Mots-clé : canada

« Hôtel Olympia » d’Elisabeth Vonarburg

Quelle ne fut pas ma joie en voyant dans la bibliothèque Audible un ouvrage d’Elisabeth Vonarburg, une des références de la SF au féminin !
Moi qui avais adoré Chronique du Pays des Mères, je me suis empressée de le mettre dans ma liste d’envie… avec tout de même une petite crainte en lisant les commentaires pas très engageants. Bon après tout, chacun ses goût !

Olympia a disparu et personne ne peut dire où elle est… Danika sa fille va devoir reprendre la charge de directrice de son hôtel, l’Hôtel Olympia, alors qu’elle l’a quitté en même temps que sa mère il y a plus de trente ans.
Elle a presque tout oublié de ses souvenirs d’enfances, qui vont émerger très rapidement en revoyant les occupants de l’hôtel, pour la plupart des oncles, tantes, grands-parents… toute sa famille en somme ! Mais ces gens sont bizarres et ne semblent pas avoir vieillit, et ils lui parlent comme s’ils cachaient un secret.
Savent-ils où est Olympia finalement ? Il vaudrait mieux, car Danika n’a pas envie de faire de vieux os ici. Si elle se remémore de bons moments avec ses amis, elle sait qu’elle n’a pas toujours été heureuse ici… et elle se souvient aussi que parfois, l’hôtel rêve

L’intérêt de ce livre est assez simple : l’Hôtel Olympia, comme son nom l’indique, est la demeure de dieux grecs, qu’on peut d’ailleurs s’amuser à identifier : Hermès, Cassandre, Héra, Zeus…
Moi qui adore la mythologie, je me suis dit « Chouette ! ». Mais autant le dire tout de suite, j’ai été assez déçue par ce livre… Je n’ai rien compris au récit qui part dans tous les sens, et même avec du recul je n’ai pas réussi à m’embarquer dans cette histoire surréaliste. D’ailleurs de nombreuses références aux arts et à Magritte me suggèrent une apparenté entre ce courant artistique et la construction de ce livre, qui a tout d’un cadavre exquis. Mais je n’ai pas été touchée par cette poésie et le découpage en tableaux successifs.

Le côté audio n’a pas aidé… Grosse surprise lors des premières secondes : le livre est dicté en français québécois ! Normal quand on y réflechit, puisque l’auteure est québecoise. Ça donne une touche exotique et fun, qui ne m’a perturbé que les premières heures… ça et les expressions de nos cousins outre-Atlantique dans certains dialogues. Bref, c’est un détail peu bloquant…
Le souci majeur est celui que je reproche à pas mal de voix d’actrices : elle est tellement neutre et monocorde qu’elle semble presque artificielle.

Donc pas de coup de cœur pour ce livre très axé sur la nostalgie et les tribus familiales… les 17h de lecture m’ont parues bien longues, malgré les qualités d’écriture et d’imagination de l’auteure.

« Autonome » d’Annalee Newitz

Une fois n’est pas coutume mon choix pour le partenariat Denoël s’est porté sur de la science-fiction ! Mais là je m’éloigne un peu de mes univers de prédilection, car il est beaucoup question de robots pour une fois… mais pas dans un univers asimovien, mais une réalité aussi cruelle et cynique que la nôtre. Bienvenue au 22ème siècle !

2144, Jack est une pirate dans tous les sens dans lesquels on pourrait l’entendre : elle vit dans un sous-marin pour échapper aux autorités, car elle gagne sa vie en copiant des médicaments brevetés qu’elle revend au marché noir.
Mais un jour, un de ses médicament piraté -du Zacuity- mène à la folie et à la mort des personnes qui l’ont pris. Est-ce sa recette qui pose problème ? Non, c’est bien la version du labo pharmaceutique qui est létale !
Elle doit trouver un moyen de le faire savoir au monde avant que le Zacuity soit répandu, et trouver un remède pour sauver les consommateurs de ces pilules enfermés dans leur folie.
Au même moment, le bureau des brevets, sur les ordre du laboratoire pharmaceutique, lance deux agents à la recherche de Jack pour la faire taire définitivement : Eliasz et le biobot Paladin, dont c’est la première mission.

L’intérêt de ce roman est qu’il rend accessible la réflexion sur les brevets dans le secteur de la biologie, la pharmaceutique etc… et nous met en garde contre le fait de donner le plein pouvoir sur la santé de l’humanité à quelques entreprises.
En parallèle les histoires croisée de Troized l’esclave libéré par Jack et Paladin la biobot de combat sont aussi intéressante.
La création des robots a posé des questions sur la possibilité d’asservir ou non des humains, et la grosse différence entre les deux reste que les humains ne peuvent être esclaves à la naissance… mais peuvent le devenir. Les réflexions de Paladin sur le monde, les humains, la liberté sont assez amusantes parfois… comme toute intelligence artificielle elle tente de mieux comprendre son monde pour s’améliorer, et surtout Eliasz.
Là où j’ai moins adhéré c’est sur l’histoire d’amour entre Paladin et Eliasz… mais bon, pourquoi pas…

Bref, une lecture pas désagréable mais pas exceptionnelle non plus…
Merci Denoël pour le partenariat, qui me permet d’avancer dans mon challenge ABC !

Autonome d’Annalee Newitz
Traduit de l’anglais par Gilles Goullet
Éditions Denoël, collection Lunes d’encre – 336 pages
Paru le 7 juin 2018

« Troupe 52 » de Nick Cutter

Troupe 52 de Nick CutterUne virée au Canada, ça vous branche ? En temps normal ça pourrait être sympa, mais avec ce roman d’horreur digne d’un Stephen King, on y réfléchira à deux fois. Âmes sensibles et délicates s’abstenir, avec ce livre découvert avec le partenariat Denoël de novembre.

Tous les ans, le chef scout Tim emmène sa troupe en camping au milieu de la nature sauvage. C’est sur la petite île de Falstaff qu’ils vont passer le week-end, un des derniers pour lui et ses cinq scouts. Les garçons sont devenus des adolescents, et bientôt ils abandonneront le scoutisme au profit d’autres activités plus dans l’air du temps… Du coup il faut en profiter et faire une vraie virée en mode survie !  Malheureusement, le séjour va tourner court : un homme débarque sur l’île en canot, et va solliciter leur aide. Il est affamé, et semble très malade… et malgré la nourriture que Tim lui offre, il ne peut pas se rassasier. Sa faim ne semble pas normale du tout, et sa maladie est inconnue au chef Tim qui est pourtant médecin… Pour échapper à la chose qui cause tant de souffrances au malade, la troupe de scouts va devoir faire preuve d’un instinct de survie à toute épreuve.

Après quelques pages d’adaptations, je suis bien rentrée dans ce roman qui se veut en toute conscience « Kingien » : une thématique bien trash, celle d’une maladie très létale qui ronge de l’intérieur le corps ; un délire survivaliste ; un découpage de chapitre qui mêle le point de vue de la troupe de scouts, celui de la presse, des rapports d’enquêtes ; des détails bien crades qui laisse tout de même de la place à l’imagination (pour le pire !). Et il n’a pas le côté négatif des romans des récits de son maître : Troupe 52 est relativement court, et sans longueurs inutiles. Bref, une belle réussite du genre.
Les personnages sont plutôt bien vus, quoique stéréotypés chez les pré-ados : le leader, le violent, le psychopathe, le geek rondouillard et le mec normal… A partir de cette donne, on essaye d’imaginer qui sera le seul à survivre (ou pas !)…
Je ne serai pas étonnée de voir ce roman adapté pour le grand écran un de ces jours… il a tous les ingrédients pour plaire aux amateurs du genre !

Merci Denoël pour ce partenariat.

Troupe 52 de Nick Cutter
Traduit par Eric Fontaine
Editions Denoël, collection Effroi  – 448 pages
Paru le 14 novembre 2016