Mots-clé : drame

« Les âmes des enfants endormis » de Mia Yun

L'âme de son enfants endormisPour le partenariat d’avril Denoël, il ne me restait plus grands choix… j’ai donc choisi ce roman par dépit. En le recevant, mon copain habitué à me voir avec de la SF, de la Fantasy, ou au pire des romans policiers, me demande « mais c’est quoi ce bouquin » ? Bonne question ! Après sa lecture, je peux affirmer qu’il s’agit d’un voyage plein de poésie et de nostalgie en Corée du Sud… l’Asie mystérieuse des fantômes et des tigres qui fument la pipe, mais surtout l’Asie qui a connue des siècles de guerre et d’occupation.

Kyung-A est une petite fille qui vit près de Séoul avec sa mère, son grand frère et sa grande sœur, dans une petite maison au portail bleu. Elle passe ses journées entre suivre son frère, jouer dans la rue ou dans son jardin, se faire peigner par sa mère ou par son étrange voisine…. En revanche son père est aux abonnés absents. C’est à peine si elle le reconnaît le jour où il revient au foyer, la bouche pleine de belles histoires et de promesses de fortune.
Au fil des années, loin de s’améliorer la situation de la famille va de mal en pis… et en grandissant Kyung-A prend conscience des dysfonctionnements de sa famille, mais aussi de la société. Les mariages arrangés, les femmes considérés comme des objets , le peu de liberté des classes laborieuses,… tout en apprenant le passé de son pays au travers des récits de sa grand-mère, des ses voisins. Des histoires qui peuvent autant tenir de la fable que de la cruelle réalité.

Aussi surprenant que ce soit, j’ai été emballée par ce livre, qui est fin et délicat, et m’a emmené dans un voyage en Corée.
Pas de violence gratuite, ni de situations sordides pour parler des horreurs de la guerre, de la honte d’être pauvre, et des difficultés de la vie. La mère de Kyung-A est une femme fière, qun rêve d’un avenir meilleurs pour ses enfants, et plus particulièrement pour ses filles. Si l’époque semble dure à vivre, il en ressort tout de même une sorte de nostalgie liée aux souvenirs d’enfance, qui finalement n’ont pas de frontières. On se demande chapitre après chapitre quand ce père va revenir, s’il va prendre conscience de ses échecs chroniques… et on est soulagé quand il repart du foyer.

Une très jolie lecture qui m’a apporté une pause bien méritée après mes journée de travail. De plus, il me permet de plus de valider la lettre Y du challenge ABC, pas la plus évidente il faut l’avouer 😉

abclogoshadow

L’âme des enfants endormis de Mia Yun
Traduit par Lucie Modde
Éditions Denoël & d’ailleurs – 288 pages
Paru le 13 avril 2017

 

« Le prince des marées » de Pat Conroy

Le prince des marées Gros morceau auquel je me suis attaquée pour le Challenge ABC, dans tous les sens du terme ! Depuis trois ans, ce pavé me narguait dans ma PAL… Je ne savais pas vraiment si j’avais envie de le lire, malgré les commentaires dithyrambiques à propos de cet ouvrage sur Internet. Je m’attendais à une saga familiale un peu chiante, un Garp sudiste… Mais fort heureusement il en est rien !

Tom Wingo, trentenaire, prof de lettre et coach sportif au chomage doit quitter sa Caroline du Sud pour New-York. Sa sœur jumelle Savannah a fait une nouvelle tentative de suicide. Il va tenter de l’aider en trouvant les clées de son mal-être avec sa psychiatre, Susan Lowenstein, en lui racontant l’histoire de sa famille. De leur naissance à l’âge adulte, on plonge dans la vie des Wingo. Henry le père violent, pêcheur de crevettes, la mère Lila qui les contraint au silence, et au milieu, trois enfants : Luke l’aîné et Tom et Savannah. Au fil des pages, nous allons découvrir les racines de la folie, douce ou destructrice, de cette famille.

Grosse claque que ce livre. Sous ses airs de descente en enfer, il s’agit d’un monument d’humanité, où la beauté, le pardon et l’amour ont plus leurs places que la vulgarité et la haine. Et pourtant, les personnages auraient de quoi sombrer dans la misanthropie la plus sombre…
Au début je me demandais un peu où cette lecture aller m’emmener. Les traits de cynisme et les envolées lyriques de Tom, le narrateur, sont un peu lourdes au début… Mais elles prennent leur place et du sens au fil des pages. Tout comme la névrose de Savannah qu’on suppose être une crise de new-yorkaise en mal de psy… Son fondement prendra sens rapidement.
J’ai été même été choquée par certain passages, tout simplement terribles, imaginés par l’auteur… Les protagonistes semblent tomber de Charybde en Scylla, mais sans jamais tomber dans le pathos dégoulinant.

Chaque élément du livre, chaque anecdote, chaque trait de caractère d’un personnage prend une dimension supplémentaire plus tard dans ce livre. Rien ne semble laissé au hasard sous la plume de Conroy… ce qui en fait très certainement une œuvre complète, recherchée, et vraiment bien écrite (même si j’ai tiqué sur la traduction par moment dans ma très vieillie édition).

Une superbe découverte, loin de mes lectures habituelles. Je le conseille vivement, pour son caractère poétique, fabuleux, drôle, émouvant… Entrecoupé des pires images d’horreur que peut générer l’humanité.

ABC-2015

 

« Le bruit et la fureur » de William Faulkner

Le bruit et la fureurPour valider la lettre « F » du challenge ABC, je me faisais une joie de découvrir un nouveau roman de William Faulkner, que j’avais découvert l’an dernier avec Lumière d’août. J’avais entendu dire que Le bruit et la fureur était un grand classique de l’auteur, admiré par des écrivains comme Sartre… Mais assez difficile d’accès. Mais je n’ai peur de rien ! 😀
Et bien c’est assez vrai ! J’ai eu du mal à rentrer dedans, mais une fois la moitié du roman passé, on fini par retrouver le fil de l’histoire et vraiment plonger dans le cœur de cette œuvre et s’apercevoir comment le passé peut teinter le présent.

L’auteur nous conte l’histoire de la décadence de la famille Compson, sur trois générations, en faisant un focus sur la fratrie centrale : Caddy, Benjamin, Jason, et Quentin. Ils vivent dans le sud-est des Etats-Unis, près du Mississippi, dans le comté imaginaire de Yoknapatawpha. A leur service, toute une famille de serviteurs noirs, reliquats des anciens esclaves des plantations originelles de la région.
Au travers le regard des trois frères sur deux périodes distinctes (1910 et 1928), et celui d’un narrateur extérieur, on va retracer leur histoire de leur enfance à leur maturité… Un drame familial qui tourne presque exclusivement autour de la sœur Caddy, à la fois un être chéri et aimé, mais aussi celle qui jette l’opprobre sur le nom des Compson.

J’avais donc apprécié Lumière d’août, mais il faut avouer que Le bruit et la fureur m’est un peu plus hermétique… et surtout beaucoup plus complexe. Je suis donc finalement assez contente de ne pas avoir découvert l’auteur avec ce roman, j’aurai été un peu effrayé et plus réticente à lire d’autres de ses œuvres.
Ici on est dans l’analogie, la métaphore, la libre association, l’impression, la poésie, le détachement à toute normes d’écriture… Bref, ça n’est pas vraiment un roman de gare ou de métro ! Et par dessus cela des ruptures de styles, des phrases sans ponctuation sur plusieurs pages, des sauts dans le temps d’un paragraphe à l’autre… Il faut suivre et s’accrocher !
Enfin cela reste tout de même un roman à lire : j’ai apprécié l’ambiance, où une riche famille vivant dans un univers fossilisé se retrouve face à ce qu’ils appellent leur malédiction : les temps changes, les gens aussi… et la naissance d’un idiot, une fille au mœurs légère, un père plongeant dans l’alcoolisme et le suicide d’un des enfants est suffisant pour mettre en place des schéma qui se répètes sans fin et finalement épuiser cette lignée.

Par contre un gros bof pour la préface de l’édition que j’ai lue… Ce texte de Maurice Edgar Coindreau est bien entendu très intéressant et donne de vrais clés de lecture du roman… Mais comme spoiler on ne fait pas mieux. Si bien que j’ai arrêté de la lire pour ne pas me gâcher des surprises sur l’histoire. Certes, on est dans un roman où le style et l’ambiance prévaut peut être sur le scénario, mais quand même !

Voici donc un grand classique à découvrir, pas mon roman favori, mais tout de même prenant par l’ambiance de rage et de haine qui se diffuse au fur et à mesure de l’avancée dans l’inspection du passé et du présent de la famille Compson.

challenge ABC

« L’Histoire d’Edgar Sawtelle » de David Wroblewski (Etat du Wisconsin)

Me revoilà avec une nouvelle étape dans le challenge « 50 états, 50 billets » ! Cette fois nous partons dans le Wisconsin, un des états où je n’avais pas vraiment le choix de la lecture, puisque je n’avais trouvé qu’un seul roman à lire ! Je me suis donc lancée dans la lecture de ce petit pavé, sans savoir du tout de quoi il en retournait… Heureusement peut-être, le prix « Oprah’s Book Club 2008 » m’aurait peut-être rebuté 🙂

Depuis que le grand-père a acheté cette ferme dans la campagne, près de Mellen au Wisconsin, les Sawtelle élèvent des chiens… et pas n’importe quels chiens : ils créent leur propre race, emmenés par le rêve familial de produire le chien de compagnie idéal, à la fois beau et intelligent.
Lorsque qu’Edgar née dans les années 50, son père Gar et sa mère Trudy sont plus que proche du but : leurs chiens sont réputés dans la région tant ils sont exceptionnels. Et comme pour le prouver, Almondine, la chienne de la famille, va se révéler être une véritable mère pour le bébé Edgar qui se révèle être muet.

Loin d’être un handicap, le mutisme d’Edgar va lui permettre au fur et à mesure des années de créer une relation spéciale avec les chiens Sawtelle… Le chenil est le coeur du foyer, où chacun a sa place : Gar élève les chiots, Trudy les éduque, Edgar leur trouve des noms… La vie est douce chez les Sawtelle, jusqu’au jour où le frère de Gar, Claude, revient de l’armée et va bouleverser la vie familiale

Un petit mélange du Livre de la jungle et de Demain, les chiens de Simak: l’enfant-sauvage qui ne communique plus avec les hommes mais avec ses chiens, et les chiens qui doué d’une intelligence et sensibilité hors du commun semble devenir un véritable peuple à la recherche de son royaume… Il faut avouer que ces chiens si spéciaux ont tout du canidé qu’on a toujours rêvé d’avoir, fans des boules de poil ou non ! Malins, élégants, énergiques, curieux, ils comprennent un ordre d’un seul regard ! Ils ont tout d’un animal mythique !

En revanche j’ai moins accroché sur plusieurs aspects. Déjà les longueurs… Ok on est bercé dans l’univers de l’élevage canin et celui de la nature, où l’homme apprend la patience avant toute chose, mais quand même… Par moment ça se traîne sévère.
Ensuite le coeur du roman, le meurtre qui va tout précipiter… (désolée pour la surprise). Si dès les première pages on sait qu’un poison sera utilisé pour faire du mal à quelqu’un, il tarde à apparaître, et l’affaire tarde aussi à se voire résolue, si je puis dire. Très frustrant. En plus on comprend mal pourquoi l’assassin passe à l’acte. Moi je n’aime pas les actes gratuits, surtout s’ils ne sont même pas complètement amoraux !
D’ailleurs les relations entre les personnages ne sont pas claires… Par exemple la relation Trudy – Claude : elle le déteste les trois quarts du temps mais fini avec lui… Mouais… De même la relation mère – fils après une phase intense devient très évasive, juste quand cela sert la narration. Je veux bien que ce soit de la fiction, mais changer la psychologie des personnages à ce point…
Autre flop, le côté fantastique avec les apparitions fantomatiques qu’Edgar voit de temps en temps. Je veux bien que son mutisme lui a permis d’affiner d’autres sens ou moyens de communication, à moins que ce soit le travail quotidien avec les chien… Mais voir des fantômes, et cela de manière si anecdotique !!! Nul, on dirait du mauvais Stephen King ! C’est tellement mal amené que je me suis demandé si Edgar n’était pas schizophrène finalement, et avait inventé toute une partie de l’histoire. Ce n’est malheureusement pas le cas… ce qui aurait pu être une bonne excuse à cette arrivée inopinée des spectres dans le roman.

A part ça il faut quand même avouer que ça n’est pas si mal construit, avec des passages en passant par les points de vue d’Edgar, Trudy, Claude, Almondine… En plus il y a plein de bons sentiments et d’amour canin, ce qui est assez positif et remonte un peu le moral quand l’histoire devient un peu plus glauque 🙂

Le voyage initiatique d’Edgar, sa fugue, est au final la partie qui m’a le plus plu (même si elle n’arrive qu’au second tier du livre), quand il part avec trois de ses chiens vers la frontière Canadienne, apprend à se débrouiller, voler, trouver à manger, dormir dehors, pour finalement rencontrer Henry l’homme « banal » qui devient son ami… et lui redonne confiance dans le genre humain. Un apprentissage assez touchant, sans être larmoyant 🙂

Voilà donc un livre qui aurait été pour moi un objet de culte lorsque j’étais jeune adolescente, et que les chiens représentaient pour moi le meilleur de ce bas monde (oui, j’étais déjà un peu misanthrope :p). Aujourd’hui je ne peux pas dire que j’ai détesté, mais je n’ai pas vraiment adhéré non plus… Bof bof, si ce n’est quelques passages qui auraient mérités d’être plus développés !

J’ai du mal à comprendre l’engouement pour ce livre, ou du moins le teaser sur mon édition du livre : « Le roman qui a fait pleurer toute l’Amérique ». Mouais… faut pas charrier non plus hein 😀

De par sa position sur la carte des Etats-Unis, on peut aisément imaginer que cet état est un véritable paradis de nature sauvage, entre les Grands Lacs et le Canada pas très loin… Et en lisant ce roman on est transporté dans ces paysages de forêts, marais, lacs, … sous un ciel tantôt clair et clément, et d’autre fois orageux, tempétueux…

La région n’est pas très montagneuse contrairement à ce que je pensais : le mont le plus haut culmine à 603m… On est vraiment dans une région de plaines et de plateaux ! Et même si on est encore dans la « Corn Belt« , le sol du Wisconsin est assez pauvre, surtout quand on remonte vers le nord. L’état est à presque à moitié recouvert de forêts d’érables, chênes, pin, bouleau… ce qui est forcément une manne financière non négligeable pour l’économie locale : c’est le premier producteur de bois des USA !
Malgré tout cet espace boisé, les agriculteurs ont trouvé la place pour installer des élevages bovins, porcins, et même de visons ! Et là aussi le Wisconsin se distingue, en étant le premier producteur laitier de l’état ! On retrouve aussi des productions de céréales : maïs, soja, pommes de terre, fruits et légumes… et tabac. Petite anecdote amusante, le Wisconsin doit son nom à l’indien Chippewa « Ouisconsin » : « lieu où il y a de l’herbe à fumer« . Tout un programme 🙂
Enfin même dans la culture, le Wisconsin est numéro un : premier pour les cranberries, ginseng,…. !

Par sa proximité avec les Grands Lacs, l’industrie est assez bien développées, surtout près de Milwaukee et Madison, sa capitale : papier et bois, produits laitiers, chimie, automobile…  Le tourisme et la culture ne sont pas en reste avec plusieurs musées, parcs, l’Université du Wisconsin… Mais l’état a une réputation qui lui colle dur à la peau, celle d’un état rural ! Mais avec des rendements tels dans le domaine, on comprend pourquoi…

Au niveau historique, le Wisconsin fait partie des états découverts par la France. En 1634, Jean Nicolet est le premier Blanc à explorer la région, venant de la région de Québec. Il croit alors se diriger vers la Chine…  Il y fonde la première colonie de la région, Baie Verte, au profit de la Nouvelle-France. Malgré cela, ce sont surtout des allemands, scandinaves et suisses qui peupleront ce qui deviendra la Wisconsin.
En 1763, les Britanniques obtiennent la région de la France, puis la cède aux Etats-Unis tout justes formés en 1783… Mais elle restera sous gouvernance britannique jusqu’en 1812. En 1848, le Wisconsin devient le 30ème état de l’Union.

Quelques fait intéressant de la culture du Wisconsin : c’est l’état le plus « alcoolisé », où la consommation par habitant est la plus élevée… ce qu’on peut peut-être mettre sur le compte de la germanisation du territoire ?
C’est aussi au Wisconsin qu’est né et a fait jouer sa créativité le grand architecte Frank Loyd Wright, connu pour son architecture organique du début du 20ème siècle… Ses maisons sont réputées pour son ergonomie, et son attachement au mélange entre l’espace construit et l’espace naturel.

« L’histoire de Bone » de Dorothy Allison (Etat de la Caroline du Sud)

Une nouvelle étape dans le challenge « 50 états, 50 billets », avec la lecture de L’histoire de Bone de Dorothy Allison, qui me permet de traiter de la Caroline du Sud !

Ruth Anne, alias Bone, née dans les années 1950 en Caroline du Sud, dans un milieu pauvre… ces gens qu’on appelle à l’époque la racaille. Sa mère l’a eu très jeune, à quinze ans, d’un père « inconnu ». Bone nous raconte son enfance, auprès de sa mère, mariée deux fois, qui lui donne une petite sœur, mais aussi un beau-père très violent et incestueux. Heureusement ses tantes et ses oncles sont là pour la soutenir, même si elle garde en secret le sentiment d’effroi que son « papa Glen » lui fait éprouver.

Voici un livre que j’ai autant aimé que détesté : c’est un grand cri de haine, de rage, de désespoir… Qui me fait ressortir le pire qu’il y en a en moi. J’ai eu du mal a déceler la parcelle d’humanité si ce n’est dans la chair meurtrie et la peur de Bone, martyr de son beau-père Glen, sous les yeux accablé (car amoureux) de sa mère, indigne et incapable de protéger sa propre fille…
On est face à la lie de l’humanité, après une lecture comme ça je deviens plus que misanthrope et limite eugéniste !
Une seule moralité : la douleur engendre la douleur, il n’y a pas de rédemption possible dans ce monde de misère…
Il y a tout de même des scènes sympathiques, quand Bone échange et joue avec ses cousins, se fait raconter les frasques familiale par ses tante… mais il y a toujours derrière cela une forme de Mal bouillonnant, caché par l’humour de certaines situation ou les rêves que la fillette construit.
Tout est incompréhension, apathie, fatalisme… Où le fait de croire que le temps arrangera peut être les choses est un opium à la volonté d’un véritable changement.

Mais au-delà de cela, se pose la vrai question de la parole des victimes, de l’amour d’une fille à sa mère, et réciproquement… une vraie leçon de vie pas vraiment rose !

Quand on sait que ce roman est largement autobiographique, on ne peut qu’admirer la force vitale de l’auteur, qui a réussi à exprimer violement les souffrances de son enfance pour en faire une véritable oeuvre ! Contrairement à la plupart des personnages croisés dans son roman, elle a décidé de changer les choses en allant à l’université, en s’intéressants aux groupe féministes… puis en écrivant !
Car si ce livre m’a autant troublé, c’est qu’il est vraiment bien écrit… au début je me demandais si un roman racontant l’histoire d’une petite fille maltraité aller suffisamment m’intéresser, si on n’allait pas sombrer dans le pathos premier degré. Et bien non, j’ai vraiment été happée par l’histoire, bon gré mal gré !

Un livre que j’ai aimé quand même, et que je recommande si vous n’êtes pas trop sensible au sujet de l’enfance maltraitée… On comprend pourquoi ce roman à été finaliste au National Book Award en 1992 !

Comme on peut facilement s’en douter, la Caroline du Sud ne formait qu’un seul territoire avec la Caroline du Nord. Avant que les britanniques ne débarquent en 1670 pour créer le grand territoire des deux Carolines, Virginie et Georgie, la région où se trouve l’actuelle Caroline du Sud fût d’abord colonisé par des français ! Dès 1562, des Huguenots y fondent une colonie, qui s’avérera bien éphémère. En 1565, ils doivent abandonner ces terres, vaincus par l’ennemi espagnol.

C’est donc en 1670 que les britanniques annexent la région, et en font une colonie royale baptisée Caroline en l’hommage du roi Charles 1er d’Angleterre. En 1729, la Caroline se scinde en deux : la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, qui inclut alors la Georgie. Comme en Caroline du Nord, les plantations de tabac font alors la richesse de la région… mais nécessite beaucoup de main d’œuvre, et donc d’esclaves. Pour se donner une idée, en 1732, il y avait 32000 esclaves Noirs pour 14000 Blancs !
En 1776 la Caroline du Sud se révolte et fonde son propre gouvernement, à l’orée de la Guerre d’Indépendance. En 1778 c’est le premier état révolté à ratifier une Constitution commune avec 8 autres états… Constitution que sera finalement signée par les fameuses Treize colonies rebelles en 1787, origine des Etats-Unis. En 1788, la Caroline du Sud devient le 8ème état des USA… mais ça sera le premier état à quitter l’Union en 1860 ! C’est à Fort Sumter, à côté de Charleston en Caroline du Sud que les bombardements confédérés déclenchent la guerre de Sécession ! L’Union occupe alors la région, et met en place à Charleston un programme de libération des esclaves. Malgré ces débuts tonitruant, la guerre à relativement épargné la Caroline du Sud… si ce n’est  sa capitale, Columbia, détruite par un général de l’Union en 1865 !

La physionomie de la Caroline du Sud est assez proche de celle de la Caroline du Nord : à l’est l’Océan Atlantique, avec un littoral parsemé de baies, d’estuaires… puis vers le nord ouest une région de Piedmont assez boisée, où les fleuves et rivière permettent encore de naviguer jusqu’à la mer… et ensuite la région montagneuse des Appalaches, l’Upstat, où se trouvent les Blue Ridge Mountain.
Le climat en Caroline du Sud est subtropical humide : chaud et humide, des températures flirtent avec les 33°C l’été, et descendent rarement en dessous de 15°C en hiver. De part ce climat, la région est souvent touchée par des cyclones tropicaux
Ce climat est tout de même une aubaine pour l’agriculture : tabac, soja… et élevages de porc, volaille… même si les industries sont très importante (papier, textile, produits chimiques…), ainsi que le tourisme.

Avec ses 4,3 millions d’habitants, l’état est dans la moyenne démographique nationale. De part son passé esclavagiste, aujourd’hui la population Noire représente 30% des personnes qui vivent en Caroline du Sud. Si la situation semble ne pas poser de problème aujourd’hui, ces populations ont subit les actions violentes du Ku Klux Klan à partir de la création de ce groupe dans les années 1870.
Comme on le suppose à la lecture du roman, c’est un état très religieux : s’il ne remporte pas la palme de l’état le plus religieux, il n’en est pas loin : il n’y a que 7% d’habitants qui sont athées !
Dans cette mouvance, si la prohibition a disparu, certains comtés de Caroline du Sud légifèrent sur les heures et jour de vente d’alcool ! Il est par exemple courant que la vente de produits alcoolisé soient interdits le dimanche…
Les droits de la femme ont mis du temps à évoluer dans cet état : si un amendement permettait aux femmes de voter aux Etats-Unis en 1920, elles devront attendre 1969 pour le faire en Caroline du Sud !
L’attachement au drapeau Confédéré fait encore débat dans cet état, s’il est encore besoin de prouver son « traditionalisme »… Il flottait vaillamment sur le Capitole à Columbia jusqu’en 2000
Mais malgré cela, l’état a été tout de même avant-gardiste : c’est à l’Université de Columbia que les premiers diplômés afro-américains ont été licenciés !

Voilà donc un état riche en histoire… mais assez peu tentant. Je crois que ma lecture du roman m’a un peu refroidie sur l’ambiance sociale là bas !

« L’Arbre aux haricots » de Barbara Kingsolver (Etat du Kentucky)

Opération challenge « 50 états, 50 billets » une fois de plus… Je tiens le bon bout, et je pense être dans les temps pour lire ou voir tout ce qu’il faut pour terminer ce challenge avant la fin de l’année ! Pour traiter le cas du Kentucky,  j’ai décidé de lire ce roman qui m’étais inconnu mais dont j’ai entendu beaucoup de bien sur les forums et blogs : L’arbre aux haricots, premier roman de Barbara Kingsolver paru en 1988 aux Etats-Unis et en 1996 chez nous. Un beau voyage en perspective entre le Kentucky, l’Oklahoma et l’Arizona ! 🙂

A la fin du lycée, dans les années 1980, Taylor n’a qu’une envie : quitter son Kentucky natal, où son horizon est bouché par la pauvreté dans tous les sens du terme : pas d’avenir, pas de challenge, pas d’attrait… Elle prend sa voiture, dit au revoir à sa mère et prend la route vers l’Ouest avec ses économies en poche ! En Oklahoma, dans un bar où elle s’arrête boire un café, elle se retrouve face à une situation peu banale qui va bouleverser sa vie : une femme Cherokee lui donne un bébé, celui de sa soeur disparue, et s’enfuie ! Sans avoir le temps de dire quoique ce soit, Taylor se retrouve avec cette petite fille… Et ne peut se résoudre à abandonner cet enfant maltraité, et va l’emmener avec elle jusqu’à Tucson en Arizona où sa voiture rend l’âme… Comment vont s’en sortir Taylor et la petite fille qu’elle a nommé Turtle ?

Nous voilà face à une situation d‘abandon peu banal, et voyage initiatique qui ne l’est pas moins ! Taylor va rencontrer une quantité de personnages très intéressants, et tous très « humains » : Matty la réparatrice de pneus qui aide les sans-papiers d’Amérique du Sud à passer la frontière, Estevan le professeur d’anglais guatémaltèque, … et Lou Ann, chez qui elle s’installe en colocation, qui deviendra son amie et sa famille en Arizona, avec son fils. Des personnages pleins de blessures, mais qui savent s’entraider dans cette ville au milieu du désert !
Mais attention, on n’est pas dans un monde idéal : tout le discours du livre est basé sur le fait que le monde est injuste, aride comme un désert, mais qu’il suffit d’un peu d’espoir et d’amour pour faire ressortir le meilleur des gens, comme il faut juste un peu de pluie pour que le désert fleurisse et se remplisse de vie

La relation entre Taylor et la petite Turtle est assez atypique : Taylor a quitté le Kentucky où, elle le répète, les ados tombent enceinte comme un rien, et se retrouvent enchaînées à leurs obligations et à cette région qu’elle déteste tant… Et pourtant elle aussi se retrouve mère sans vraiment le souhaiter, mais se sera en position de choisir si elle veut garder Turtle ou non. Bref, on est dans un roman sur le destin et le choix, les choix qu’on fait pour soi

Un beau roman qui à une suite, Les cochons au paradis, que je lirai je pense à l’occasion : on est face à une histoire bien écrite et agréable à lire, une fable assez philosophique, où le monde n’est pas tout blanc ou tout noir… En plus les descriptions de la nature, des plantes, des paysages sont sublimes et me replonge dans les images de mon voyage en Arizona… et me redonne envie d’y aller 🙂

Ce roman débute au Kentucky, où Taylor et sa colocataire de Tucson Lou Ann ont vécu toute leur enfance… Il en sera fait référence très souvent ensuite, parfois pour le mettre en opposition avec l’Arizona.
Dès les premières pages, le climat social est posé : une région d’agriculteurs et d’employés, où les filles tombent enceinte avant la fin du collège, où finir ses études secondaires tiens du miracle et où les drames familiaux sont légion… Bref, ça n’est vraiment pas l’endroit rêvé pour vivre !

Ce contexte s’explique assez bien par la position du Kentucky sur la carte des Etats-Unis : entre le Sud assez pauvre et conservateur et le Mid-West très agricole. Mais sa physionomie est plus complexe.
De part sa position entre les Appalaches, le Mississippi et les Grandes Plaines, et de son climat subtropical humide, le Kentucky bénéficie d’une pluralité de ressources : agriculture certes, mais aussi et surtout une spécialité d’élevage de chevaux. Les montagnes de l’est lui fournissent des mines de charbon, et les fleuves des moyens de communication et de transport qui ont poussé la croissance de villes et d’industries, telle celle de l’automobile.

Si le Kentucky est connu chez nous, il ne faut pas se le cacher, c’est aussi grâce à la franchise KFC – Kentucky Fried Chicken ! Harland Sanders, son créateur, est né dans l’Indiana, mais ouvrira son premier restaurant / station service dans le Kentucky où il servira ses propres recettes. Après cela, il ouvrira le tout premier restaurant sous le label KFC en 1952 à Salt Lake City dans l’Utah. Depuis 1991, la chaîne connait en France une réussite fulgurante grâce à ses menus à base de poulet.

Au niveau culturel, le Kentucky est connu pour son style de country, le bluegrass, immortalisé dans le film O’Brother des frère Cohen.
C’est aussi ici que le bourbon aurait été créé, par des colons irlandais ou écossais qui cherchaient à créer un whisky… Ce nom « bourbon » est en fait le nom du comté Bourbon au Kentucky, baptisé ainsi en hommage à la France (les rois de la lignée des Bourbon) qui a joué un grand rôle dans l’indépendance des USA. La différence entre le bourbon et le whisky se situe principalement dans le vieillissement de l’alcool : dans des fûts de bois toujours neufs pour le bourbon, et anciens pour le whisky… Cela permet au bourbon d’obtenir un goût de bois plus rapidement, ce qui suppose un vieillissement moins long.

Intéressons nous maintenant à l’histoire de cet état, réserve de chasse historique des indiens Cherokee, Shawnee et Iroquois. Après l’arrivée des premiers européens sur le territoire américain, les britanniques prennent possession de cette région qu’ils rattachent à la Virginie… Dans les faits, ce qui deviendra le Kentucky ne sera pas exploré de si tôt ! A partir de 1750, la colonisation va commencer progressivement… surtout pour ouvrir des route vers les territoires de l’Ouest. Les Cherokee et Shawnee acceptent assez mal cette intrusion sur leurs territoire, et déclareront la guerre aux envahisseurs. Par jeux politiques, ces amérindiens se lieront aux anglais lorsque la guerre d’Indépendance éclatera, afin de faire bloc contre les américains. La population du Kentucky souffrira de cette guerre, au point de demander la scission avec la Virginie à laquelle elle est encore rattaché : le Kentucky et la Virginie sont séparés par les Appalaches, difficilement franchissable, ce qui a isolé la région pendant la guerre. En 1792, le Kentucky devient un état à part entière, le premier de l’Ouest (ouest des Appalaches), et choisis la ville de Frankfort comme capitale. A noter que c’est aussi un des trois Commonwealth des Etats-Unis.
Durant la guerre de Sécession, le Kentucky ne prendra pas position, et reste neutre… mais sera tout de même le théâtre de nombreux combats.

Un état plein d’histoire et de références culturelles, qui montre bien que malgré l’image qu’en a l’héroïne du roman, il y a bien des choses à garder dans cet région 🙂

Edit du 15 octobre : je n’avais pas fait attention, mais ce livre avec ses haricots fait une fabuleuse entrée pour le challenge des fruits et légumes littéraires !

« Retour à Cold Mountain » de Charles Frazier (Etat de la Caroline du Nord)

Afin de continuer vaillamment le challenge « 50 états, 50 pays », je me suis lancée dans la lecture d’un livre que d’un premier abord, je n’aurai pas ouvert : Retour à Cold Mountain de Charles Frazier, dont a été tiré un film que je n’ai pas vu, mais qui ne m’attire pas plus que ça. Et bien j’aurai raté quelque chose en m’arrêtant à cela ! Ce roman n’est pas juste une histoire d’amour ou se mélange le drame de l’histoire, mais un vrai petit bijou de poésie et d’aventure !

Nous sommes en 1864 en Caroline du Nord. La guerre de Sécession qui oppose soldats Confédérés au sud à ceux de l’Union au nord dure depuis 4 ans et a tué bien des hommes des deux côté. Inman, soldat Confédéré originaire de la région de Cold Mountain a été gravement blessé lors d’un combat et se retrouve à l’hôpital, loin de chez lui…  en repensant aux tenants et aboutissant de cette guerre, il décide de déserter et de retourner à Cold Mountain, revoir ce pays qui est le sien, et la femme qu’il aime, Ada. Une longue route l’attend, un vrai voyage initiatique !
De son côté Ada est restée dans la maison de son père à Cold Mountain, pasteur récemment décédé. Il n’y a plus d’homme dans les villes et villages pour travailler. Ceux qui n’ont pas fui ont tous été envoyés au front, sans trop d’espoir de retour ! Elle va devoir apprendre à cultiver la terre, s’occuper des bêtes… si elle souhaite survivre à l’hiver. Et sa rencontre avec la jeune Ruby va bien l’aider !

Ce roman est comparé à l’Odyssée, et je dois avouer qu’on y pense immédiatement lorsqu’on lit les pérégrinations d’Inman, qui tente de revenir chez lui. Il va faire de nombreuses rencontres durant son voyage, bonnes et mauvaises. Tout cela va au fur et à mesure le réintégrer dans la société humaine (dans ce qu’elle a de meilleur et de pire), qu’il a presque oublié après 4 années de combats, de violence et d’horreur ! Ça sera à lui de choisir la conduite à tenir face à telle ou telle personne ou situation : continuer à avancer vers son objectif, ou s’arrêter… Tout s’enchaîne à partir de décisions prises plus ou moins longtemps avant, un peu comme un effet papillon…Cela est parfois assez ironique : le destin ne manque parfois pas d’humour !
Mais outre ce personnage masculin, il y a Ada qui n’est pas une simple Pénélope… Déjà ils ne vivent pas un amour fou, mais hésitant… Et la plus grande partie de son temps est désormais orientée vers la manière dont elle pourra survivre, maintenant qu’elle est seule. Il y a un contraste assez prononcé entre Ada et celle qui deviendra son amie, Ruby. Ada vient d’une famille de la petite bourgeoisie, son père était un pasteur, avait de l’argent, et a acheté une ferme pour son plaisir… et surtout l’a protégée comme une petite enfant de tous les problèmes de la vie. Mais aujourd’hui l’argent de son père ne vaut plus rien à cause de la guerre ! L’inflation est galopante dans les états du sud, et seul le troc va lui permettre de pouvoir manger. Ruby n’a jamais eu d’argent, et a été laissée à elle même par son père dès son plus jeune âge : elle a appris à chasser, cueillir, cultiver, troquer… et va aider Ada à grandir !
Je me suis assez attachée à ces personnages, qui sont profonds et intéressants dans leurs forces et leurs faiblesse…

L‘écriture en elle même a un rythme très lent et posé, ce qui me change des thriller ou romans de SF que je lis habituellement : on est dans un roman assez contemplatif, un hymne à la nature. Habituellement je me lasse vite de ce type de livre, mais là j’ai été transportée !
Le fond du récit m’a aussi beaucoup plu, et je l’interprète comme cela : la créativité et le bon sens priment sur l’éducation classique. Le savoir et l’art deviennent alors authentique… On a l’impression que ces habitants des tous jeunes Etats-Unis larguent peu à peu les amarres de la culture européenne (et surtout Ada qui a été élevée dans ce sens, avec les règles de bienséance et tout) pour créer leur propres repères et valeur : ont voit émerger une culture américaine !

La guerre et son côté inhumain m’ont rappelé Johnny s’en va-t-en guerre, et la grande question : pourquoi un homme doit il quitter sa terre et les siens pour se battre pour des généraux et des politiciens ?
Surtout que la guerre de Sécession parait être une introduction aux futures grandes guerres du 20ème siècle à lire ce roman, dans ce qu’elle ont eu d’horrible : premiers obus, armes à feu, vagues d’hommes utilisés comme pure chair à canon, guerres de tranchées… Les descriptions des grands combats narrés par Inman ou d’autres soldats rivalisent d’horreur ! Et ça n’est rien face aux déserteurs fusillés par les soldats de leurs propres camps, pour l’exemple, ou le plaisir…

Un roman que j’ai beaucoup aimé, et que je conseille donc, l’alternance chapitre après chapitre de l’histoire d’Inman et d’Ada est un vrai plaisir, et vous fera surement autant voyager que moi !

 

Je n’aurais jamais pu soupçonner que la Caroline du nord contenait tant de beauté, comme décrites dans ce roman ! Si certaines régions semblent grises et austères à Inman, les montagnes de cet état semblent fantastiques ! J’ai bien fait de commencer ce roman en revenant de mes vacances dans le Vercors, qui m’ont donné des images de paysages un peu plus vallonnés que la région parisienne… Bref, de quoi nourrir mon imaginaire 🙂

La Caroline du Nord est donc une région entre l’Océan Atlantique et les Appalache, cette grande chaîne de montagne à l’Est des USA, qui forme sa frontière à l’ouest avec le Tennessee.
Cold Mountain qui culmine à 1800m environs, est située dans la partie orientale des Appalaches, les Blue Ridge Mountain, et plus particulièrement les Great Balsam Mountain… Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ça n’est pas le point le plus haut de l’état, qui est le Mont Mitchell avec ses 2037m !
Plus bas, au pied de ces montagnes, les collines du Piedmont américain où est cultivé le coton, le soja, le melon et le tabac. L’industrie du tabac est assez importante aujourd’hui encore dans l’économie de la région.

Contrairement à ce que je croyais, cet état ne doit pas son nom à une jeune femme, reine ou princesse, mais au roi Charles Ier d’Angleterre… Et son histoire remonte presque aux origines de la colonisation du territoire américain : la Caroline est la seconde colonie britannique, bien que découverte par les Espagnols en 1512. La région va changer de main lorsque la reine Elisabeth Ière concède ce morceau de terre à Walter Raleigh, explorateur et courtisan anglais. Mais il échouera dans sa tâche d’établir une colonie durable dans cette région.
A noter qu’on doit à Raleigh le nom de la capitale de la Caroline du Nord et l’introduction du tabac en Angleterre… Et oui, il n’a pas fait que des bonne choses :s
Bref, les amérindiens ont pu pendant quelques années encore vivre tranquillement sur leurs terres (même si les Cherokee ont du prendre la route de la piste des larmes vers les années 1830)… Mais en 1663 le roi Charles II d’Angleterre envoi plusieurs émissaires hauts placés peupler et civiliser ces régions, avec l’aide d’esclaves. Ainsi, la Caroline devient une région où la culture du tabac permet l’essor de grandes plantations… et peut-être les précipiter plus facilement dans la guerre de Sécession de par leur dépendance à l’esclavagisme.
En 1729 la Caroline est divisée en deux : Caroline du Nord, et Caroline du Sud. A partir de cette période, une forte immigration écossaise va permettre de peupler les riches terres de Caroline du Nord.
En 1775, la Caroline du Nord est la 13ème des Treize colonies a se révolter contre l’Empire Britannique, et a rentrer dans la guerre d’Indépendance !
Pendant la guerre de Sécession, la Caroline du Nord est du côté des états Confédérés, à partir de 1861. Et à lire ce roman, on se dit qu’elle a payé un très lourd tribu en hommes pour cette guerre…

Aujourd’hui la ville la plus grande avec plus de 750 000 habitants est Charlotte, belle proportion de ses 9,5 millions d’habitant qui font de cet état le 10ème état des USA.

Bref, un état tentant du point de vu touristique, si ses montagnes sont à la hauteur du roman de Frazier !

 

« Johnny s’en va-t-en guerre » de Dalton Trumbo (Etat du Colorado)

Lecture coup de poing et coup de coeur : Johnny s’en va-t-en guerre de Dalton Trumbo est une histoire que j’avais très envie de découvrir depuis quelques mois, sous la forme du livre ou du film qui en est tiré… Inclinaison personnelle oblige, j’ai préféré m’attaquer d’abord le livre, avant d’essayer de le trouver peut être en DVD, ou autre.

Mais pourquoi cette volonté de le lire, me demanderez-vous ? C’est parfois difficile de retracer ce qui vous ammène à une lecture… Mais cette fois je sais parfaitement comment ça c’est passé.
Comme certain le savent, j’aime beaucoup le métal. En faisant un petit tour des clips sur Youtube, alors que je lisais Fargo Rock City, un titre m’a interpellé : One de Metallica, le clip original de 1988 sorti sur l’album And justice for all. Je connaissais la version studio, mais ce clip m’a fait l’effet d’une gifle, en samplant la musique géniale de Metallica à des extraits d’un film que je ne connaissais pas : Johnny got his gun. Les paroles de la chanson prennent alors une dimension autres, la vidéo étant ponctuée par les images noir et blanc montrant Joe sur sont lit, des images de guerre… avec les dialogues du film, comme sortis d’outre-tombe…  J’en ai les poils qui se hérissent sur tout le corps rien que d’y repenser !
Je me suis donc dit que si j’aimais tant son traitement dans le clip, je risquais aussi d’apprécier le livre. Et en cherchant bien, j’ai aussi découvert qu’une partie de l’histoire se passe au Colorado, état qui je n’avais pas encore traité pour le challenge « 50 états, 50 billets ».

C’est donc avec beaucoup d’appréhension que je voulais me lancer dans cette lecture. Il y a des livres comme ça qu’on attend, et qu’on ouvre un jour avec un recueillement quasi religieux… en espérant ne pas être déçu par la barre qu’on a mise si haute de l’avoir tant fantasmé.

Johnny s’en va-t-en guerre raconte histoire de Joe Bonham, soldat américain envoyé au Front durant la Première Guerre Mondiale. Il se réveille dans un lit d’hopital, et au fur et a mesure de sa sortie de l’inconscience, il réalise avec horreur qu’il est non seulement blessé, mais aussi amputé des 4 membres, sourd, aveugle, muet, sous respirateur artificiel… Et surtout seul au monde, coupé du reste de l’humanité. Il se remémore sa jeunesse, les instants avant son départ pour la Grande Guerre, et se pose des questions sur le sens à donner à tout ça… et surtout comment essayer de redevenir un être humain.

Son auteur, Donal Trumbo, est un pacifiste reconnu, un des « Dix d’Hollywood » dans les années 40-50 qui n’a pas voulu se soumettre au pouvoir durant la fameuse période de la « chasse aux sorcières » de McCarthy aux USA. Il faisait figure de traître gauchiste, et fut incarcéré pour avoir refusé de témoigner devant une commission du Congrès des activités anti-américaines, à une époque où les citoyens se vendaient les uns les autres par peur d’être accusés d’être communistes. Il est aussi connu pour être le scénariste de films, comme Spartacus de Kubrick, après son exil. Il va porter à l’écran lui-même son roman Johnny s’en va-t-en guerre en 1971.
Ce récit a été écrit en 1938 et est paru en 1939, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Mais c’est pendant la guerre du Viet-Nam qu’il va connaitre un second souffle, le texte ayant été lu à plusieurs regroupement pour la paix. C’est comme cela que l’auteur de la préface de l’édition française, Ron Kovic, va découvrir ce roman. Si son nom vous est inconnu, je pense que comme moi vous le connaissez déjà, ce Ron Kovic : c’est le héros et auteur du film et roman Né un 4 juillet : Johnny s’en va-t-en guerre a changé sa vie, et lui a donné la force de s’engager dans l’activisme politique après des années d’errance.
Si après ça on doute encore d’être face à un grand livre

La Première Guerre Mondiale, ça parait très très loin, mais grêce à cette histoire on se rend compte de ce qu’était cette époque : l’aube du millénaire, où les gens nourissaient plein d’espoirs sur les technologies comme l’aviation pour apporter la paix… Mais en même temps c’est le temps de la dernière guerre où on partait la fleur au fusil, une « guerre romantique » comme dit Trumbo… mais qui avec le recul s’avère la guerre la plus atroce jamais menée.

Ce qui est agréable et assez surprenant, c’est la manière dont est écrit le livre : l’unique narrateur est Johnny, nous n’avons que son point de vue… il raconte son histoire et ses pensées avec des mots simples (c’est un gars « normal », un ouvrier californien). Le rythme des phrases, le découpage des chapitres, est très moderne… Il permet de s’identifier à Joe, de comprendre sa frustration, sa colère, sa tristesse, son incompréhension, mais aussi sa volonté de faire quelques chose de ce qu’il lui reste de vie, de ne pas s’apitoyer sur lui même ! Tout cela en fait un livre assez dur quand on y réflechi, mais pas du tout glauque ou trash… on relève même des pointe d’humour par moment !

Cette histoire me fait forcément penser à La chenille de Suehiro Maruo, manga extrait du roman de Ranpo… paru 10 ans avant le roman de Trumbo : on y traite des mêmes problématiques, arrivées à des milliers de kilomètres des USA. Mais outre le rapport aux gueules-cassées, la ressemblance s’arrête là tant leur traitement est différent.
Dans La chenille on est dans « l’eroguro » pur et dur, sexuel, violent, chaotique, surréaliste et grotesque (dans le sens grand guignolesque du terme, attention), et surtout vécu en couple et par de là bien par un homme bien vivant… Le rapport aux sens et au sensuel est bien différent dans ce roman où  Joe est seul, entre deux mondes, dans les limbes de sa pensée. Le discours est plus intérieur, plus solitaire : son sort est véritable annihilation de l’être humain, comme une déchirure, provoqué par une guerre qui a balayé tout ce qu’a été Joe, tout ce qu’il est et pourrait être.

Comme vous l’avez compris, je suis emballée par ce livre… au point où je pense qu’on devrait le faire lire à l’école ! Ça serait utile pour le sens de la critique sociale des futures générations ! Même si une oeuvre à la portée de celle-ci devrait faire serrer les fesses de tous nos dirigeants, tant la critique de Johnny envers le pouvoir est dur et plutôt bien vu…
Par exemple, sa réflexion sur l’intêret d’aller se battre pour des principes et des idées (liberté, démocratie…) mal définies, sur les gouvernements qui en envoient leurs citoyens à la mort en ce nom alors qu’eux même ne mettent pas leurs propres vies en jeu, et quand bien même, qu’en étant mort ces principes ne permettront pas à d’autres de les faire fructifier… Il remet en cause l’absence de contrat social et idéologique entre les ceux qui partent se battre et ceux qui veulent qu’ils se battent : quel intérêt, pour qui, à quel prix ? Il dénonce le mensonge  de la mort « noble », qui de toute façon ne l’est pas, car quand on est mort on n’est plus rien… Même si aujourd’hui ce discours n’a rien de provoquant, ça fait toujours du bien de l’entendre, et de le dire (surtout quand on voit les guerres « de principes » qui ont encore et toujours lieu) !

Un coup de coeur donc : c’est le genre de livre que j’aimerai distribuer dans le métro, dans la rue… tant il est bien écrit et que son message est important. Mais plutôt que de dévaliser les librairies, je vais me contenter de le prêter autour de moi !

Comme beaucoup d’état, le Colorado a initialement fait parti de la Louisiane française, du moins sa partie orientale… L’occident appartenant alors à la Nouvelle-Espagne, à qui il doit son nom d’origine hispanique signifiant « de couleur rouge », du fait de la couleur de la Rivière Colorado. Il faudra attendre 1803 pour que la partie française soit vendu aux Etats-Unis. Après l’indépendance du Mexique, le Colorado appartient a ce nouvel état. Le Colorado fera parti de Etats-Unis qu’en 1848 après le traité de Guadalupe Hidalgo qui fait céder au Mexique ses territoire du nord au profit des USA. Il faudra tout de même attendre 1876 pour que le Colorado devienne le 38ème état des Etats-Unis.
Avant et pendant les période de colonisation des Européens, les Amérindiens vivaient nombreux sur ce territoire : Apaches, Cheyennes, Shoshones… mais furent chassés les uns après les autres, et il reste très peu de descendants de ceux-ci aujourd’hui.

Le Colorado doit son expansion démographique en premier lieu au commerce des fourrures, mais aussi et surtout à la ruée vers l’or et l’argent à partir de la moitié du 19ème siècle… C’est ainsi que Denver c’est agrandi et est devenu la capitale de l’état. Aujourd’hui encore, la moitié de ses 5 millions d’habitants vit à Denver et dans son agglomération.

Etat de montagnes, haut plateaux, terres arides… le Colorado est l’état le plus haut des USA : son point le plus bas est situé à 1000 mètres d’altitudes ! En plein sur le sud des Montagnes Rocheuses, il possède plusieurs 10aines de pics et monts, dont le plus haut de la chaîne, le Mont Elbert qui culmine à 4401 mètres. Une manne pour le tourisme et les stations de ski en hiver !
C’est donc un paysage rêvé pour les amoureux des grands espaces sauvages et les parcs naturels : Mesa Verde, Black Canyon, Dinosaur Monument (riche en fossiles),  Great Sand Dunes, Rocky Mountain… qui jouissent de climats très différent, et ont donc des physionomies très différentes climat sec ou aride, humide, où passent des tornades (le Colorado est en parti situé sur la Tornado Alley) ou des orages violents…
Mais ces espaces sont aussi problématiques, comme on l’a vu en juin avec le grand incendie qui a ravagé des 10aines de milliers d’hectares de végétations, mais aussi d’habitations !

Mais le Colorado n’est pas composé que d’espaces naturels : l’agriculture et l’élevage sont les secteurs clés de l’état, ainsi que les mines d’or, d’argent, et d’uranium. Les secteurs secondaires et tertiaires ne sont pas en reste : administrations, armée, énergies, produits agro-alimentaires… Un des 3 états leader pour mettre en place une entreprise, bien placé dans la richesse moyenne des habitants
La population, composée de descendant de Mexicains, Espagnols, Allemands, Anglais… mais aussi d’Afro-Américains, est une de celle en plus bonne santé aux USA ! C’est au Colorado qu’est la plus basse proportion d’obèses aux USA… Un pays de sportifs, proches de leurs grands espaces ? A moins que cela vienne de leur cuisine du Sud Ouest et des Rocky Mountains : des ingrédients locaux comme le boeuf et le bison, des viandes saisies, des légumes, ainsi que des inspirations mexicaines avec les épices, le maïs…

Un état que j’aimerai beaucoup visiter, pour ses grands parc et sa cuisine… Même si la récente fusillade d’Aurora durant la projection du dernier film de la série des Dark Knight à valu la vie de 58 personnes, et rend un peu moins sympathique la région…
Un jour peut être ?

« La rivière du sixième jour » de Norman Maclean (Etat du Montana)

On reste dans le nord des Etats-Unis pour découvrir ce nouvel état pour le challenge « 50 états, 50 billets », le Montana, via la nouvelle de 1976 de Norman MacleanLa rivière du sixième jour. C’est de cette histoire semi-autobiographique qu’est tirée le film Et au milieu coule une rivière, réalisé par Robert Redford.

Norman est le fils aîné de la famille Maclean, dont le père est pasteur dans le Montana. Lui et son petit frère Paul sont très vite initiés à la pêche à la mouche par leur père, qui élève cette activité au rang d’art.
Devenu adultes, dans les années 1930, Norman et Paul sont toujours passionnés par la pêche dans les rivières de leur enfance comme la Big Blackfoot, même si Paul est un pêcheur d’un autre acabit que son frère.
Nous suivons les dernières journées de pêche que les deux frères vont passer ensemble, rares moment où la vie les réunis, entre compétition, amour de la nature, mais aussi problèmes familiaux et leur relation fraternelle…

Le résumé du livre ne m’avait pas du tout emballé : un livre axé sur les relations humaine et la pêche à la mouche… C’est bien parce que cette nouvelle était courte, et avait donné le jour à un film à succès (que je n’ai pas vu) que je me suis décidée à le lire.
Et bien je n’ai pas du tout été déçue de revoir mes à priori !

Raconté à la première personne par Norman, cette fiction sent immédiatement le vécu : les sensations et impressions ne peuvent qu’avoir été rédigée par quelqu’un sui connait réellement la pêche en rivière, le Montana, et qui a vécu des relations pareilles avec sa famille. D’ailleurs vers la fin de la nouvelle, le personnage du père invite son fils à écrire des fictions pour mieux comprendre la réalité qui l’entoure…
C’est cette relation à l’autobiographie qui a fait manquer à l’auteur le prix Pulitzer de littérature en 1977, car il ne récompense que des fictions.

Les descriptions des parties de pêches ne sont pas ennuyeuses, et loin de là ! Il fallait quand même du talent pour me faire apprécier ces passages, où les personnages préparent leurs mouches en fonction du poisson et de la rivière, où Norman explique les mouvements en 4 temps du lancer, où encore la description des différents types de truites… Mais finalement c’est passionnant, et on comprend en quoi pour l’auteur la pêche à la mouche, avec des leurres artificiels faits mains, est bien supérieure à la pêche aux vers.

Durant ces parties de pêche, on découvre les magnifiques paysages du Montana : les torrents, les rapides, les plans d’eau, au milieu des montagnes, des plaines ou des forêts… On croirait entendre le bruit de l’eau ! On imagine bien la lumière dans les canyons, la réverbération de l’eau… Cela devient une vraie poésie, où comme l’auteur nous le fait comprendre, la rivière est composée de paroles… Et chacun, pour peu qu’il prenne le temps de le faire, peut lire dans celle-ci comme dans un livre ouvert.
De nombreux passage vont au delà de la métaphore de la rivière de la vie, car Norman nous explique aussi l’histoire de la région via les signes laissés près de ces rivières : les grand glaciers de la préhistoire, la formation des montagnes, les traces laissés par de grands lacs… L’histoire de la terre est inscrite dans les roches du Montana, et ont des échos aujourd’hui encore !

Bref, j’ai vraiment bien aimé cette histoire, qui m’a fait voyager dans un monde hors du temps… Si vous avez l’occasion de le lire, n’hésitez pas, c’est un petit moment de fraîcheur, qui de plus fait réflechir sur les relations familiales !

Comme on le voit dans le récit, le Montana est une région sauvage et naturelle, même si depuis l’époque où se déroule cette histoire (début du 20ème siècle), le tourisme et l’urbanisation ont un peu fait du chemin !

Et des beaux paysages de montagne où coulent des rivières sauvages, il peut y en avoir à foison là bas si on en croit l’origine du nom Montana, signifiant en espagnol « Montagne« . Mais le Montana n’est pas composé que de roche : si l’ouest est marqué par les montagnes Rocheuses, l’est est composé de grandes plaines… Avec le fleuve Missouri coulant d’est en ouest et coupant l’état en deux.

Les régions du Montana ont elle aussi fait partie de la grande Louisiane française, mais rejoint en 1803 les USA lors de la vente de toutes les terres françaises. Bien qu’habité par quelques colons et trappeurs, le territoire est alors plutôt sauvage, et se sont les amérindiens qui peuplent principalement ces terres.
Au milieu du 19ème siècle, la découverte de gisements d’or provoque une ruée vers l’or, et l’immigration massive vers le Montana lui permet de devenir un territoire en 1864. C’est à cette période qu’un des camps de mineurs deviendra la ville d’Helena, qui sera la capitale du futur état. Mais les heurts entre indiens et colons sont nombreux, au point de provoquer la bataille de Little Big Horn, où les Sioux de Sitting Bull gagneront face au général Custer.
En 1889, le Montana est intégré à l’Union et aux Etats-Unis, et devient un état à part entière.
Afin d’encourager le peuplement des grandes provinces inhabitées, la loi du Homestead Act est raccourcis de 5 à 3 ans : ainsi, une famille qui prouve avoir vécu et travaillé une terre plus de 3 ans peut en devenir officiellement propriétaire, sous une certaine limite de taille de terrain… De quoi motiver les colons européens à investir les lieux : allemands, suédois, anglais, irlandais, écossais (comme les protagoniste du roman),… ! Avec le chemin de fer, la région devient plus accessible. Le Montana est pris d’assaut par les immigrants, avec comme conséquence une réduction de la taille des terre offerte, ce qui rend alors l’élevage et l’agriculture plus difficile.

 

Malgré cet engouement pour la région au 19ème siècle, le Montana reste très rural (75%), et fait parti des régions ayant une des densités de population les plus faibles de Etats-Unis… Il y a peu d’habitants, au total, à peine un million ! Naturellement, l’agriculture et les industries du bois sont dominantes dans l’état. Mais ses richesses proviennent aussi  des sols, et des mines d’or, argent, cuivre… et des gisements de gaz, pétrole, charbon…
Même si le climat à l’air plutôt propice aux cultures dans les plaines, il aime jouer avec les extrêmes dans certains coins de l’état : -57°C enregistrés, ce qui est la température la plus froide de tous les Etats-Unis.

Le tourisme comme on peut l’imaginer face à ces paysages naturels est aussi très présents :  Glacier National Park en est son fleuron, avec sa faune et flore variée : grizzly, chèvre des montagnes Rocheuses, loups, orignaux, … et bien entendu toutes sortes de poissons et plus particulièrement de truites 😉
A noter qu’une petite partie de Yellowstone borde le sud de l’état… Mais d’autres sites sont aussi des pôles d’intérêt, comme le lieu de la bataille de Little Big Horn, ou encore des stations de skis très prisées.

En bref, un territoire qui forcément m’attire pour son aspect sauvage et naturel. Le parc de Glacier à la frontière canadienne fait rêver avec ses paysages de rêve et ses glaciers, dont il faut rapidement profiter car ils fondent à vu d’oeil avec le réchauffement climatique…

 

« Le pays des cerisiers » de Fumiyo Kono

Une découverte manga pour compléter ma case « végétal » du challenge Petit BAC 2012, un livre prêté par Petite Fleur (qu’elle commente ici). Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, vu que je n’en avais pas du tout entendu parler. Il est pourtant sorti il y a quelque temps au Japon, 2003, et en 2006 en France. Une éternité en somme ! De plus il a reçu le Prix Osamu Tezuka de la meilleur nouveauté en 2005, ce qui laisser présager le meilleurs…

Vu l’histoire, on peut s’attendre à un vrai voyage au coeur de l’histoire japonaise : nous suivons au travers le destin d’une poignée de personnages les évènements d’Hiroshima et de son bombardement en 1945, en nous focalisant sur les survivants, ceux qui ne sont pas morts sous les bombes atomiques, mais des séquelles de celles-ci… On rencontre la première génération des irradiées qui meurent encore de la bombe des dizaines d’années plus tard, et leurs enfants qui souffrent de maux transmis par leurs parent et les sols contaminés. On découvre réellement que le Japon, et surtout ses habitants, ont souffert plus que nécessaire de la Seconde Guerre Mondiale. Des destins brisés, des familles séparées… mais au delà de tout cela l’espoir de se voir encore en vie.

Bref, plein de bons sentiments… Mais ça s’arrête là pour moi !
Si le dessins classiques et délicats passent vraiment bien, je suis moins fan du scénario. J’ai été rapidement perdue entre les aller et retour entre le passé et le présent, je me suis mélangées un peu entre les période, et j’ai eu un mal de chien à reconstituer les liens familiaux entre les différents protagonistes… Pas évident d’être réellement émue quand on essaye de coller les morceaux !

C’est dommage, car le tout premier chapitre se suffisait à lui même : on suit la vie d’une jeune femme, survivante de la bombe d’Hiroshima, qui vit sa vie de tout les jours en 1955, 10 ans après ces sinistres évènements. Elle voit des amis, fait de la couture, a un amoureux… mais est toujours hantée par ce qu’elle a vu lorsque la ville a été bombardée : les cadavres calcinés, les gens blessés… L‘histoire est belle et la fin est très touchante. Et après la force de celle-ci, les autres chapitres sont inutiles je pense !

Bref, un manga sympa à lire, mais que ne m’a pas non plus transcendée… Bien, mais pas top quoi :-/