Mots-clé : challenge ABC

« Battle Royale » de Koushun Takami

Battle RoyaleAyant adoré Hunger Games de Suzanne Collins et apprécié Sa majesté des mouches de William Golding, il fallait que je lise ce que certains considèrent comme le chaînon entre ces deux œuvres : le roman japonais Battle Royale de Koushun Takami, écrit en 1999. Et bien, je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt ce roman ! Même si la découverte précoce de ce livre aurait peut-être mis en sourdine mon adulation pour Hunger Games

Dans un Japon moderne sous le joug d’une dictature, des classes entières de 3ème sont envoyées chaque années sur des aires de combat, pour suivre le Programme organisé par le gouvernement. Ces adolescents doivent se battre sur une île, avec en leur possession une arme choisie au hasard par le superviseur du jeu. Et leurs ennemis ne sont autres qu’eux mêmes : un seul survivant sortira de l’île… Ils devront donc s’entre-tuer !
Cette année, c’est la classe de Shûya Nanahara qui se retrouve choisie pour le Programme. Mais comment des amis et camarades de classes pourront en arriver à se tuer les uns les autres, eux qui sont tellement soudés habituellement ? C’est ce que nous allons découvrir à grands renforts de combats et de sang !

Avec Battle Royale, on ne chipote pas ! Quarante-deux élèves à éliminer, de quoi laisser libre cours à l’imagination macabre de l’auteur… Et j’adore ça ! Pas mal de scènes trash et gore, mais ce n’est là que la surface du roman. En effet, son créateur cherche plutôt à nous questionner sur l’humanité de ses personnages et la notre. Jusqu’où serait- on prêt à aller pour notre propre survie ? Jusqu’au meurtre ? Serait-on capable de faire confiance réellement à un ami ? Et a une simple connaissance, voir un inconnu ? Devant chaque dilemne, chaque situation, on se demande ce qu’on aurait fait, dans ce grand jeu de la survie.

Comme je le disais plus haut, ce qui m’a un peu perturbé au début, c’est la ressemblance de ce roman avec Hunger Games : des ados qui doivent s’entre-tuer dans un état dictatorial, chacun possédant une arme reçue un peu au hasard, les dilemnes sur les alliances à créer ou non, les noms des morts diffusés par l’organisateur à heures régulières, des zones qui deviennent interdites ou dangereuses pour concentrer sur une zone les concurrents… Et j’en passe ! Tout cela finalement ne retire pas de la qualité à la trilogie americaine, qui surfe plus sur le créneau contemporain de l’hypermediatisation. Mais quand même… Je vais avoir du mal à ne pas comparer les deux encore quelques temps, et par conséquent revoir mon engouement pour la série de Suzanne Collins.

En tout cas je vous conseille ce roman plein d’énergie, qui ne laisse aucune seconde de répit, et ceux jusqu’aux dernières pages. Un grand classique c’est certain ! A l’occasion je me pencherai sur le film et les mangas… Apparement il prennent un angle légèrement différent.

Et voilà au passage une nouvelle lecture pour le challenge ABC, pour la lettre T !

ABC-2015

« Le rêve du village des Ding » de Lianke Yan

Le reve du village des DingComme tous les ans pour les challenges ABC, la lettre Y est une difficulté en soi : les auteurs dont le nom commencent par cette lettre ne sont pas vraiment nombreux. Avec Le rêve du village des Ding de Lianke Yan, je suis un peu parti à l’aventure… Et comme souvent dans ce cas, j’ai eu une bonne surprise. On est pourtant dans une histoire difficile, qui ne laisse pas indifférent, puisque le récit tourne autour des ravages du Sida en Chine.

Dans le village des Ding dans la province de Henan en Chine, un nombre considérable d’habitants sont malade du Sida. Et pour cause : quelques années auparavant, les villageois ont vendu leur sang pour améliorer leur quotidien… et à l’époque personne ne connaissait cette maladie. Aujourd’hui ils tombent comme des mouches. Afin de rendre leurs derniers jours plus vivable, le vieux Ding tente d’organiser un camp pour les malades dans l’école du village. Mais même dans la maladie et la misère, les jeux de pouvoir et le poids des traditions vont réduire ses efforts à néant. Et que dire de son fils aîné qui s’est enrichi grâce à la collecte de sang, et qui maintenant se fait de l’argent en vendant des cercueils ?

Voici donc un roman qui ne laisse pas de marbre… Sans rentrer dans le pathos, on ne peut qu’être solidaire avec les malades qui essayent de vivre des derniers moments de bonheur. Mais on a du mal à comprendre la réaction de certains, qui même plongés dans l’enfer du Sida arrivent quand même à chipoter pour des kilos de farine, ou manipuler les esprits pour obtenir quelques semaines de pouvoir. Pour un pays communiste, l’argent et les possessions semblent avoir une importance capitale ! Le mariage et l’héritage est central : un jeune homme ou une jeune femme doit se marier, malade ou non, mort ou non… Glaçant ! On a un aperçu de jusqu’où les hommes et les femmes peuvent aller, quand ils n’ont plus que leur désespoir.

Voilà donc une lecture très intéressante je pense pour tenter de comprendre la culture chinoise… du moins celle de l’arrière pays (je ne suis pas persuadée qu’à la ville se soit pareil). De plus vous vous en doutez, le récit est tiré de faits réels : en Chine dans les années 90, des villages pauvres ont vendu le sang de ses habitants pour gagner de l’argent auprès du gouvernement. Résultat, dans certains villages 80% de la population a été infectée par le Sida et en est morte, à cause des mauvaises conditions sanitaire (genre une aiguille pour trois…). Et bien entendu, ceux qui ont dénoncé ce fléau ont été rattrapé par la police… Jusque dans les années 2005 le silence etait d’or sur le sujet.

Je le conseil vivement, pour peu que vous ne soyez pas trop déprimés :s

ABC-2015

« Le livre de la mort » d’Anonyme

Le livre de la mortOpération lecture commune avec La chèvre grise, histoire de finir la quadrilogie du Bourbon Kid, avant que le cinquième volume de ses aventures sorte à l’automne prochain !

Suite à la tuerie d’Halloween qui a eu lieu dans L’œil de la lune, les vampires ont été annihilés par le Bourbon Kid. Tous ? Non ! Le roi des vampire Ramsès Gaïus, sa fille Jessica et bien d’autres ont survécu, et projettent de prendre le contrôle de Santa Mondega, puis du monde entier ! Est-ce que le Bourbon Kid va revenir pour les détruire définitivement ? Rien n’est mois sûr… JD, le côté humain du Kid a repris le contrôle du personnage… Sera-t-il assez puissant pour mener à bien sa mission, et sauver du même coup sa petite amie Beth ?

Pas d’inquiétudes, on retrouve avec plaisir l’univers et les personnages habituels de la série. Sanchez est égal à lui même… c’est tout ce qui compte ! Et dans ce tome il devient même flic ! Tout un programme… Le côté décalé du récit, voir surréaliste, est aussi au rendez vous. Mention spéciale pour le Père Noël maléfique et le gang de petites scouts voulant étriper Sanchez.

On est donc content au début du livre, et pas mécontents à la fin… Mais il faut avouer que la série s’essouffle un peu avec ce quatrième tome. L’effet de surprise n’est plus vraiment présent, ce qui rend ce roman moins jubilatoire que d’habitude. Et pourtant il y a tous les ingrédients qui me plaisent : du sang, des vampires, de la baston, des zombies, de l’humour… Mais les schémas vu et revus dans les trois premiers tomes sont un peu plus visible et donc attendus ici. Et puis le fait que le Bourbon Kid ait dorénavant un nom et un visage retire aussi un peu du mystère de l’histoire, forcément… surtout maintenant qu’il a une petite copine.

Bref, une lecture à faire pour les fans du Bourbon Kid et pas désagréable, mais n’empêche… je m’inquiète un peu pour le cinquième volume… Ca va être très difficile de se renouveler !

Pour avoir l’avis de La chèvre grise sur ce livre, rendez-vous ici !

Ce livre me permet en outre de remplir mon objectif pour le X du challenge ABC !

ABC-2015

« Le Chaos en marche tome 2 : Le cercle et la flèche » de Patrick Ness

Le cercle et la flecheJe n’aurai pas attendu trop longtemps pour lire la suite de La voix du couteau, découvert l’hiver dernier.
J’y ai été un peu obligée par mon copain. Il n’est pas un gros lecteur, mais il aime les romans un peu SF ou fantasy sur fond d’aventure de personnages atypiques. Je lui ai donc fait lire le premier tome du Chaos en marche. Il a été tellement emballé que j’ai due commander d’urgence les tomes 2 et 3 pour qu’il puisse les enchaîner… Vu son entrain, je me vois obligée de lire la saga en vitesse, au risque de me faire spoiler sous peu !

Nous avons laissé Todd et Viola à la fin de l’épisode précédent aux portes de la ville de Haven, leur dernier refuge contre le Maire Prentiss et son armée. Malheureusement Haven s’est rendue sans se battre, ses citoyens effrayés par la réputation sanglante des soldats de Prentissville.
Todd se retrouve séparé de Viola, comme tous les hommes et femmes de la ville depuis la fin des combats…Et cela même si la ville d’Haven a trouvé un remède au Bruit, cette malédiction qui touche les hommes uniquement, et qui fait que leurs pensées sont audibles à tous.
Pour Todd et Viola, les semaines à venir vont être éprouvantes ! Todd va devenir un homme de main de Prentiss et travailler avec son fils Davy. Viola, blessée, sera soignée dans un dispensaire dirigé par Mrs Coyle, qui va s’avérer être une révolutionnaire prête à tout pour en découdre avec le Maire Prentiss.

Dans ce tome de la saga, on se retrouve entre deux visions de la société via les regards de Todd et de Viola : l’armée et les maquisards. Des deux côtés pourtant, il y a le combat et la violence… l’un entraînant l’autre. Pour les deux camps, la clé de la victoire se trouve dans le vaisseau de colons qui va atterrir d’ici deux mois. De nouveaux habitants, donc de potentiels combattants… Et surtout des armes pour annihiler le camp voisin ! Viola est donc la clé pour Prentiss et Coyle, car en tant que colon venu sur un vaisseau d’exploration, elle pourra prendre le parti d’une armée ou de l’autre.
L’intérêt pour moi de ce roman n’est pas tant la relation entre Todd et Viola comme dans le premier roman, qui sont clairement amoureux l’un de l’autre sans se l’avouer réellement, que l’ouverture d’un volet qui risque d’être intéressant dans le tome 3 : la relations des humains avec les Spackles. Ces créatures autochtones sont plus présentes dans ce chapitre du récit que dans le précédent, devenus soumis aux humains grâce à une drogue… mais certains d’entre eux ne se laissent pas faire ! J’ai hâte d’en savoir plus et de voir comment ça va terminer !

Bref, un épisode un peu charnière, mais qui reste plein de rebondissements et d’action. Vivement le tome 3 donc, La guerre du Bruit !

Au passage, cette lecture me permet de remplir la ligne N du challenge ABC 🙂

ABC-2015

« L’Oeuf du Dragon » de Robert L. Forward 

L'œuf du dragonIl y a décidément des trésors de science-fiction dissimulés et peu connus… L’Oeuf de Dragon, écrit en 1980 par l’astronome américain Robert L. Forward en fait parti, et je suis bien contente d’être tombée dessus (je ne sais pas trop comment, une fois de plus). Très hard-SF, j’ai eu un peu peur au tout début d’être larguée, mais je me suis très vite laissée happer par cette épopée contant la naissance et la croissance d’une civilisation extra-terrestre.

Plusieurs centaines de milliers d’années avant notre ère, une étoile à neutron se retrouve propulsée en direction du Soleil. Alors que ce pulsar quitte notre système solaire en 2020, une scientifique le repère dans la constellation du dragon… et le voilà nommé « l’Oeuf de Dragon« . En 2049, une expédition est envoyée pour étudier le corps céleste, avant qu’il ne quitte définitivement notre système solaire. Mais ce que ne savent pas les scientifiques dans leur vaisseau au dessus de l’Oeuf de Dragon, c’est que la vie a éclos sur cet astre de 20km de diamètre ! D’abord des sortes de plantes, puis des animaux… Et certains sont même devenus intelligents : les cheelas ! Ces minuscules amibes aux douze yeux vont connaître en accéléré une évolution assez comparable à la notre, et pour cause : sur leur planète cinq secondes équivalent à une journée terrienne ! Malgré tout ce qui les séparent, de la taille au système temporel, humains et cheelas pourront-ils avoir conscience les uns des autres, et pourquoi pas communiquer ?

Voilà donc un excellent roman de science-fiction, construit sur des bases scientifiques ultra solides…de la hard-SF pure et dure. Manquant de références, je n’ai pas encore tout saisi, mais ce n’est pas très grave, car le récit de la vie des cheelas est suffisamment passionnant pour passer outre ces petits inconvénients. Les cheelas se suivent et ne se ressemblent pas : des chefs tribaux de l’ancien temps aux génies dignes de Léonard de Vinci, en passant par les prêcheurs dans le désert, ces créatures sont fascinantes.

J’ai apprécié les jeux d’échos entre la vie de cheelas et l’histoire humaine, comme leur création d’un dieu et d’une religion lorsqu’ils découvre notre Soleil au sud de leur « planète ». Il est aussi amusant de se représenter le monde quasi plat qui est le leur (magnétisme et gravité énormes oblige), ce qui n’était pas sans me rappeller Flatland !

Voilà en tous cas de quoi laisser songeur sur les études sur la vie extra-terrestre. Je ne m’était pas imaginé que le temps pouvait être aussi relatif ! La vie d’un cheela, c’est 30 minutes de temps dans le vaisseau humain. Grâce à cet exercice romancé de Forward, j’ai enfin compris un début de théorie de la relativité !

J’ai donc été emballée par le style et l’histoire, le tout sans baigner dans le moralisme ou le romantisme. On se dit que l’espèce humaine a beaucoup à apprendre encore en lisant ces pages… Et c’est tant mieux 🙂

Je le conseille donc à tous les fans de SF. Seule déception, le roman n’est plus édité ! Il faudra donc se tourner vers d’anciennes éditions chez des bouquinistes ou à la bibliothèque…

A noter que ce roman me permet de remplir une ligne pour le challenge ABC… Doucement mais sûrement !

ABC-2015

« Le cauchemar d’Innsmouth » de H.P. Lovecraft

Le cauchemard d'InnsmouthIl fallait bien que je lise un jour une des pierre angulaire du mythe de Cthulhu, écrite par Lovecraft ! Après le recueil de nouvelle Le mythe de Cthulhu, c’est donc à ce mini roman que je me suis attaquée pour le challenge ABC (décidément, que ferais-je sans lui ? :)).

Au début du 20ème siècles, Robert Olmstead, étudiant, décide de profiter de ses vacances pour visiter la région de ses ancêtres dans le Massachussets. Après quelques pérégrinations en Nouvelle-Angleterre, il entend parler d’un ville qui inspire le dégoût à tous ceux qui l’évoque : Innsmouth ! Ses habitants ont la réputation d’avoir une maladie qui leur donne un air étrange et statique, le « masque d’Innsmouth ». Ils posséderaient aussi des bijoux aux motifs repoussants, qui semblent créés par des créatures infernales… 
Notre héros décide d’aller voir ça par lui-même… A ses risques et périls ! Ce qu’il verra dans cette ville damnée va changer à tout jamais son existence !

Écrit à la première personne par Robert Olmstead, ce témoignage à tous les ingrédients d’un histoire fantastique et d’horreur de qualité ! Malgré qu’il ait été écrit en 1931, le récit est très moderne. J’ai entre aperçu les visions de cauchemar du narrateur en lisant ces lignes, qui mélangenot art et architecture baroque et neo-gothique, dans une ambiance sombre et glauque à souhait ! Et je ne parle même pas des légendes et créatures qui hantes ces pages… Même l’odeur de poisson pourri et de marée et bien retranscrite, et met à la limite de la nausée (ceux qui ont vécu pres d’un port me comprendront !).

Bref, une découverte qui m’a emballée, un récit bien ficellé… Que du bon pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’icône qu’est Cthulhu et son univers !  

ABC-2015

« HHhH » de Laurent Binet

hhhhOu comment j’ai lu un prix un prix Goncourt du premier roman 2010 sans le savoir ! Comme quoi… Et le mieux, c’est que je l’ai d’autant plus apprécié que je ne m’attendais à rien de spécial, ayant oublié le sujet du roman entre le moment où je l’ai déposé dans ma pile à lire et celui où je l’ai ouvert.
Je suis assez peu habituée à lire des romans historiques, mais là je pense que j’ai fait une bonne pioche avec Laurent Binet et cette enquête tournant autour de l’attentat sur Heydrich en 1942 à Pragues.

« Himmlers Hirn heißt Heydrich », ou HHhH : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». Tout un programme !
Avant de devenir au sommet de sa gloire la « bête blonde », le « boucher de Prague » Reinhard Heydrich a eu un destin assez exceptionnel qui l’a mené jusqu’à cette date fatidique du 27 mai 1942. Il en est de même pour ces deux parachutistes tchèques, Kubis et Gabčík, envoyés à Prague par la résistance Tchécoslovaque basée à Londres. Leur objectif, tuer un haut dirigeant nazi, et quoi de mieux que le bourreau Heydrich ?
« L’opération anthropoïde » est l’évènement qui va pousser à ces trois personnages de se rencontrer, au détour d’un virage d’une rue de Prague. Les deux résistants pourront-ils mener à bien leur mission ?

Ce qui m’a impressionné dans cette lecture, c’est à la fois la manière dont l’auteur est documenté sur son sujet, et la façon dont il nous livre ces informations historiques sans tomber dans le ton professoral. On est pas du tout dans la fiction, ce que j’ai aussi apprécié.
Chapitre après chapitre, on suit la « grande histoire », les exactions d’Heydrich, la montée en puissance du nazisme, l’entrainement et le parachutage de Kubis et Gabčík… ainsi que l’écriture du roman en lui même via des digressions de l’auteur, ses doutes et interrogations (par exemple de savoir si la Mercedes de Heydrich est verte foncée ou noire en se basant sur des photos en noir et blanc). Bref, toutes les questions qu’un créateur se pose face à son oeuvre : est-elle équilibrée, ou non, la voie choisie est-elle la bonne… ?
Le mélange entre l’œuvre et l’effet miroir qu’elle a sur son auteur est vraiment très intéressant.

Une découverte passionnante et surprenante, moi qui comme un hasard suis dans ma phase « documentaires nazi » à la TV (vive National Geographic !)…
J’ai appris des foules de choses, et pourtant j’étais prise dans le récit, à espérer pour un happy-end tout en sachant que c’était cuit pour nos héros.
J’ignorais qu’Heydrich avait eu autant de fonctions : grand responsable de la Gestapo, des services d’espionnage, de la police criminelle… et surtout il est concepteur de la solution finale… Triste palmarès…
Mais surtout je n’avais jamais entendu parler de « L’opération anthropoïde », qui a pourtant tous les ingrédients d’une terrible histoire sur la résistance !

Voici un livre que je conseille vivement ! Encore une belle expérience grâce au challenge ABC 🙂

ABC-2015

« Elric, tome 1 : Elric des Dragons » de Michael Moorcock

Elric tome 1Ou quand challenge rime avec découverte des grands classiques ! Grâce au challenge ABC, j’ai enfin pu ouvrir le premier tome de la saga d’Elric, une des séries de fantasy les plus connues ! Neuf tomes au total, édités entre 1972 et 1984… j’ai de quoi faire 🙂

Elric de Melniboné est l’Empereur de l’Île aux Dragons. Pendant des milliers d’années, ses aïeux ont dominé de monde… mais depuis quelques siècle l’Empire de Melniboné s’est réduit à cette île. Beaucoup de monde aimerait voir Elric partir à l’assaut des Jeunes Royaumes et les conquérir, afin de redonner à l’Empire sa superbe d’antan… Comme son cousin Yyrkoon, qui convoite son Trône de Rubis, par exemple. Mais Elric ne voit pas les choses comme cela, et il préfère l’introspection au combat, et passer du temps avec son amante, Cymoril, la soeur d’Yyrkoon. Dévoré par la jalousie et la haine, ce dernier va tout faire pour prendre le pouvoir… quitte à invoquer de puissants démons ! Est-ce qu’Elric, impuissant s’il ne boit pas régulièrement des potions, pourra lui tenir tête ?

J’avais un peu peur en ouvrant ce livre d’être déçue, comme je l’ai été avec Les neuf princes d’Ambre de Roger Zelazny. Mais cette lecture a été agréable. J’ai apprécié le personnage d’Elric, certes torturé, mais progressiste… et la manière dont il affronte l’air de rien son méchant cousin Yyrkoon. L’univers est très sympa, la lecture dynamique, pas trop de personnages avec des noms à coucher dehors à retenir, des créature fantastiques facilement identifiables (élémentaires, dragons…). Du classique côté narration, mais dans le bon sens du terme !

Je suis donc partante pour un tome supplémentaire !

ABC-2015

« La chambre des curiosités » de Douglas Preston & Lincoln Child

La chambre des curiositesC’est avec bonheur que j’ai enfin pu retrouver l’inspecteur Pendergast dans le troisième tome de sa saga, La chambre des curiosités, édité en 2002. Je lis ces roman à dose homéopathique, challenges aidant (le challenge ABC en l’occurrence ici), mais toujours avec plaisir ! Entre thriller, enquête policière et univers fantastiques qui frise toujours avec l’horreur, je me régale ! En plus ce tome tourne autour d’un concept que j’aime beaucoup, les cabinets de curiosités… tout pour me plaire !

Alors qu’une équipe d’ouvriers sur un chantier  détruit un vieux bâtiment à New-York, une cave secrète est mise à nue… Et dans ce souterrain l’horreur surgit : emmurés et mutilés au niveau du bas du dos, des dizaines de cadavres d’enfants et d’adolescents ont reposé là plus d’un siècle. Mais quel serial-killer de l’ère victorienne a bien pu commettre ces abominables crimes ? On ne le saura peut-être jamais : d’aussi anciens meurtres ne nécessitent pas d’enquêtes… pas plus que de fouilles archéologiques. Et un building flambant neuf recouvrira bientôt toutes les preuves.
Mais c’est sans compter avec l’inspecteur du FBI Pendergast, en mission personnelle spéciale ! Accompagné de sa nouvelle recrue débauchée au Museum d’Histoire Naturelle de New-York, l’archéologue Nora Kelly, il va mener sa propre enquête.
Mais bientôt le mystère va commencer à se dévoiler : un certain professeur Leng aurait commis ces crimes au 19ème siècle… Mais le plus étrange, c’est que de nos jours les mêmes crimes recommencent ! Serait-ce un copycat, un assassin qui copierait Leng ? Ou alors le professeur aurait survécu toutes ces années ?

Une fois de plus, notre héros enquête sur une série de meurtres en lien direct avec le Museum d’Histoire Naturelle de New-York (décidément !), et se remet en relation avec des membres de la profession des sciences et de l’histoire ! C’est ce mélange des genres qui me plait bien justement. On retrouve aussi le journaliste Smithback, toujours prêt à tout pour un scoop ! Le côté police et politique est peut-être moins présent que dans les tomes précédents, mais on les retrouve tout de même, toujours aussi mauvais… Bref, un schéma relativement classique, mais efficace !

Après un génial Relic et Le grenier des Enfers qui était un peu moins bon, je retrouve un roman comme j’aime, sympa à lire, un brin glauque, avec des surprises au fur et à mesure de l’enquête. Pas le roman du siècle en terme de suspense (peut-être dû à sa longueur, 700 pages), mais agréable.
Et là je remets les wagons dans l’ordre puisque j’avais déjà lu le quatrième volume, Les croassements de la nuit.
Donc je n’ai plus qu’une hâte, lire le cinquième tome, Le violon du Diable !

ABC-2015

« La ferme des Neshov » de Anne B. Ragde

La ferme des NeshovÇa faisait un sacré moment que cette suite de La terre des mensonges était dans ma PAL… et oui, voilà bien un an que La Chèvre Grise m’a prêté ce livre ! Puisqu’il fallait commencer quelque part pour le nouvel opus du challenge ABC, j’ai commencé avec cette urgence : il faut bien que la propriétaire de ce roman le retrouve un jour, quand même 😉

La famille Neshov au grand complet vient de finir les fêtes de Noël à la ferme familiale dans une petite ville de Norvège. Mais maintenant il est temps que chacun reprenne le cours normal de sa vie.
L’ainé de la fratrie, Tor, reste à la ferme avec son vieux père et va continuer à s’occuper de son élevage de porcs. Sa fille Torunn avec qui il tente de nouer des liens va repartir à Oslo s’occuper de chiens dans une clinique vétérinaire. Les frères de Tor vont retourner à leurs occupations : Margido à son magasin de pompes funèbres, et Erlend et son petit ami Krumme vont repartir au Danemark profiter de leur vie remplie de fêtes et de fastes.
Mais tout ne va pas se passer comme avant ! Jusque-là, la mère était encore vivante et gérait la vie à la ferme… Mais sa mort a laissé non seulement un vide, mais aussi permis d’éclater l’abcès généré par des années de mensonges : le père des trois frères Neshov est en fait leur demi-frère, car c’est le grand-père mort depuis longtemps qui est en fait leur géniteur !
Comment Tor va faire maintenant, laissé à lui-même ? Torunn va-t-elle pouvoir se dégager de ses problèmes de conscience et repartir à la ville ? Et les autres frères Neshov, vont ils enfin se serrer les coudes pour soutenir leur ainé ?

Je ne me souvenais plus trop pourquoi j’avais tellement envie de lire la suite de l’histoire familiale des Neshov en ouvrant le roman… et je m’en suis souvenu en le refermant ! Ce récit est à la fois si sordide et si réaliste, qu’on a qu’une envie : découvrir où comment tout cela va finir !
Comme la première fois j’ai apprécié le style de l’auteur, et les multiples points de vue qui tissent la trame du roman : celui de Tor l’éleveur au sale caractère, de Torunn sa fille retrouvée après des années de séparation qui tente de digérer le fait d’être l’héritière d’une ferme en perdition, d’Erlend le frère cadet expatrié à Copenhague qui hésite entre sa vie sans soucis et revoir son pays natal, ou encore de Margido le croque-mort qui a du mal à se décoincer… Une belle brochette de personnages qu’on a quittés lors des fêtes de Noël dans le premier tome, et qu’on retrouve en plein hiver dans celui-ci. Mais après l’hiver des sentiments… vient le printemps, n’est-ce pas ?
Chacun est focalisé sur sa recherche du bonheur et de l’équilibre… Et bien entendu l’amour a une belle part la dedans, même si ça ne se passe pas toujours comme ils le voudraient. Finalement il semble bien que le seul ciment qui dure années après années, même suite à des disputes, des séparations… ce sont les liens du sang ! Facile peut-être, mais parfois si vrai…

Voici donc une lecture que j’ai aimée. Je suis rentrée dedans tout de suite, j’ai retrouvé mes personnages laissés l’an dernier… bref, un vrai plaisir. Et forcément, je n’ai qu’une envie : c’est de connaitre la suite, dans le troisième opus L’héritage impossible !

ABC-2015