Mots-clé : SF

« Le problème à trois corps » de Liu Cixin

Peu de lecture pendant le confinement au final, car j’avais décidé de m’attaquer à de gros morceaux… Dont le premier volume de la Trilogie des Trois Corps de l’auteur chinois Liu Cixin, en mode audio.
On est ici dans de la hard-SF comme j’en lis assez peu finalement… Et ça n’est pas le genre de livre à lire avant de s’endormir, car il faut suivre un minimum quand y connais rien en astrophysique comme moi.

Lors de la révolution Communiste chinoise, l’astrophysicienne Ye Wenjie est sur un projet de communication avec d’éventuelles vies extra-terrestres. Confinée dans une base secrète dans les montagnes chinoise, elle reçoit un jour une réponse de l’espace. Celle-ci est un peu étrange, car elle met en garde les humains et leur demande de ne pas répondre à ce message, pour ne pas dévoiler leur position et attirer vers eux ce peuple extra-terrestre.  Ye Wenjie qui a vécu les horreurs de la Révolution Culturelle chinoise, du martyr de son père jusqu’à la folie idéologique dans le pays, décide de répondre en espérant que les extra-terrestres pourront aider l’humanité à trouver la voie de la sagesse, de gré ou de force. Le temps que les messages soient transmis et que leur flotte fasse le voyage, dans 400 ans, ils envahiront la Terre.
De nos jours, une société secrète dont Ye Wenjie est la leader prépare les plus grands penseurs terriens à la venue des ces sauveurs de l’espace… Via une sorte de jeu vidéo en réalité virtuelle, ils présentent les Tri-Solariens, dont la planète est régie par trois soleils, rendant son climat très aléatoire et la vie quasi impossible. Ces Tri-Solariens qui vont bientôt débarquer sur notre planète…

Si le début du livre est un peu déroutant, car un peu long à se mettre en place, à la fin de celui-ci on a qu’une envie, connaitre la suite !
J’ai adoré la présentation de la planète de Tri-Solaris, qui est au centre du titre du livre, avec son problème à trois corps réputé insoluble en mécanique orbitale. La planète va d’un de ses trois soleils à l’autre et son orbite est assez chaotique : parfois il règne un froid atroce, d’autre une chaleur brûlante. Parfois même la vie est presque réduite à néant sur la surface de Tri-Solaris. Heureusement ses habitants ont la possibilité de se déshydrater, pour se mettre en quelque sorte en hibernation. Mais les Tri-Solariens survivent plutôt que de vivent… La possibilité pour eux d’annexer une planète aussi accueillante que la Terre est une aubaine !

Petite difficulté pour moi, surtout en mode audio, le nombre de noms de personnages en chinois… C’est bête, mais j’étais souvent perdue. Je dois avoir plutôt une mémoire visuelle !

J’espère donc avoir bientôt l’occasion de lire ou écouter le second tome de la trilogie, La forêt sombre.

Bien entendu, ce livre me permet de cocher une case sur mon Challenge ABC !

« Les vents du temps » de Chad Oliver

Voilà un petit moment que j’avais mis dans ma PAL ce livre… les auteurs en « O » pour les challenges ABC ne sont pas si courants ! Mais fallait-il encore le trouver, car nous avons ici un vieil ouvrage de science-fiction (il suffit de jeter un œil à la couverture)… écrit bien avant que l’homme voyage dans l’espace, c’est pour dire !

Weston Chase, médecin ORL de Los Angeles, a décidé de profiter de ses congés avec sa femme en allant dans son endroit favori : un petit chalet dans les montagnes du Colorado. Il prend son matériel de pêche pour aller taquiner le saumon dans un lieu vierge de tout présence humaine, un petit plan d’eau dans les hauteurs…
C’est alors qu’il se fait surprendre par une averse et part se cacher dans une grotte, et là, il tombe sur un homme étrange qui semble sortir de la paroi même de la caverne ! Est-ce un homme ? Weston tente de s’enfuir… mais l’homme de la caverne le kidnappe.
Pendant plusieurs semaine Weston va rester là avec lui, cet humain étrange, qui va lui raconter son histoire et celle de ses camarades : il vient d’une autre planète, Lortas, et tente d’y retourner !

Au départ j’ai cru que j’allais me retrouver dans un Rip l’endormi de Washington Irving modernisé, ou La princesse de Mars d’Edgar Rice Burrough inversée…
Mais non, on est devant une histoire de voyage dans le temps plutôt maline.
En effet, les extra-terrestres sont en fait des explorateurs de planètes. Ils recherchent une planète sœur pour pouvoir faire évoluer culturellement la leur, Lortas. S’ils ont bien trouvé des centaines de planètes où l’homme vit, elles ne sont pas toutes dans le même état que Lortas : invariablement, l’homme évolue, trouve une arme qui peut tous les anéantir, et fait sauter sa planète, la transformant en désert.

Un accident de vaisseau les oblige à rester sur notre Terre au tout début de l’humanité… Et pas de quoi réparer un vaisseau au milieu des Cro-Magnons ! Mais un petit sommeil de quelques milliers d’années grâce à un produit d’hibernation pour voyage galactique les amènent jusque dans les années 50. Leur pari, que l’homme ait découvert les astronefs sans se faire sauter avec cette technologie.

Ici l’auteur pense que l’humanité a passé ce cap et a donc la sagesse nécessaire pour faire des habitants de la Terre des frères des Lortas.
Force est de constater que 70 ans plus tard les voyages dans l’espace existent, on ne s’est pas encore auto-pulvérisés avec l’énergie atomique. En revanche je ne suis pas certaine que ce qu’on a réussi à faire de notre planète fait de nous des puits de sagesse…

Bref, un roman rafraîchissant sur le paradoxe de Fermi, qui donne envie de croire en notre résilience et dans la fraternité, surtout en ces temps de confinement !

« Delirium, tome 3 » de Lauren Oliver

Troisième et (presque) dernier volet de la saga Delirium, au style rappelant résolument la littérature jeunesse de Hunger Game.
Dans ce monde où l’amour est considéré comme une maladie, les amoureux et les citoyens épris de liberté finiront-ils par triompher ?

Depuis l’attaque de la Résistance dans le précédent épisode, les autorités sont de plus en plus sur les nerfs. La population doit être gardée sous contrôle, et quoi de mieux pour cela que de leur prouver à grands renforts d’images que les ennemis du gouvernement sont âprement combattu ?
Lena vit toujours dans la nature avec son nouveau compagnon, ramené lors du dernier raid en ville : Julian, le fils d’un dirigeant anti-delirium. Mais quelle est sa surprise quand elle voit réapparaître celui que tous croyaient mort, Alex, son premier amour. Celui-là même qui l’a faite s’enfuir du carcan de la ville quelques mois plus tôt ! La situation risque d’être tendue… sans compter que la troupe de résistants est poursuivie par les Régulateurs qui souhaitent éliminer toutes les poches de rebellions.
En parallèle, Hana, l’amie de Lena que nous avions vue dans le tome 1 a été opérée et doit épouser le jeune maire de la ville, Fred Hargrove. Mais le conte de fée vire au cauchemar… le beau Fred semble bien être un sacré psychopathe !

Trois tomes c’était bien, il n’en aurait pas fallut un quatrième… Et encore, je viens de m’apercevoir qu’il y a des histoires « Hors Série » sous forme de nouvelles se focalisant sur Raven (une des leader résistante du groupe de Lena), Annabel (la mère de Lena), Alex ou encore Hana. D’ailleurs cette dernière est présente à la fin de l’édition que j’ai lue.
Bref, on commence un peu à tourner en rond ici. Dystopie dirigée par des politiciens au gant de fer, histoires d’amour compliquées, familles à protéger, désirs de révolutions qui mettrons forcément en danger des innocents (d’où de grosses crises existentielles), marathons dans les forêts ou les rues en flamme… On retrouve quelques recettes du genre, banalisées par le best-seller Hunger Game.

Heureusement on alterne un chapitre vu par Lena, puis un par Hana. Cela permet de dynamiser un peu le récit et de redonner de l’intérêt au roman.
L’histoire d’Hana et de son futur mariage de l’horreur donne du piquant au récit. On le voit venir, mais son futur époux est un vrai sosie de Barbe Bleue… Il a quelques secret inavouables et est assez porté sur la violence et la torture.

Que ce soit côté Lena ou côté Hana, on ne fait pas dans la finesse psychologique, mais ça passe, finalement… Surtout quand on se dit qu’on en voit le bout !
Voilà une belle aventure qui s’achève et une nouvelle lecture pour le challenge ABC. Mais vous l’aurez compris, j’ai tout de même préféré les deux premiers opus.


« Braises de guerre » de Gareth L. Powell

Il y a peu de livre que j’ai mis autant de temps à lire… pas loin de 5 mois ! Et oui, ce roman était mon choix pour le partenariat d’avril de Denoël. Désolée du coup, Denoël…
Et pourtant ce récit de science-fiction n’est pas difficile d’accès en soi et m’a bien plu finalement ! Mais bon, parfois ça ne veut pas… Fatigue, transports en communs bondés, vacances qui s’intercalent. Braises de guerre n’a pas eu de chance avec moi, mais ça serait injuste de se dire qu’il est de piètre qualité à cause de conditions non bénéfiques à la lecture !

Dans l’espace intersidérale un équipage de récupération se fait un devoir de sauver tous les bâtiments naufragés afin de sauver un maximum de vies humaines ou extra-terrestres, quelque soient leurs factions. Cet équipage est commandé par la capitaine Sal Konstanz… mais le vrai catalyseur qui lie ces quelques membres est le vaisseau même, Le Chien à Problème. Ancien croiseur militaire doté d’une intelligence artificielle et d’un avatar féminin, Le Chien est écœuré par la violence de la guerre et cherche comme Sal Konstanz et le reste de l’équipe à racheter des fautes passées en sauvant des vies.
Leur prochaine mission consiste à porter secours a un vaisseau écrasé sur un objet spatial et à récupérer coûte que coûte Ona Sudak, une poétesse qui voyageait à son bord.
Bizarre, tous ces vaisseaux qui ont des avaries en ce moment… Et surtout, pourquoi le commandement veut spécialement récupérer une poétesse ?

Donc malgré des débuts laborieux, l’abandon de la lecture pendant plusieurs semaines, je me suis replongée dans cette histoire et je l’ai terminée avec plaisir. Le côté space opéra passe pas mal, la politique de l’univers est simple à comprendre – deux factions qui se sont affrontées et vivent maintenant une paix précaire – et les motivations des personnages sont simples mais efficaces.
Le personnage le plus sympa est bien entendu le vaisseau, Le Chien à Problème. Initialement elle faisait partie d’une « meute » de croiseurs de guerre, dont les intelligences artificielles ont été conçues à partir de racines canines et humaines. Contrairement aux autres vaisseaux de la meute, Le Chien a mal vécu un épisode sanglant de la guerre et souhaite avant tout se racheter. Si ce personnage est très sympa par son côté spontané et un peu bourrin, je trouve dommage qu’il ait fallut la doter d’un avatar humain pour communiquer avec les membres de l’équipage… même si je vois bien tous les avantages que cela procure pour scénariser le récit.

Une très bonne lecture donc, qui je viens de le constater, est la première partie d’une saga à venir. A voir ce que ça donnera sur la longueur, mais ce début est plutôt prometteur !

Bien entendu ce livre fait parti de ma liste pour le Challenge ABC !

Braises de guerre de Gareth L. Powell
Traduit de l’anglais par Mathieu Prioux
Editions Denoël – Collection Lune d’Encre – 400 pages
Paru le 1er mars 2019


« Delirium tome 2 : Pandemonium » de Lauren Oliver

Voilà enfin le moment où je peux franchir la ligne d’arrivée du marathon qu’est le Challenge ABC ! C’était vraiment sur le fil cette année, j’ai fini cette dernière lecture pas plus tard que ce matin…
Pour bien finir ce challenge et plus globalement l’année, j’ai choisi cet auteur que j’avais apprécié il y a trois ans avec son Delirium : Lauren Oliver. Pandemonium est la suite directe de celui-ci, dans la pure veine des univers dystopiques de la littérature jeunesse.

Pour rappel, nous avions dans Delirium le portrait d’un monde où l’amour est banni. Afin de contrôler la population et d’organiser la société, l’amour a été déclarée comme étant une maladie. Afin de ne pas tomber malade, les jeunes adultes doivent subir une opération qui leur retirera la faculté d’aimer. Quelques semaines avant son opération qui fera d’elle une vraie citoyenne, Lena rencontre Alex, qui se trouve être un Invalide, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a pas subi l’opération… il vit dans la nature, caché, afin de rester libre avec d’autres résistants…

Nous avions donc laissé Lena juste derrière les grilles de la ville qu’elle venait de fuir avec l’aide d’Alex, devenu son amant. Elle le voit mourir sous le feu des Régulateurs… Après des jours de fuite dans la nature, sans rien à manger ni boire, elle finit par être recueillie par un groupe d’Invalides. Elle s’intègre au fil des mois dans cette communauté, où la vie est dure à cause du manque de médicaments, de nourriture et de confort… En souvenir d’Alex et raliée à la cause de ces dernier humains libre, elle décide de rejoindre la résistance et d’aider ses nouveaux amis à saboter le système mis en place par les Régulateurs. Va-t-elle trouver dans cette action le soulagement d’avoir perdu l’homme qu’elle aimait ?

Une fois de plus, j’ai bien accroché à ce récit. Il est simple et efficace, se lit vite… Les personnages et les situations sont assez classiques, et on se doute un peu de la direction que prendra l’histoire, mais ça n’est pas très grave dans ce genre de roman je trouve.
Bref, un roman qui questionne entre autre sur ce qu’on est prêt à accepter pour vivre dans une société ordonné et confortable,  ou au contraire ce qu’on est prêt à faire et renier pour vivre selon ses aspirations. Et surtout, qui nous dicte ces modèles de vie ? Où se situe la frontière entre la dictature et la liberté ?

Une lecture très sympathique pour finir l’année en beauté… et maintenant sus au challenge 2019 ! Et rendez-vous l’an prochain pour, en principe, la chronique du 3ème opus de la série Delirium 😉

« Escarmouche » de Clifford D. Simak

J’avais presque oublié que mon beau-frère, amateur de science-fiction classique, m’avait prêté ce recueil de nouvelles il y a fort fort longtemps (il y a bien 5 ou 6 ans… désolée…).

Lors de ma recherche des livres courts dont le nom de l’auteur correspond à mes lettres manquantes pour le challenge ABC, j’ai exhumé cette relique d’un des rois de la SF. Un vieux bouquin comme on en trouve plus, aux pages jaunies, la tranche orange foncée et surtout à la couverture ornée d’une magnifique illustration représentant une femme à moitié dénudée (qui bien sûre n’a rien à voir avec le contenu de l’ouvrage). Bref, le bon vieux temps de la SF !
Nous sommes ici devant un recueil de nouvelles classique comme on en faisait dans le temps : quelques nouvelles du maître, préfacée par celui-ci. Pas du grand Simak à mon humble avis, mais quelques nouvelles m’ont tout de même interpellées ou amusées. 
Car c’est là le style de l’âge d’or de la SF : faire rêver, réfléchir mais aussi amuser son lecteur.

La thématique centrale tourne autour des premières rencontres entre humains et extra-terrestres, et ce pour les trois quarts des nouvelles. Il y a de quoi faire ! Surtout quand les aliens viennent tenter de conquérir notre planète…

La plus sympa en prend le contre-pied, Gros Coup. Ici c’est une bande de baroudeurs de l’espace, sans foi ni lois, qui cherchent à se faire de l’argent avec tout ce qu’ils trouvent sur les planètes sur lesquelles ils accostent. Sur l’une d’elle, ils découvrent une machine qui permet de lire des enregistrements qui vous propulsent littéralement dans une réalité virtuelle. L’idéal pour apprendre des choses… mais aussi pour faire voyager de riches clients terriens ! Ici les extra-terrestres font preuve de finesse pour éviter une mauvaise utilisation de leur université ambulante…

Un recueil pas vraiment nécessaire pour votre connaissance du maître, mais pas désagréable à lire… 

« Rétrograde » de Peter Cawdron

Pour le partenariat Denoël d’octobre j’ai suivi mes inclinations habituelles en choisissant un roman de SF… qui de plus me permet d’avancer sur mon challenge ABC 😉
Est-ce que cette aventure martienne est à la hauteur de ce qui est annoncé, c’est à dire une déclinaison de Seul sur Mars ?

Dans un avenir pas si lointain, une centaine de colons vivent sur Mars afin d’étudier la planète rouge. La base est divisée en 4 modules correspondants aux grandes nations impliquées dans l’exploration spatiale : les Etats-Unis, la Chine, la Russie, et l’Eurasie. Alors que la mission prévue pour durer 10 ans se déroule on ne peut mieux, une nouvelle terrifiante arrive de la Terre : une guerre nucléaire a débuté !
New-York, Chicago, Paris, Moscou… ont été rasées par des bombes atomiques, les moyens de communication et Internet ont été bloqués, peu d’informations fiable circulent… un black-out mondial !
Comment gérer cette information lorsqu’on est sur Mars et qu’on a aucune nouvelle de ses proches ? Quel pays a tiré le premier, et pourquoi ? Est-ce que la guerre terrienne aura des répercussions sur les relations entre les colons de différentes nationalités sur une planète lointaine ?

Nous suivons ce drame au travers les yeux de Liz Anderson, une scientifique du module américain. On rentre très rapidement dans le cœur du sujet, et le côté hard SF qu’on s’attend à voir, avec tous les descriptifs des modules, de la surface martienne, des rovers… est assez bien dilué dans l’action.
J’ai apprécié l’intrigue construite en escalier tout du long du récit, ce qui nous permet de nous identifier à la situation des colons, à coup d’annonces successives qui aident à la recoller les morceaux de l’histoire qui a conduit à la guerre sur Terre. Pendant toute la première partie du livre on cherche à savoir quel pays a pu se lancer dans ce conflit en premier… et la réponse de l’auteur m’a assez surprise. Bien vu 😉
Si la fin est un peu brouillon pour justifier le tout (difficile d’être clair ici pour ne pas spoiler), il a l’avantage de nous questionner sur la nature de l’humanité…

Bref, au final, j’ai tout de même passé un bon moment !
Merci Denoël pour ce partenariat !

Rétrograde de Peter Cawdron
Traduit de l’anglais par Mathieu Prioux
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 304 pages
Paru le 11 octobre 2018

« Autonome » d’Annalee Newitz

Une fois n’est pas coutume mon choix pour le partenariat Denoël s’est porté sur de la science-fiction ! Mais là je m’éloigne un peu de mes univers de prédilection, car il est beaucoup question de robots pour une fois… mais pas dans un univers asimovien, mais une réalité aussi cruelle et cynique que la nôtre. Bienvenue au 22ème siècle !

2144, Jack est une pirate dans tous les sens dans lesquels on pourrait l’entendre : elle vit dans un sous-marin pour échapper aux autorités, car elle gagne sa vie en copiant des médicaments brevetés qu’elle revend au marché noir.
Mais un jour, un de ses médicament piraté -du Zacuity- mène à la folie et à la mort des personnes qui l’ont pris. Est-ce sa recette qui pose problème ? Non, c’est bien la version du labo pharmaceutique qui est létale !
Elle doit trouver un moyen de le faire savoir au monde avant que le Zacuity soit répandu, et trouver un remède pour sauver les consommateurs de ces pilules enfermés dans leur folie.
Au même moment, le bureau des brevets, sur les ordre du laboratoire pharmaceutique, lance deux agents à la recherche de Jack pour la faire taire définitivement : Eliasz et le biobot Paladin, dont c’est la première mission.

L’intérêt de ce roman est qu’il rend accessible la réflexion sur les brevets dans le secteur de la biologie, la pharmaceutique etc… et nous met en garde contre le fait de donner le plein pouvoir sur la santé de l’humanité à quelques entreprises.
En parallèle les histoires croisée de Troized l’esclave libéré par Jack et Paladin la biobot de combat sont aussi intéressante.
La création des robots a posé des questions sur la possibilité d’asservir ou non des humains, et la grosse différence entre les deux reste que les humains ne peuvent être esclaves à la naissance… mais peuvent le devenir. Les réflexions de Paladin sur le monde, les humains, la liberté sont assez amusantes parfois… comme toute intelligence artificielle elle tente de mieux comprendre son monde pour s’améliorer, et surtout Eliasz.
Là où j’ai moins adhéré c’est sur l’histoire d’amour entre Paladin et Eliasz… mais bon, pourquoi pas…

Bref, une lecture pas désagréable mais pas exceptionnelle non plus…
Merci Denoël pour le partenariat, qui me permet d’avancer dans mon challenge ABC !

Autonome d’Annalee Newitz
Traduit de l’anglais par Gilles Goullet
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 336 pages
Paru le 7 juin 2018

« Jésus Vidéo » d’Andreas Eschbach

Voilà un livre qui était dans ma PAL depuis un sacré moment… Pensez ! Un récit qui traite de voyage dans le temps et décryptage de mystère autour de Jésus… Tout ce que j’aime !
J’ai donc assez peu hésité en voyant ce titre disponible en livre audio sur Audible.

Fin des années 90, sur un site de fouille dans le désert israélien… Une découverte sensationnelle est faite par un jeune homme, Stephen Foxx : près d’un squelette antique, il retrouve une pochette en plastique dans laquelle se trouve la notice d’un caméscope Sony qui n’est pas encore sorti sur le marché.
Bientôt le directeur des fouille et un magnat de l’information, aidés d’un écrivain en science-fiction, montent une hypothèse incroyable : les ossements retrouvés seraient ceux d’un voyageur temporel qui aurait remonté le temps jusqu’au 1er siècle pour filmer Jésus Christ !
Mais de son côté Stephen n’a pas dit son dernier mot et aidé de Judith et Joshua, deux jeunes archéologues, il va chercher lui aussi la caméra… si elle existe réellement !

Voilà début prometteur pour un roman de science-fiction teinté d’analyses historiques… Mais ici le voyage dans le temps est finalement un prétexte pour un roman d’aventure teinté de thriller. Mais tout de même, l’auteur ne reste pas sur une seule théorie expliquant cette bizarrerie dans l’espace temps, et on peut s’amuser avec les personnages à déterminer pourquoi et comment ce voyageur en est arrivé la….
Ce qui est assez dommage, c’est que les personnages sont assez peu attachants. Nous suivons la chasse au trésors de deux loups au dents longues : Stephen Foxx le jeune cabot américain qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Marc Zuckerberg (10 ans avant, bravo), et John Kaun, le même mais en beaucoup plus vieux et beaucoup plus riche, dont la ressemblance avec Trump est à peine déguisée à travers les lignes du roman.
Bref, un roman trop lié à son époque : des vrais winners à l’américaine, des technologies très présente mais désuètes aujourd’hui, des ficelles de théories du complots avec au centre le Vatican… ça a un côté grosses ficelles 20 ans après sa parution.

J’ai trouvé l’histoire assez moyenne malgré le concept de base… heureusement les multiples rebondissements à la fin du roman donneraient presque envie de lire la suite, L’affaire Jésus. Dommage, j’avais adoré Des milliards de tapis de cheveux du même auteur…

Bref, un roman pas désagréable à lire mais pas essentiel, qui me permet de cocher une case dans le Challenge ABC.

 

« Dans la toile du temps » d’Adrian Tchaikovsky

Il m’en aura fallut du temps pour lire le roman du partenariat d’avril de Denoël, mais devant un tel morceau de la littérature science-fiction (sous tous les sens du terme) il convient de prendre son temps. Et j’ai bien fait, car j’ai été emballée par une histoire comme celle-ci, mêlant expériences scientifiques de l’acabit de L’île du Docteur Moreau et exploration spatiale.

A bord du vaisseau spatial Gilgamesh, un énorme convoi d’humains en hibernation navigue vers un futur incertain. Maintenant que la Terre est devenue inhabitable, cette dernière parcelle de l’humanité doit trouver une planète où s’installer. Ils espèrent atteindre une de ces planète terraformée par leurs ancêtre de l’Ancien Empire.
Justement sur une de ces planète verte, il y a des milliers d’années, le professeur Avrana Kern avait fait en sorte que son expérience d’évolution express de singes à l’aide d’un nanovirus soit optimale en leurs offrant une terre idéale, pleine de ressources, de plantes et de petits animaux inoffensifs… Sauf que les singes ne sont jamais arrivés sur la planète, et se sont les araignées qui ont bénéficié du nanovirus qui accélère l’évolution ! Qu’est-ce que des araignées intelligentes sont capable de faire ? 

Entre l’épopée des araignées et de la construction de leur société, et celle des derniers humains qui font tout pour survivre dans l’espace, le tout suivies sur des millénaire on a de quoi s’emballer. 
La mise en parallèle des deux paradigmes est très plaisante. On voit les uns évoluer, les autres régresser… de quoi nous prouver que la civilisation n’est pas statique et ne va pas forcément vers le progrès.
Les personnages humains sont assez bien définis et non-manichéens,et leurs motivations nous parlent bien, même si on les vois faire de mauvais choix, mais pour de bonnes raisons…

Un excellent roman donc, qui nous parle de la force de l’histoire et des erreurs que nous répétons, de notre héritage, du poids du pouvoir, de la religion, du progrès technologique mais aussi social… et surtout la force de l’empathie pour trouver des solutions pour mieux vivre. Et surtout, un superbes récit de voyage dans le temps qui m’a vraiment fait partir… Je l’avoue, je ne vois plus les araignées de la même manière et j’hésite maintenant à les écraser 😉
Un coup de cœur et un roman pour le challenge ABC. Merci Denoël pour cette découverte !

Dans la Toile du temps – Adrian Tchaikovsky
Traduit de l’anglais par Henry-Luc Planchat 
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 592 pages
Paru le 12 avril 2018