Mots-clé : angleterre

« Mes vrais enfants » de Jo Walton

Mes vrais enfantsNouvelle plongé dans le monde fantastique de Jo Walton avec ce partenariat Denoël de janvier (oui je suis un peu à la bourre…). J’avais découvert cette auteur l’an dernier avec Morwenna que j’avais beaucoup aimé. Je crois que j’ai encore plus apprécié Mes vrais enfants, moins ancré dans la fantasy mais qui flirte lui aussi avec les univers parallèles, le vrai et le faux qui se mélangent et brouillent les pistes et le champs des possibles…

Patricia est très âgée maintenant et vit depuis une dizaines d’années dans une maison de retraite en Angleterre . Sa mémoire lui fait défaut ainsi que sa vue… et elle n’a rien d’autre à faire que se souvenir de son passé. Mais si elle se rappelle bien de son enfance, de son adolescence au lycée pendant la Seconde Guerre Mondiale, de ses études pour devenir institutrice à l’université, et de son fiancé Mark… il en va autrement pour sa vie d’adulte. Elle ne sait plus si elle a accepté de se marier avec Mark, si au moment fatidique elle lui a dit « oui » ou « jamais ».
De cette réponse, sa vie et ses souvenirs en seront complètement bouleversés.
Si elle a accepté d’épouser Mark, son existence sera teinté de morosité, de manque d’amour et de considération, à s’occuper du logis et à être continuellement enceinte… Alors que si elle a refusé ce mariage, elle deviendra spécialiste de la ville de Florence, continuera à enseigner et rencontrera le grand amour dans les bras de Bee, une jeune scientifique. Dans l’univers de sa vie d’épouse, le monde vit dans la paix et fait de grands progrès sociaux et scientifiques, alors que dans la vie où elle est libre, le monde connaît plusieurs guerres nucléaires… Dans ces deux vies, elle aura des enfants, mais pas les mêmes ! Quels sont les bons souvenirs ?

De manière assez classique, mais efficace, un peu comme dans La part de l’autre d’Eric-Emmanuel Schmitt, on alterne un chapitre présentant la vie de Tricia / Trish, la femme de Mark qui a eu 4 enfants, puis un à la même période s’intéressant à celle de Pat, en couple lesbien avec 3 enfants.
Un roman génial qui m’a tour à tour attendri, ou plongé dans la déprime. En lisant les chapitres ayant trait à la vie de Tricia, j’ai revu ce que ma grand-mère à finalement vécu à la même époque : se marier, en baver à la maison, faire des enfants dont on a pas le temps de s’occuper ente deux fausses couches, avec un mari absent.
La vie de Pat est mille fois plus palpitante, entre voyages, grand amour, un super boulot, les enfants aussi… mais elle doit évoluer dans un monde ravagé par la guerre.
Justement, ces difficultés de mémoire sont une excuse pour l’auteur pour toucher un peu à la dystopie : ce récit n’est pas seulement un roman de mœurs, mais aussi une SF ! En mode « battement d’aile d’un papillon qui provoque un ouragan », le choix de Patricia semble influencer l’avenir de notre planète. Il est juste dommage qu’on ait pas plus de détails sur ce qui provoque cette rupture d’un univers à l’autre, mais bon, tout ne doit pas être expliqué… surtout quand on se dit que la vérité doit être quelque part entre les deux.

coup de coeurJ’ai tellement apprécié ma lecture que j’ai été en acheter un exemplaire… j’ai un cadeau d’anniversaire à faire ce week-end, et ce roman coup de coeur sera un présent parfait !

 

Et au passage, il rempli ma case W du challenge ABC 2017 !

Mes vrais enfants de Jo Walton
Traduit par Florence Dolisi
Editions Denoël, collection Lunes d’Encre – 352 pages
Paru le 19 janvier 2017

abclogoshadow

 

« Morwenna » de Jo Walton

MorwennaPour le partenariat Folio du mois de mai, j’ai une fois de plus fais confiance à mon instinct en choisissant Morwenna, d’une auteure qui m’était inconnue, Jo Walton. Ce roman paru en 2011 étant bardé de prix (Hugo, Nebula, British fantasy…), je me suis dit que je ne devais pas trop me tromper en le choisissant…

En Angleterre, en 1979, Morwenna, dite Mori, écrit son journal. A 15 ans elle vient de quitter le Pays de Galles, pour échapper à sa mère qui est une sorcière. A cause d’elle, sa sœur jumelle Morganna a été tuée dans un accident de voiture, et elle-même se retrouve handicapée par une jambe boiteuse.
Au terme de sa fugue, elle fini chez son père, Daniel, qui les avait abandonnées à leur naissance. Celui-ci vit avec ses trois sœurs, dans un manoir anglais… Mais Mori n’y restera pas longtemps : afin de parfaire son éducation, ils l’envoient dans un pensionnat de jeune filles. Dans cette campagne anglaise où la nature a peu de place, elle ne peut pas voir autant de fées qu’au Pays de Galles… Sa seule consolation sera pour elle la lecture de roman de fantasy et de science-fiction, et la possibilité de faire de la magie pour améliorer son quotidien et se protéger de sa mère.

Je suis assez pensive face à ce roman. J’ai beaucoup aimé le style de l’auteure, et c’est avec bonheur que j’ai plongé dans le journal de Morwenna et dans l’ambiance qui s’en dégage, so british. S’immiscer dans l’intimité et les questionnements d’une adolescente fans de SF est un vrai plaisir… Mais la présence d’éléments fantastiques comme la magie et les fées dans un quotidien aussi basique est assez déroutante.

La difficulté avec ce livre, c’est de le classer… Il est mis dans la catégorie science-fiction chez l’éditeur, mais pour moi on est plutôt dans le fantastique, voir la fantasy…. Si ce n’est dans les contes de fée.
C’est très certainement là que se trouve la clé de sa lecture : au fil des notes dans le journal de Mori, la typologie du roman évolue. Elle grandit au fur et à mesure que la nature des êtres qu’elle perçoit se transforme. Les fées passent d’elfes au nom empruntés au Seigneur des Anneaux, à des fantômes ou à des êtres indeterminés. En passant de la fantasy à la science-fiction, elle se détourne du passé douloureux à un avenir plein d’espoirs.
Les références aux classiques de la fantasy et de la SF sont nombreuses. Il n’y a pas une entrée de journal où Mori n’indique pas le roman qu’elle est en train de lire, et ce qu’elle en pense. Mais cela va plus loin je pense, bien que je manque de références pour étayer ma thèse. Les situations que vit Mori semblent emprunter à des romans qu’elle apprécie ou qui la marquent… Ce qui laisse à penser que toutes les situations qu’elle vit sont des fantasmes. Voit-elle réellement des fées ? Sa mère est-elle une vilaine sorcière ? Son père est-il sous le charme de ses trois sœurs qui l’enchainent au manoir ? Est-elle une adolescente rêveuse ou carrément atteinte de schizophrénie ? Et si en tant que lectrice je ne crois pas qu’elle voit vraiment des fées, c’est que j’ai perdu la capacité de croire à la magie dans ce monde… Ce roman est presque comme un test pour nous, lecteurs.

Bref, j’ai vraiment aimé ce roman. Au point où je projette de lister les romans qui y sont cité pour essayer d’en dévoiler sa réelle nature…
C’est une lecture qui peut sembler simple au premier abord, mais qui laisse la possibilité de creuser un maximum de piste pour le comprendre. Il va me rester un moment en mémoire je pense.

Au passage, j’utilise ce roman pour la lettre W du challenge ABC des littératures de l’imaginaire.

IMG_0235.JPG

« Complétement cramé ! » de Gilles Legardinier

Depuis plusieurs années je voyais cette couverture dans les librairies, dans les mains de lecteurs dans le métro… sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Un vrai manque à ma culture littéraire populaire ! Surtout quand tous les gens qui l’ont lu autour de soi en disent le plus grand bien… sans parler des nombreux avis positifs sur les sites de lecteurs.
C’est donc en ayant à l’esprit d’être face à un best-seller que j’ai entamé ma lecture.

Andrew Blake, arrivé à la soixantaine, fait le bilan de sa vie et décide de la changer totalement. Ce patron d’entreprise, veuf, vivant en Angleterre, décide de partir quelques mois en France et de se faire passer pour quelqu’un d’autre. Dorénavant, il sera majordome dans la demeure de Nathalie, qui pense vraiment avoir embauché du petit personnel.
Entre la maitresse de maison, la cuisinière Odile et son chat Méphistophélès, la jeune femme de ménage Manon et le gardien Philippe… il va avoir fort à faire. En effet, chacun a sa somme de petits et grand malheurs, qu’il va se faire un plaisir d’atténuer, parfois à leur insu.

Ce roman est en effet fort rafraichissant, comme j’avais ouïe dire. La prose est simple, les idées biens tournées… et ces pages sont truffées d’anecdotes amusantes, de jeux de mots surréalistes… Bref, l’humour british à la sauce française ! On est même parfois ému par les situations, scènes ne sont pas trop mièvres contrairement à ce que je craignais.
Les personnages sont attachants, chacun avec son lot de regrets, auquel on pourra tour à tour s’identifier. Bref, un joli conte sur la vie, à différents moment de maturité.

Mais bon, il faut avouer qu’on m’a tellement vendu ce roman comme une perle que je suis un petit peu déçue. J’ai vraiment pris plaisir à le lire, je le conseillerai autour de moi, mais il me manque un petit quelque chose pour que ce soit vraiment un coup de cœur. Mais attention, c’est vraiment un très bon livre ! Il est juste un peu victime de son succès pour moi…

« Sans parler du chien » de Connie Willis

Sans parler du chienS’il y a un roman de science-fiction contemporain qui fait office de classique, c’est bien Sans parler du chien, écrit en 1997 par Connie Willis. Prix Hugo et Locus, des commentaires dytirembiques sur les forums et sites de lecture… Je ne pouvais pas passer à côté plus longtemps !
Voilà pourquoi il était dans ma liste du challenge ABC cette année. Au passage La chèvre grise qui en avait aussi entendu que du bien avait envie de le lire et m’a proposé une lecture commune.
Si bien que ça alors ? Et bien peut être pas 🙁

Ned Henry est historien à Oxford dans un futur proche. Dorénavant les historien ne font pas qu’étudier les traces du passé : ils voyagent dans le temps pour les constater de visu !  Pour le compte de Lady Shrapnel, Ned va parcourir le passé, afin de réaliser le rêve de celle-ci :   reconstruire à l’identique la cathédrale de Coventry, détruite par un bombardement lors de la Seconde Guerre Mondiale. Pour que le bâtiment soit parfait pour son inauguration, il ne manque que la potiche de l’évêque, disparue sous les bombes. Cette mission va conduire Ned a voyager dans l’Angleterre de la fin du 19eme siècle. Il devra faire tout son possible pour mettre la main sur la potiche, et essayer de réparer le futur en jouant les marieurs auprès de jeunes gens de la bonne société victorienne.

Ce roman fait parti d’une saga autour de l’université d’Oxford et de ses historiens voyageurs temporels, et en est le deuxième tome. C’est peut être pour cela que j’ai eu du mal à tout caler lors du premier quart du roman… Mais comme j’ai aussi trouvé le dernier quart assez brouillon, je me dis que c’est peut être tout simplement le livre qui est un peu brumeux.
Pourtant une fois dans le coeur de l’intrigue, dans la partie au 19eme siècle, j’ai vraiment bien accroché à l’histoire et ses personnages, que j’ai trouvé très amusants. Il faut dire qu’avec comme adjuvants un bouledogue et une chatte, je ne pouvais qu’aimer 😉
Mais tous le récit qui tourne autour de la réfection de la cathédrale de Coventry m’a beaucoup ennuyée. Les discours scientifiques autour des voyages dans le temps et leurs les décallages temporels m’ont été difficile à appréhender. D’où ce sentiment de chaos au début et à la fin du roman…

Bref, j’ai du mal comprendre l’engouement pour ce roman. Il n’est pas désagréable mais c’est pas un chef d’œuvre ultime non plus… Le mélange des genres, les références à la littérature anglaise à tout bout de champ doit jouer à son succès. Mais je suis tout de même déçue.

ABC-2015

« Une autre idée du silence » de Robyn Cadwallader

Une autre idée du silenceC’est la rentrée des partenariats littéraires ! Pour commencer cette nouvelle saison avec Denoël, j’ai choisi Une autre idée du silence, un roman australien de Robyn Cadwallader paru cette année. Cette fiction historique nous plonge dans le quotidien d’une recluse anglaise au 13ème siècle, une période et thématique qui me sont complètement étrangères.

A 17 ans Sarah fait le choix de se donner entièrement à Dieu, non pas en entrant dans un couvent, mais en  devenant une recluse. Dorénavant, elle ne fait plus parti du monde des vivants : elle vivra jusqu’à la fin de ses jours dans une petite pièce attenantes à une église, scellée comme un tombeau. Ici elle pourra se consacrer à la prière et oublier son corps de femme, objet de péchés. Pour lui permettre de vivre son ermitage, elle a deux servantes, Louise et Anna… Et un confesseur, le seul homme à avoir le droit de lui parler. Nous allons découvrir avec Sarah les raisons qui l’ont poussé à vivre isolée du monde… Sa foi, et sa volonté à fuir un monde où les femmes ne semblent être nées que pour souffrir.

S’il est question de religion dans ce roman, il est aussi et surtout question de la place de la femme dans la société médiévale anglaise en 1255. Elles sont encore considérées comme de créatures faibles, porteuses du péché, tentatrices et lascives. Bref, elles ne sont bonnes qu’à porter des enfants, obéir aux hommes et travailler. En se retirant du mondé Sarah espère échapper à ce destin, que sa sœur morte en couche a connu. Mais en écoutant les prières des villageoises et en conseillant ces femmes, elle va comprendre que les choses ne sont pas si simples pour elles… Comment leur apporter de l’aide alors qu’elle est enfermée dans une cellule et n’a rien connu de la vie ?

Les personnages qui gravitent autour d’elle sont assez secondaires, bien qu’ils rythment sa vie. Logique, puisqu’elle ne peut pas les voir. Le seul sur lequel un focus est vraiment fait est Ranaulf, son nouveau confesseur, qui est aussi moine copiste. Son regard critique et mysogine en fait un parfait représentant de l’église de son époque…
Le méchant de l’histoire, Sire Thomas, est le protecteur de Sarah, c’est à dire le seigneur qui accepte de l’entretenir sur ses terres. On regretterai presque qu’il ne soit pas plus extrême et caricatural pour donner un peu de piquant !

Une lecture pas désagréable, même si elle manque un peu de rebondissements, à se vouloir trop réaliste. Nous ne somme pas dans un récit d’aventure historique comme dans Les piliers de la terre, mais dans quelque chose de plus contemplatif. Une parenthèse culturelle au milieu de mes lectures habituelles, qui a eu l’avantage de me faire me pencher sur l’architecture médiévale (mais qu’est-ce qu’un hagioscope ?) et sur les rites autour de la réclusion religieuse.

Une autre idée du silence de Robyn Cadwallader
Editions Denoël & d’ailleurs
Traduction : Perrine Chambon et Arnaud Baignot
2015 – 398 pages

Au passage, ce livre va me permettre  de valider l’entrée musique pour le challenge Petit BAC 2015.

petit-bac-2015

 

« Les animaux dénaturés » de Vercors

Les animaux dénaturés Petite incursion dans la littérature française moderne pour le challenge ABC avec ce livre paru en 1952, de Vercors. Un classique si on peut dire, qui se situe entre l’ouvrage philosophique et le roman judiciaire… Interessant, mais un poil longuet malgré son faible volume.

En Grande-Bretagne, le journaliste Douglas Templemore se retrouve au coeur d’une des aventure anthropologique du siècle : des scientifiques ont découvert en Asie la mâchoire d’un hominidés qui semble être le chaînon manquant entre le singe et l’homme… Et il s’avère que ces êtres foulent encore le sol des forêts sauvages ! Nommés Parenthropus, et surnommés « Tropis« , il deviennent rapidement le centre d’intérêt des anthropologues, hommes de foi, et aussi d’industriels en mal de mains d’oeuvre. Car ces Tropis semblent avoir un semblant d’intelligence, et surtout une dextérité manuelle indéniable, derrière leur air animal. Sont-ils des hommes ou des singes ? Qui pourra répondre à cette question, et comment ? Surtout quand l’équipe d’étude des Tropis découvre que les croisements entre ces créatures et l’être humain sont possibles

Un roman sympathique dans le sens où il nous questionne sur notre humanité. Difficile en effet de dire nous-même ce qui est humain, et où cela s’arrête, au vu des arguments amenés dans le livre. On retrouve beaucoup d’idées énoncés par Freud, Levis Strauss,… dans la réflexion de Vercors. L’homme est-il déterminé par son âme, son amour de l’art, ses passions pour se hisser au dessus de la nature… ?

Bref, une lecture humaniste intéressante mais sans plus. Courte, fort heureusement !

ABC-2015

 

« La dernière fugitive » de Tracy Chevalier

La dernière fugitiveDifficile de ne pas succomber à l’appel du dernier roman de Tracy Chevalier lors du partenariat de mars de Folio ! J’avais beaucoup aimé Prodigieuses créatures il y a quelques années, et j’avais envie de découvrir un autre roman de cette auteure… Voilà qui est chose faite ! Maintenant je n’ai qu’une envie, lire ses premiers romans 😉

1850, Honor Bright quitte l’Angleterre avec sa sœur Grace pour rejoindre l’Amerique. Grace doit retrouver son fiancé Adam, un quaker comme elles, pour l’épouser et vivre avec lui en Ohio.
Mais à peine arrivé sur les côtes américaines, Grace tombe malade et succombe d’une mauvaise fièvre… Laissant Honor seule et sans relations ! Heureusement, elle va rencontrer Belle, une modiste dans la petite ville de Wellington. Celle-ci va l’héberger, la nourrir et l’aider à contacter son ex-futur-beau-frère Adam. Mais même s’ils font partis de la même congrégation religieuse, Honor sent bien qu’elle n’est pas à sa place entre Adam et la veuve de son frère… Elle va devoir trouver un échappatoire pour pouvoir vivre et s’épanouir en Ohio. Et si cela prenait la forme du « chemin de fer clandestin« , la route des esclaves en fuite vers le Canada ?

Voilà un roman sur fond historique très intéressant ! Je ne connaissais pas du tout cette partie de l’histoire des Etats-Unis, celle des esclaves en fuite, tentant de rallier le Canada via les les états où l’esclavagisme est banni, tels  ceux du nord du pays. A travers des lois aidant les chasseurs d’esclaves, on se rend compte de toute l’hypocrisie d’un système à cette période : si ces états refusent l’esclavagisme, ils ne sont pas activement impliqués dans son éradication… bien au contraire !
Même les quakers, farouches émissaires de l’égalité entre les hommes, reconnaissent le bénéfice économique de cet état de fait : les esclaves permettent de produire du coton peu cher, que les grossistes d’Ohio peuvent vendre à des prix modiques dans le monde entier… Et l’argent est ce qui permet aux Etats-Unis d’être indépendants.
Les personnes qui aident les esclaves, que se soit dans les états du Sud comme dans ceux du Nord peuvent réellement été considéré comme des héros, vu ce qu’ils encouraient pour un simple geste de compassion !

Outre cet aspect historique, j’ai apprécié l’histoire d’Honor, qui quitte l’Angleterre, sa famille et son amie Biddy pour fuir des fiançailles rompues.
Tout au long de cette histoire, qui mêle récit à la troisième personne et roman épistolaire, Honor cherche sa place… et ne la trouve que quand elle a une aiguille dans la main. En effet, l’art du quilt à une place centrale dans ce roman ! On apprend les différences entre les quilts classiques britanniques, très géométriques et travaillés, et ceux d’Amerique, simples et très colorés. Les passages important de la vie d’Honor sont représentés par les morceaux de tissus qu’elle glane dans l’optique de créer un jour un quilt américain. C’est assez bien vu et touchant ! Ça donne aussi une autre dimension à ces travaux de couture, que j’aurais décris comme kitsch il y a encore une semaine !

Bref, je suis emballée, et je vais conseiller ce livre à mes proches ! Il y a plein de bonnes choses à prendre dans ce livre.
Merci Folio pour ce partenariat ! 🙂

« Le maître des insectes » de Stuart Prebble

Le maitre des insectesVoici une nouveauté Denoël, acquise grâce au partenariat mensuel avec l’éditeur, qui ravira à coup sûr les amateurs de thriller !

Dans la banlieue de Londres, dans les années 60 – 70, Jonathan et Roger Maguire forment une fratrie inséparable, malgré le retard mental de Roger, le plus âgé des deux. Pour leurs parents, l’avenir de leur ainé est un vrai soucis… et son obsession pour les insectes et son insectarium n’arrangent pas les choses en grandissant.
Alors qu’il est parti étudier à l’université de Newcastle avec sa petite amie Harriet, Jonathan apprend brutalement la nouvelle : ses parents son morts dans l’incendie de la maison familiale… un malheureux accident… Et Roger s’en est sorti en se cachant dans son insectarium !
Dorénavant, la vie de Jonathan ne sera plus la même : comme promis à ses parents, il va s’occuper de son frère, au dépend des ses études, mais aussi de son couple. Si Harriet et lui sont amoureux, vivre à 20 ans un tel éloignement n’est pas chose aisée !
Jusqu’au jour où, un beau matin, il se réveille un tesson de bouteille à la main et le corps d’Harriet à ses côtés sans vie

J’ai apprécié dans ce roman l’écriture à la première personne, avec un ton qui laisse entendre un retour sur tous les évènements de toute une vie. On perçoit bien les sentiments du narrateur, Jonathan, on comprend la psychologie du personnage, son amour pour son frère, sa passion pour Harriet, sa jalousie envers les hommes qu’elle côtoie à la fac… le cocktail idéal pour un crime passionnel en somme !
En même temps on sent bien quelles questions l’auteur veut nous amener à nous poser. Il nous oriente vers des suppositions quant à la manière dont les parents sont morts (accident ou meurtre ?)… et à partir de là sur la réelle déficience mentale de Roger. Est-il si innocent qu’on veut bien le croire ? Est-ce un manipulateur pervers ?

Même si une de mes hypothèses c’est avérée juste quant à la résolution d’une des énigmes du livre, il y en a deux ou trois qui m’ont surprises et qui ont été bien amenées. La dernière page du livre notamment en écho avec le prologue est bien vu, et donne une explication de dernière minute assez élégante !

Une lecture très sympa, pas le thriller du siècle, dans le sens ou ça n’est pas un page-turner au suspense haletant.  Mais c’est un roman qui change de ce que j’ai pu lire ces derniers temps, et ça fait du bien.
Et au passage une lecture pour l’animal du challenge Petit BAC 2015 !
Merci Denoël pour cette découverte !

Le Maître des insectes de Stuart Prebble
Éditions Denoël collection Suspense
2015 – 352 pages

petit-bac-2015

 

« HHhH » de Laurent Binet

hhhhOu comment j’ai lu un prix un prix Goncourt du premier roman 2010 sans le savoir ! Comme quoi… Et le mieux, c’est que je l’ai d’autant plus apprécié que je ne m’attendais à rien de spécial, ayant oublié le sujet du roman entre le moment où je l’ai déposé dans ma pile à lire et celui où je l’ai ouvert.
Je suis assez peu habituée à lire des romans historiques, mais là je pense que j’ai fait une bonne pioche avec Laurent Binet et cette enquête tournant autour de l’attentat sur Heydrich en 1942 à Pragues.

« Himmlers Hirn heißt Heydrich », ou HHhH : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». Tout un programme !
Avant de devenir au sommet de sa gloire la « bête blonde », le « boucher de Prague » Reinhard Heydrich a eu un destin assez exceptionnel qui l’a mené jusqu’à cette date fatidique du 27 mai 1942. Il en est de même pour ces deux parachutistes tchèques, Kubis et Gabčík, envoyés à Prague par la résistance Tchécoslovaque basée à Londres. Leur objectif, tuer un haut dirigeant nazi, et quoi de mieux que le bourreau Heydrich ?
« L’opération anthropoïde » est l’évènement qui va pousser à ces trois personnages de se rencontrer, au détour d’un virage d’une rue de Prague. Les deux résistants pourront-ils mener à bien leur mission ?

Ce qui m’a impressionné dans cette lecture, c’est à la fois la manière dont l’auteur est documenté sur son sujet, et la façon dont il nous livre ces informations historiques sans tomber dans le ton professoral. On est pas du tout dans la fiction, ce que j’ai aussi apprécié.
Chapitre après chapitre, on suit la « grande histoire », les exactions d’Heydrich, la montée en puissance du nazisme, l’entrainement et le parachutage de Kubis et Gabčík… ainsi que l’écriture du roman en lui même via des digressions de l’auteur, ses doutes et interrogations (par exemple de savoir si la Mercedes de Heydrich est verte foncée ou noire en se basant sur des photos en noir et blanc). Bref, toutes les questions qu’un créateur se pose face à son oeuvre : est-elle équilibrée, ou non, la voie choisie est-elle la bonne… ?
Le mélange entre l’œuvre et l’effet miroir qu’elle a sur son auteur est vraiment très intéressant.

Une découverte passionnante et surprenante, moi qui comme un hasard suis dans ma phase « documentaires nazi » à la TV (vive National Geographic !)…
J’ai appris des foules de choses, et pourtant j’étais prise dans le récit, à espérer pour un happy-end tout en sachant que c’était cuit pour nos héros.
J’ignorais qu’Heydrich avait eu autant de fonctions : grand responsable de la Gestapo, des services d’espionnage, de la police criminelle… et surtout il est concepteur de la solution finale… Triste palmarès…
Mais surtout je n’avais jamais entendu parler de « L’opération anthropoïde », qui a pourtant tous les ingrédients d’une terrible histoire sur la résistance !

Voici un livre que je conseille vivement ! Encore une belle expérience grâce au challenge ABC 🙂

ABC-2015

« Lignes de vie » de Graham Joyce

Lignes de viePour le partenariat Folio de janvier, je n’ai pas fait de folies : un roman de la collection Folio SF, histoire de me plonger dans un monde un peu plus fantaisiste que celui dans lequel nous nous ébattons chaque jour.

Conventry, en Angleterre, juste après la Seconde Guerre Mondiale. Cassie, jeune mère célibataire d’un tout petit bébé doit le faire adopter par une parfaite inconnue… Mais elle ne veut pas l’abandonner ! C’est donc elle, et sa famille composée de sa mère Martha et de ses six sœurs, qui élèveront le jeune Frank ! En effet, Cassie a des absences, ce qui la rend très imprévisible. Durant ces périodes de folies, elle voit entre autres les esprits des morts
Élevé tour à tour par ses différentes tantes et leurs maris, Frank va grandir dans une ferme, au milieu d’un cercle spirite, dans une maison communautaire, chez un embaumeur…
Mais la question que Martha se pose, c’est de savoir si Frank a hérité du don de Cassie… qu’elle a elle-même ! Les fantômes lui feront ils du mal ? Ou lui révèleront-ils l’avenir à l’aide de signes sibyllins, comme ils le font avec elle ?

Je m’attendais un peu au pire à voir les commentaires de certains sur les forums et blogs, mais finalement, ce livre n’est pas si désagréable. La vie de Frank est surréaliste, surtout à la vue de sa famille très hétéroclite ! A la limite un peu trop « Garpesque »… Après j’avoue, il y a pas mal de longueurs, et assez peu de rebondissement ou de suspense. Et le personnage de Cassie la mère nymphomane complètement hallucinée  m’a un peu laissée dubitative… Bref, une histoire de famille un peu pimenté par la présence de fantôme et d’épisodes maniaques.
Enfin l’avantage de ce roman, c’est aussi pour moi de me plonger dans un lieu et une période de l’histoire que je connaissais mal : la Guerre 39-45 en Angleterre, où les villes ont été bombardées sans relâche par les Allemands… J’avais plutôt une vision Franco-Française du drame, venant moi-même de Normandie, et de m’apercevoir des dommages sur cette île donne une autre ampleur à ce conflit…

Bon, c’est sûr, ce n’est pas le genre de lecture que je conseillerais à des fans du genre, mais franchement, ce livre m’a parfois fais passer de bons moments dans le métro !
Merci à Folio tout de même 🙂