Mots-clé : autobiographie

« La rivière du sixième jour » de Norman Maclean (Etat du Montana)

On reste dans le nord des Etats-Unis pour découvrir ce nouvel état pour le challenge « 50 états, 50 billets », le Montana, via la nouvelle de 1976 de Norman MacleanLa rivière du sixième jour. C’est de cette histoire semi-autobiographique qu’est tirée le film Et au milieu coule une rivière, réalisé par Robert Redford.

Norman est le fils aîné de la famille Maclean, dont le père est pasteur dans le Montana. Lui et son petit frère Paul sont très vite initiés à la pêche à la mouche par leur père, qui élève cette activité au rang d’art.
Devenu adultes, dans les années 1930, Norman et Paul sont toujours passionnés par la pêche dans les rivières de leur enfance comme la Big Blackfoot, même si Paul est un pêcheur d’un autre acabit que son frère.
Nous suivons les dernières journées de pêche que les deux frères vont passer ensemble, rares moment où la vie les réunis, entre compétition, amour de la nature, mais aussi problèmes familiaux et leur relation fraternelle…

Le résumé du livre ne m’avait pas du tout emballé : un livre axé sur les relations humaine et la pêche à la mouche… C’est bien parce que cette nouvelle était courte, et avait donné le jour à un film à succès (que je n’ai pas vu) que je me suis décidée à le lire.
Et bien je n’ai pas du tout été déçue de revoir mes à priori !

Raconté à la première personne par Norman, cette fiction sent immédiatement le vécu : les sensations et impressions ne peuvent qu’avoir été rédigée par quelqu’un sui connait réellement la pêche en rivière, le Montana, et qui a vécu des relations pareilles avec sa famille. D’ailleurs vers la fin de la nouvelle, le personnage du père invite son fils à écrire des fictions pour mieux comprendre la réalité qui l’entoure…
C’est cette relation à l’autobiographie qui a fait manquer à l’auteur le prix Pulitzer de littérature en 1977, car il ne récompense que des fictions.

Les descriptions des parties de pêches ne sont pas ennuyeuses, et loin de là ! Il fallait quand même du talent pour me faire apprécier ces passages, où les personnages préparent leurs mouches en fonction du poisson et de la rivière, où Norman explique les mouvements en 4 temps du lancer, où encore la description des différents types de truites… Mais finalement c’est passionnant, et on comprend en quoi pour l’auteur la pêche à la mouche, avec des leurres artificiels faits mains, est bien supérieure à la pêche aux vers.

Durant ces parties de pêche, on découvre les magnifiques paysages du Montana : les torrents, les rapides, les plans d’eau, au milieu des montagnes, des plaines ou des forêts… On croirait entendre le bruit de l’eau ! On imagine bien la lumière dans les canyons, la réverbération de l’eau… Cela devient une vraie poésie, où comme l’auteur nous le fait comprendre, la rivière est composée de paroles… Et chacun, pour peu qu’il prenne le temps de le faire, peut lire dans celle-ci comme dans un livre ouvert.
De nombreux passage vont au delà de la métaphore de la rivière de la vie, car Norman nous explique aussi l’histoire de la région via les signes laissés près de ces rivières : les grand glaciers de la préhistoire, la formation des montagnes, les traces laissés par de grands lacs… L’histoire de la terre est inscrite dans les roches du Montana, et ont des échos aujourd’hui encore !

Bref, j’ai vraiment bien aimé cette histoire, qui m’a fait voyager dans un monde hors du temps… Si vous avez l’occasion de le lire, n’hésitez pas, c’est un petit moment de fraîcheur, qui de plus fait réflechir sur les relations familiales !

Comme on le voit dans le récit, le Montana est une région sauvage et naturelle, même si depuis l’époque où se déroule cette histoire (début du 20ème siècle), le tourisme et l’urbanisation ont un peu fait du chemin !

Et des beaux paysages de montagne où coulent des rivières sauvages, il peut y en avoir à foison là bas si on en croit l’origine du nom Montana, signifiant en espagnol « Montagne« . Mais le Montana n’est pas composé que de roche : si l’ouest est marqué par les montagnes Rocheuses, l’est est composé de grandes plaines… Avec le fleuve Missouri coulant d’est en ouest et coupant l’état en deux.

Les régions du Montana ont elle aussi fait partie de la grande Louisiane française, mais rejoint en 1803 les USA lors de la vente de toutes les terres françaises. Bien qu’habité par quelques colons et trappeurs, le territoire est alors plutôt sauvage, et se sont les amérindiens qui peuplent principalement ces terres.
Au milieu du 19ème siècle, la découverte de gisements d’or provoque une ruée vers l’or, et l’immigration massive vers le Montana lui permet de devenir un territoire en 1864. C’est à cette période qu’un des camps de mineurs deviendra la ville d’Helena, qui sera la capitale du futur état. Mais les heurts entre indiens et colons sont nombreux, au point de provoquer la bataille de Little Big Horn, où les Sioux de Sitting Bull gagneront face au général Custer.
En 1889, le Montana est intégré à l’Union et aux Etats-Unis, et devient un état à part entière.
Afin d’encourager le peuplement des grandes provinces inhabitées, la loi du Homestead Act est raccourcis de 5 à 3 ans : ainsi, une famille qui prouve avoir vécu et travaillé une terre plus de 3 ans peut en devenir officiellement propriétaire, sous une certaine limite de taille de terrain… De quoi motiver les colons européens à investir les lieux : allemands, suédois, anglais, irlandais, écossais (comme les protagoniste du roman),… ! Avec le chemin de fer, la région devient plus accessible. Le Montana est pris d’assaut par les immigrants, avec comme conséquence une réduction de la taille des terre offerte, ce qui rend alors l’élevage et l’agriculture plus difficile.

 

Malgré cet engouement pour la région au 19ème siècle, le Montana reste très rural (75%), et fait parti des régions ayant une des densités de population les plus faibles de Etats-Unis… Il y a peu d’habitants, au total, à peine un million ! Naturellement, l’agriculture et les industries du bois sont dominantes dans l’état. Mais ses richesses proviennent aussi  des sols, et des mines d’or, argent, cuivre… et des gisements de gaz, pétrole, charbon…
Même si le climat à l’air plutôt propice aux cultures dans les plaines, il aime jouer avec les extrêmes dans certains coins de l’état : -57°C enregistrés, ce qui est la température la plus froide de tous les Etats-Unis.

Le tourisme comme on peut l’imaginer face à ces paysages naturels est aussi très présents :  Glacier National Park en est son fleuron, avec sa faune et flore variée : grizzly, chèvre des montagnes Rocheuses, loups, orignaux, … et bien entendu toutes sortes de poissons et plus particulièrement de truites 😉
A noter qu’une petite partie de Yellowstone borde le sud de l’état… Mais d’autres sites sont aussi des pôles d’intérêt, comme le lieu de la bataille de Little Big Horn, ou encore des stations de skis très prisées.

En bref, un territoire qui forcément m’attire pour son aspect sauvage et naturel. Le parc de Glacier à la frontière canadienne fait rêver avec ses paysages de rêve et ses glaciers, dont il faut rapidement profiter car ils fondent à vu d’oeil avec le réchauffement climatique…

 

« Le lièvre de Patagonie » de Claude Lanzmann

C’est assez rare que j’abandonne une lecture… En générale quand un livre m’ennuie je me force, je m’accroche en me disant que c’est un petit calvaire d’une journée ou deux pour le finir en diagonale ! En lecture comme en cuisine, j’aime goûter et tout et finir mon assiette 🙂

Mais pour cette autobiographie de 756 pages, il a fallu que je choisisse entre mon orgueil de lectrice « qui fini tout ses livres » et mon amour de la lecture en général… Un livre qui vous ennui à de quoi vous dégoûter d’ouvrir un livre pendant des mois. En butant sur la 536ème page début décembre, je l’ai refermé, et ouvert beaucoup d’autres romans depuis. Et je n’ai pas du tout eu envie de me remettre dessus, même si j’étais aux trois quart de la délivrance : je déclare donc Le lièvre de Patagonie comme lecture abandonnée !

Claude Lanzmann, né en 1925, nous livre ici son autobiographie. Les plus cultivé (dont je ne faisais pas parti) sauront qu’il est le réalisateur du célèbre film Shoah, sorti en 1985.
Il faut avouer que sa vie lui permet de remplir allègrement les pages de ces mémoires ! Entre la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale, sa jeunesse auprès de grands auteurs comme Sartre, Michel Tournier, compagnon de longues années de Simone de Beauvoir, son métier de journaliste durant une période très sensible au niveau du climat international (guerre d’Algérie, Corée du Nord qui se referme…)…

Alors peut être ne-suis je pas vraiment férue d’histoire contemporaine… j’avoue que ça n’est pas vraiment ma période favorite. En même temps c’est très bien, j’ai appris pas mal de petites choses en lisant ces lignes.
La vie des grands auteurs en mode intime, c’est sympa aussi, ça humanise les personnages.
La question juives, que ce soit durant la période de déportation ou la création d’Israel est traité avec des pincettes, sans pathos particulier ou prise de position trop marquée (ça change).
En revanche je n’ai pas du tout adhéré au climat de justification du livre, qui apparaît par ici et par là. A priori quelques auteurs ou journalistes ont dénigré des comportements ou propos de Lanzmann, et il s’en explique ici. Bon, je n’ai rien contre les règlements de comptes, mais vu que je me tape un peu de cette affaire à la base… Au passage il tacle un ou deux gars qui n’ont pas eu un comportement très propres pendant la guerre ou après.
Et puis le côté forcément nombriliste de l’autobiographie (j’ai fais ci, j’ai fait ça, et en plus je suis très doué), ça m’a vite gonflé… je me demande si je suis vraiment faite pour ce genre littéraire.

Bon, pour résumer je me suis ennuyée, j’ai lâché le bouquin, et je l’ai bien vite oublié
Dommage c’était un cadeau, je me demande ce que je vais pouvoir raconté à la personne qui me l’a offert 😀

« L’instant de ma mort » de Maurice Blanchot

Je crois que rarement lecture fut aussi rapide… à peine 5 stations de métro pour lire L’instant de ma mort, de l’écrivain et philosophe Maurice Blanchot. 15 pages, ça se parcoure vite il faut dire ! Mais côté temps de digestion de ce roman, il va me falloir bien plus de 10 minutes !

Maurice Blanchot raconte comment en juin 1944 il a faillit être fusillé par une troupe de soldats allemand. Pendant les longues secondes durant lesquelles le lieutenant nazi le sors de chez lui devant sa famille, que le peloton d’exécution se place… il va passer par différents sentiments, de l’incompréhension à l’acceptation de la mort : la confrontation avec sa propre fin lui permet d’apprivoiser cet état de fait, et le rend serein face à inéluctable. Mais cela est vain, son exécution n’ayant finalement pas lieu.

J’avoue que j’ai du relire deux fois certains passages pour être sure de bien comprendre, et encore, je ne suis pas certaine de tout saisir… une expérience mystique, impossible à appréhender pour ceux qui n’ont pas vu leur propre mort ?
Enfin on comprend tout de même le recul qu’il prend malgré lui face à l’horreur de la situation, via l’utilisation de la 3ème personne du singulier, où on le sent à la fois hors de sa propre histoire (comme décorporé), et en plein œil du cyclone.

Je sens que demain on va largement en parler au travail, cette lecture conseillée par un groupe de collègue a beaucoup fait disserter lors de mes vacances, à en lire le post de Petite Fleur sur le sujet !

Bref, je suis assez neutre sur ce livre, si ce n’est que comme le dit Petite Fleur, 6 € pour un livre de 15 pages, ça fait mal au portefeuille quand même (et pas que là !)