donner le plein pouvoir sur la santé de l’humanité à quelques entreprises.
En parallèle les histoires croisée de Troized l’esclave libéré par Jack et Paladin la biobot de combat sont aussi intéressante.
La création des robots a posé des questions sur la possibilité d’asservir ou non des humains, et la grosse différence entre les deux reste que les humains ne peuvent être esclaves à la naissance… mais peuvent le devenir. Les réflexions de Paladin sur le monde, les humains, la liberté sont assez amusantes parfois… comme toute intelligence artificielle elle tente de mieux comprendre son monde pour s’améliorer, et surtout Eliasz.
Là où j’ai moins adhéré c’est sur l’histoire d’amour entre Paladin et Eliasz… mais bon, pourquoi pas…

Bref, une lecture pas désagréable mais pas exceptionnelle non plus…
Merci Denoël pour le partenariat, qui me permet d’avancer dans mon challenge ABC !

Autonome d’Annalee Newitz
Traduit de l’anglais par Gilles Goullet
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 336 pages
Paru le 7 juin 2018

« Jésus Vidéo » d’Andreas Eschbach

Voilà un livre qui était dans ma PAL depuis un sacré moment… Pensez ! Un récit qui traite de voyage dans le temps et décryptage de mystère autour de Jésus… Tout ce que j’aime !
J’ai donc assez peu hésité en voyant ce titre disponible en livre audio sur Audible.

Fin des années 90, sur un site de fouille dans le désert israélien… Une découverte sensationnelle est faite par un jeune homme, Stephen Foxx : près d’un squelette antique, il retrouve une pochette en plastique dans laquelle se trouve la notice d’un caméscope Sony qui n’est pas encore sorti sur le marché.
Bientôt le directeur des fouille et un magnat de l’information, aidés d’un écrivain en science-fiction, montent une hypothèse incroyable : les ossements retrouvés seraient ceux d’un voyageur temporel qui aurait remonté le temps jusqu’au 1er siècle pour filmer Jésus Christ !
Mais de son côté Stephen n’a pas dit son dernier mot et aidé de Judith et Joshua, deux jeunes archéologues, il va chercher lui aussi la caméra… si elle existe réellement !

Voilà début prometteur pour un roman de science-fiction teinté d’analyses historiques… Mais ici le voyage dans le temps est finalement un prétexte pour un roman d’aventure teinté de thriller. Mais tout de même, l’auteur ne reste pas sur une seule théorie expliquant cette bizarrerie dans l’espace temps, et on peut s’amuser avec les personnages à déterminer pourquoi et comment ce voyageur en est arrivé la….
Ce qui est assez dommage, c’est que les personnages sont assez peu attachants. Nous suivons la chasse au trésors de deux loups au dents longues : Stephen Foxx le jeune cabot américain qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Marc Zuckerberg (10 ans avant, bravo), et John Kaun, le même mais en beaucoup plus vieux et beaucoup plus riche, dont la ressemblance avec Trump est à peine déguisée à travers les lignes du roman.
Bref, un roman trop lié à son époque : des vrais winners à l’américaine, des technologies très présente mais désuètes aujourd’hui, des ficelles de théories du complots avec au centre le Vatican… ça a un côté grosses ficelles 20 ans après sa parution.

J’ai trouvé l’histoire assez moyenne malgré le concept de base… heureusement les multiples rebondissements à la fin du roman donneraient presque envie de lire la suite, L’affaire Jésus. Dommage, j’avais adoré Des milliards de tapis de cheveux du même auteur…

Bref, un roman pas désagréable à lire mais pas essentiel, qui me permet de cocher une case dans le Challenge ABC.

 

« 22/11/63 » de Stephen King

Mes rendez-vous avec Stephen King deviennent rares, même si j’apprécie son univers depuis mon adolescence.
Avec mon crédit Audible de Mai, je me suis laissée séduire par les commentaires dithyrambiques autour de 22/22/63, paru en 2011, autant dire il y a un sacré moment. Aux premières secondes d’écoute, je me suis même aperçue que j’avais regardé une série TV il y a quelques années tiré de ce roman !
Bref, 22/11/63 est-il bien le monument du maître King de ces dernières années ?

Dans le Maine des années 2000, Jake Epping est un professeur de lettres travaillant dans un lycée de Lisbon Fall. En plus d’enseigner l’anglais à des adolescents, il s’occupe d’une classe pour adulte souhaitant passer leur diplôme de fin de secondaire. C’est en lisant la rédaction d’un de ses élève âgé de plus de 50 ans, Harry, qu’il découvre son histoire : dans les années 50, le père de celui-ci a assassiné toute sa famille et l’a blessé et handicapé à vie. Si ce drame n’avait pas eu lieu, Harry ne serait certainement pas si « lent », ne boiterait pas, et ferait surement un autre métier qu’homme à tout faire du lycée…
C’est alors que le propriétaire du restaurant à burger local contacte Jake. Très malade, il doit avant de ne plus pouvoir le faire lui montrer sa grande découverte : dans son arrière-boutique se trouve un « trou » lui permettant de retourner dans le passé… en 1958 uniquement. Et il a un grand projet pour Jake, celui d’empêcher l’assassinat de Kennedy !

Il n’y a pas à dire, nous sommes ici devant du grand Stephen King ! Entre fantastique, science-fiction et roman historique, nous suivons les aventures de Jake dans le passé. Après quelques tâtonnements, il apprend à utiliser le portail temporel pour améliorer le futur… sachant que le trou ne peut l’envoyer qu’en 1958, et que chaque nouvelle arrivée dans le passé remet tous les compteurs à zéro. Il va donc essayer de changer la petite histoire en sauvant la vie de la famille d’Harry, avant de s’attaquer à la filature de Lee Harvey Oswald… Mais en 5 ans on imagine bien qu’il va faire des rencontres !
Toute une partie du roman tourne autour de la vie de Jake au Texas, où il travaille dans un lycée et rencontre une jeune femme… et finalement il leur arrive plus d’aventures dans la campagne texanne que lors de ses enquêtes autour de la famille de l’assassin du président.

Bref, une très  belle découverte… Le roman est un peu long tout de même (36 heures d’écoute !), mais ça passe pas trop mal pour nous mettre dans l’ambiance des années 50. On voit les Etats-Unis autrement après ça 😉

Et au passage, une lecture pour le challenge ABC !

« Sous Béton » de Karoline Georges

Pour le partenariat Folio d’avril je me suis laissée tentée par un court roman de SF, en mode contre-utopie post-apocalyptique, et surprise, se déroulant dans un bâtiment-ville à la même manière que Silo que je viens juste de terminer ! Décidément, le genre est à la mode dans les récits d’anticipation !

Depuis sa naissance l’enfant vit dans la même cellule, entouré de ses deux parents, au 5969eme étage de l’Edifice en Béton Total.
Privé d’individualité, l’enfant n’a pas de nom. Il évolue dans la crainte des coups du père qui d’abruti aux anesthésiants et devant une mère craignant l’expulsion du bâtiment. Car ils le voient tous sur l’écran de la cellule : dehors c’est l’anarchie et la mort. Vivre sous le béton vaut mieux que de devoir sortir…
Suite à une prise de conscience cartésienne, l’enfant voudrait voir plus loin… mais cela est dangereux dans ce monde.

Je me demande encore ce que j’ai lu, en parcourant les pages de ce huis clos plus poétique que narratif. On flirte aussi parfois avec la philosophie, un peu avec la SF, et même parfois avec le paranormal, voir l’ésotérisme. Par moment je me suis demandée si on était pas devant la description d’une pathologie psychiatrique, du genre d’une des personnalités d’un malade de trouble dissociatif enfermée dans son cerveau, qui chercherait à savoir ce qui se passe quand on prend le contrôle.
Bref, une lecture OVNI, qui m’a marqué par son rythme et son style, mais pas plus plu que cela… je ne sais vraiment pas comment l’interpréter et ça me gêne.

Mais c’est amusant de voir comment un thème, celui de la ville / monde tenant dans un bâtiment et la simplification d’une structure sociale, est traité par différents auteurs.
Par exemple, contrairement à Silo qui tente de créer une structure où la survie de l’humain est au centre (du moins en théorie), dans Sous Béton, c’est la structure même, l’Edifice qui importe. J’ai pensé à des univers comme celui de Soleil Vert, en plus radical, en lisant ces pages. Là où les humains ont des rôles opérationnels dans Silo, ici, les rôles de chacun sont flous, mal définis…
Là où ils se rejoignent, c’est sur le danger de devoir aller dehors, la grande peur inculquée dès le plus jeune âge à grand coup d’écrans et de propagande.

Une découverte qui n’est pas inintéressante, mais pas un coup de foudre… J’aime qu’on me raconte des histoires, ou encore les romans qui me donnent à réfléchir. J’ai l’impression d’avoir eu ni l’un ni l’autre ici. Mais bon, cela me permet de parfaire ma connaissance du genre des paradis inhabitables !
Merci Folio pour ce partenariat, qui une fois n’est pas coutume me permet d’alimenter mon Challenge ABC !

 

« Silo, tome 1 » de Hugh Howey

Ce qui est sympa avec Audible, c’est de pouvoir envoyer son premier livre à un ami lorsque vous vous créez un compte. C’est comme cela que j’ai reçu de la part de Mickael le premier tome de Silo, dont je n’avais jamais entendu parler (et rétrospectivement, honte à moi).

Dans un monde post-apocalyptique qui ressemble beaucoup au notre, une communauté d’humains vit dans un  silo sous terre.
Le sherif Holston attend dans sa cellule d’être envoyé « au nettoyage », c’est à dire banni du silo, pour avoir dit des mots interdits. Sortir du silo, alors que l’air est pollué de toxines, c’est signer son arrêt de mort. Heureusement, grâce à une combinaison spéciale, il pourra vivre assez longtemps pour nettoyer les caméras qui permettent de surveiller les alentours.
Désormais privée de shérif, Marie Jahn, la mairesse du silo, va aller nommer un candidat choisi avec l’adjoint au shérif Marnes : Juliette Nichols. La route pour lui faire passer un entretien d’embauche va être longue, 144 étages à descendre pour atteindre celui où vit Juliette, l’étage le plus profond, celui des machines… Là où l’électricité est fabriquée…

Difficile de résumer ce long ouvrage de SF contre-utopique et post-apocalyptique.
Le monde du silo est très bien détaillé. Chaque étage à sa fonction : l’administration et les services dans le tiers supérieur, l’agriculture au milieu, et tout en bas l’industrie. Chaque habitant du silo à une place définie, de la naissance -réglementée- jusqu’à sa mort.
Malgré la modernité des machineries et de certains outils informatiques, certaines fonctions sont archaïques. Par exemple les messages électroniques sont tellement chers à envoyer que les habitants passent plutôt par des porteurs à pied, dont la tache est de transiter les produits d’un étage à un autre…

Côté récit, on est pris par cette histoire complexe et riche. On déteste les méchants et on a de la sympathie pour les gentils… mais de manière nuancé. On comprend bien les motivations qui poussent les antagonistes à agir comme ils le font et de la même manière, les bons ont parfois des comportement qui mènent au désastre.
En échangeant avec Mickael, celui-ci me disait trouver dans ce livre des longueurs dues à la foule de détails. C’est peut être là la force et la faiblesse de ce récit !

Dans la lignée du chef d’oeuvre de Robert Silverberg, Les Monades Urbaines, avec une teinte de survivalisme… je le conseille !

Cette lecture est parfaite pour remplir une case du challenge ABC, pour la lettre H 😉

« Hamlet au paradis » de Jo Walton

Hamlet au paradisDernière lecture de l’année pour le club SF de Folio ! Une occasion supplémentaire de lire un roman de Joe Walton… Je ne connaissais pas cet auteur il y a encore 2 ans, et rien qu’en 2017 j’aurais lu 3 de ses ouvrages ! J’ai choisi Hamlet au paradis car il se trouve que c’est le second tome de la trilogie du Subtil Changement,  venant après Le Cercle de Farthing, que j’avais apprécié sans plus…

Nous retrouvons l’inspecteur Carmichael dans une nouvelle enquête londonnienne, en 1949. Une actrice de théâtre célèbre est retrouvée morte, tuée dans l’explosion d’une bombe… la guerre entre le Royaume-Unis et l’Allemagne est pourtant terminée ! Comment est-ce possible en ce temps de paix porté par Hitler et le ministre anglais Normanby?
Et si elle n’était pas la victime innocente d’une bombe mal désamorcée du Blitz, mais une terroriste s’étant faite exploser en fabriquant une bombe artisanale ?
En parallèle, Viola Lark, une actrice issue de l’aristocratie, se prépare pour un grand rôle : celui de Hamlet, où le sexe des personnages est inversé. Elle a à peine le temps de se réjouir que sa sœur communiste la contacte, ce qui va conduire la pauvre Viola à devenir à son tour une révolutionnaire.

Comme la fois précédente, nous gravitons autour du domaine de l’aristocratie britannique, avec quelques intrigues politiques comme décors. Il faut bien justifier une mort violente non ? 😉
Le gros atout de ce roman est pour moi l’incursion dans les coulisses d’une pièce de théâtre : comment elle est produite, montée, scénarisée, répétée… jusqu’à la grande première ! Très instructif…
Comme avec Le Cercle de Farthing, l’univers ne m’a pas déplu, on rentre bien dans l’uchronie où l’Allemagne d’Hitler et l’Angleterre sont en paix. Mais il me manque quelque chose… L’histoire d’amour est sans saveur, on ne croit pas une seconde à la manipulation de Viola qui l’amène à devenir une terroriste, et on retrouve encore quelques schémas dont Joe Walton est friande (mari violent, aristocrates reniant leurs origines…). Enfin j’ai tout de même préféré les personnages de cet opus, un peu plus charismatiques à mon goût.
Reste à voir ce que le dernier tome nous réserve… car même si je ne suis pas plus emballée que ça par la saga, j’ai quand même envie de savoir comment elle va se terminer !
Merci Folio pour ce partenariat ! 🙂