Mots-clé : Belgique

« Contes à l’encre de la nuit » de Thomas Owen

Contes à l'encre de la nuitContes à l’encre de la nuit de Thomas Owen… ce livre doit être dans ma liste à lire depuis bien 3 ans. Des écrivains dans le domaine du fantastique, dont le nom commence par la lettre O, ça ne courent pas tant les rues que cela !
Enfin, voilà c’est fait ! J’ai acheté, lu et refermé ce recueil de nouvelles parues entre 1945 et 1966, qui oscillent entre fantastique et épouvante. Et je crois qu’il ne va pas me laisser un souvenir impérissable…

Pour faire simple, la majorité de ces courtes nouvelles tournent autour d’histoires de fantômes, du point de vue de témoins de ces phénomènes paranormaux. Dans leur quotidien, que ce soit lors de promenade ou dans une maison, ils vont faire une rencontre ou découvrir un fait perturbant… qui va s’avérer après enquête être un esprit en errance (surprise !).

Après avoir lu des monuments du fantastique et de l’horreur (Lovecraft, Edgar Alan Poe, Hawthorne, H. G. Wells…), où la tension monte crescendo dans une ambiance toujours plus sombre, et où les idées mêmes d’apparitions spectrales glacent le dos… Ben ici je suis restée sur ma faim ! C’est bien écrit, on sent une pointe d’humour et tout… mais franchement, quel ennui !

J’aurai du me fier à l’édition : Zone J de Mijade est la collection pour jeunes ados de 9 à 15 ans. Ben, voilà, tout s’explique ! Je suis tombée sur de la littérature pour enfants… Enfin je ne voudrais pas dire, mais à cet âge j’avais lu Le Horla et Les contes de la Bécasse de Maupassant, quand même plus flippants… de mémoire 😉

Bref, vite lu, vite oublié ! Pas franchement mauvais, mais vraiment pas essentiel pour moi !
Heureusement, il me permet de remplir mon objectif pour le Challenge ABC des Littératures de l’Imaginaire.

challenge de l'imaginaire ABC 2014

« Malpertuis » de Jean Ray

MalpertuisÇa faisait un moment que j’attendais une occasion de lire un roman du maître du fantastique belge, Jean Ray… Depuis 2010 pour être précise : j’avais découvert cet auteur lors du challenge belge, mais je n’avais pas pris le temps de lire une de ses œuvres. C’est chose faite maintenant, avec Malpertuis, roman édité en 1943, qui fais figure de classique dans le genre des histoires de maisons maudites ! Grâce au challenge ABC – Littératures de l’Imaginaire, j’avance enfin en profondeur dans ma PAL 😉

Le narrateur et éditeur de cet ouvrage a compilé plusieurs textes qu’il a retrouvé dans un monastère, et qui traitent de la maison de Malpertuis et des mystères qui l’entourent… Cette demeure semble être hantée par des créatures démoniaques !
Le coeur de ce recueil, c’est surtout le récit du jeune Jean-Jacques Grandsire… Et son histoire fait froid dans le dos ! Lui et sa famille élargie héritent du grand-oncle Cassave de la lugubre maison de Malpertuis… Mais a une condition : toute la famille doit venir vivre dans cette demeure. Le dernier couple vivant dans ces murs héritera de la fortune du richissime oncle… En revanche celui qui quittera la maisonnée n’aura le droit à rien !
Très rapidement, l’ambiance familiale devient pesante, et pour ne rien arranger des esprits malins effraient ses habitants : bruits dans le grenier, bougies qui s’éteignent toutes seules… D’où viennent ces créatures ? Qui seront les deux survivants de cette étrange famille ? Pourquoi Cassave a tant insisté pour que tous viennent vivre à Malpertuis ?

Si l’histoire peut sembler classique au premier abord, comme toute histoire de maison hantée, la manière dont le récit est construit par succession de témoignages et sa conclusion inattendue en font un roman clé du genre !
On est vite pris dans cette histoire sombre, et on essaye de deviner la nature de Malpertuis et de ses démons… Le passage d’un narrateur à l’autre permet de suivre l’histoire dans sa globalité, et rend le récit plus dynamique.
En bref, j’ai passé un bon moment avec ce livre, qui n’est pas sans rappeler l’ambiance gothique des romans de Edgar Alan Poe ou de H. P. Lovecraft !

challenge de l'imaginaire ABC 2014