Catégorie : Séries

Série TV : « How I met your Mother » saison 8

Cette semaine nous avons pris notre courage à deux mains pour se faire un marathon How I met your Mother saison 8, histoire d’être dans les clous pour la saison 9 qui commencera le 23 septembre prochain. Je ne suis pas super fan de la série, mais vu qu’on l’a commencée, j’ai quand même envie de savoir comment elle va se terminer… Et puis objectivement, il m’arrive de me marrer devant 😉

Plus besoin de présenter ce sitcom américain qui nous tiens en haleine depuis 8 ans déjà ! Qui est la mère des enfants de Ted, à qui il raconte l’histoire de sa rencontre avec celle-ci ? Cette question est l’excuse pour s’amuser des aventures de la tribu d’amis new-yorkais : Ted, Marshall, Lily, Robin et l’inénarrable Barney.

How I Met your Mother saison 8

La plupart des épisodes sont amusants, voir hilarants ! Si Ted me parait toujours insipide (j’en peux plus de sa quête de l’amour), son côté looser est toujours plus assumé par les scénaristes ce qui me le rend finalement assez marrant.
Barney est comme lors des dernière saison le personnage comique principal… même si son futur mariage l’a un peu assagi.
Marshall et Lily sont toujours aussi amusants et romantiques, et il leur arrive pas mal de chose lors de cette saison. J’avais peur que la naissance du bébé les rendent cuculs, mais en fait ils sont encore pires qu’avant 🙂
Robin a toujours un rôle de faire-valoir, mais reste néanmoins un personnage sympathique.
Assez peu de personnages secondaires inutiles lors de cette saison (genre fiancé psychologue ou petite amie strip-teaseuse)… si ce n’est une petite amie psychopathe de Ted pour quelques épisodes. Ouf !
Ça c’est pour les points positifs… mais la suite est moins rose

Autant en venir au clou de la saison et spoiler un peu : au tout dernier épisode de cette saison, on va enfin voir le visage de la « mother » !!! Et bien c’est très décevant… Tout ça pour ça ! Je comprend que les fans qui échafaudaient des plans depuis des années aient aussi été déçus !
Autre truc qui m’a lassé, le fait qu’ils fassent durer encore en longueur le mariage de Barney (premières images lors de la saison 7), qui n’est pas encore commencé à la fin de cette saison 8 : trois saisons pour en voir le bout !
Et forcément, la valse du trio amoureux Ted-Robin-Barney qui n’en fini pasDésespérant !

Bref, je trouve cette fin de saison beaucoup trop facile, voir même grotesque sur les deux derniers épisodesIl est temps que ça se termine ! Je crois que je n’arriverais pas à me motiver pour une saison 10 si la neuvième n’est pas la dernière.

Série TV : « American Horror Story : Asylum »

american-horror-story-asylumAprès la superbe première saison d’American Horror Story je ne pouvais pas m’empêcher de remettre directement le couvert avec la seconde !
Surprise, l’univers n’est vraiment pas le même, mais on garde une grande partie des acteurs de la première saison, utilisés dans des rôles complétement différents ! Un concept vraiment pas mal, surtout que le casting est très convainquant 🙂

Dans un manoir abandonné, un couple se fait agresser par un tueur psychopathe au visage dissimulé par un masque de chair humaine… Ce fait va nous ramener aux origines de ce mal, dans les années 60….
A l’époque le bâtiment est un asile psychiatrique nommé Briarcliff, et est dirigé par des nonnes. Nous allons suivre les intrigues qui se déroulent dans ce milieu, entre les médecins, les bonnes-soeurs, les patients… et tous ceux qui gravitent autour.
En 1964 arrive à l’asile un jeune homme, Kit, qui serait un tueur spécialisé dans le dépeçage de ses victimes surnommé Bloody Face. Est-ce son âme qui hante encore aujourd’hui les lieux, ou un copycat ?

Outre son côté gothique et son atmosphère sombre, le manoir de Briarcliff recèle bien des mystères, entre ses fondations qui abrittent un souterrain vers une chaufferie qui a des air de gueule des enfers et ses bois où vivent des créatures humanoïdes mangeuses de chair humaine… Il y a de quoi avoir des sueurs froides ! Les décors ne sont vraiment pas là que pour faire joli, mais bien pour apporter des touches symboliques. C’est donc un vrai plaisir esthétique que de regarder cette série je trouve.

A cette ambiance malsaine s’ajoute des cas de kidnapping par les extra-terrestres et de possessions démoniaques, une mère supérieures sadique, des patients qui feraient rougir de jalousie la troupe de Freaks, un médecin nazi, des innocents enfermés à tort… Bref, on ne s’ennuie pas au niveau des personnages et des situations qui en découlent.

american-horror-story-asylum

J’ai adoré le côté horreur mélangé à celui d’un bon thriller… Dès le premier épisode on se demande qui est réellement Bloody Face, celui des années 60 et celui qui sévit de nos jour.
Ce voyage dans les années 60 est d’ailleurs très agréable, surtout vue le contexte choisi : celui des très puritains catholiques, qui s’avèrent forcément remplis de vices… Petit détail amusant, la chanson française Dominique de Soeur Sourire qui est un vrai fil rouge dans la série et qui passe rapidement du statut de comptine divertissante à celui d’un requiem glauque. D’ailleurs je ne le savait pas, mais cette chanson a réellement été numéro 1 aux USA pendant plusieurs semaine à cette époque et a même donné lieu à un film en 1966, The Singing Nun… Ben comme quoi, hein… 😉

Une excellent série, avec un univers atypique, très différente d’une saison à l’autre. J’aurai bien du mal à choisir entre Murder House et Asylum !
Je vous la conseille évidement fortement. Le gros avantage en plus c’est que vous pouvez commencer la série à partir de la seconde saison 🙂
Pour moi maintenant il faut attendre novembre prochain pour voir la troisième saison qui sera sous-titrée Coven (« réunion de sorcières »)… Tout un programme 😀

Sinon cette série me permet d’avancer dans ma carte Films et Séries du Challenge Geek ! Plus que deux badges à avoir ! 😀

challenge_geek_serie4

challenge geek

Série TV : « The Big Bang Theory » saison 6

Ça y est, j’ai enfin fini The Big Bang TheoryAvant la prochaine saison qui devrait commencer à la rentrée !
En bonne geekette, comme vous l’aurez deviné, je suis fan de cette série ! Ça va être dur d’attendre 3 mois avant de revoir tout ces personnages, plus barrés les uns que les autres !

big_bang_theory_6

Si vous ne connaissait pas l’histoire de la série, elle est assez simple, dans la logique des sitcom américains : on suit un groupe d’amis dans leur vie quotidienne… un groupe de geeks 🙂
Les références à l’univers des super-héros, des comics, de l’informatique, des sciences, des jeux vidéos… sont nombreuses et traitées avec beaucoup d’humour. Bref, c’est savoureux 🙂

C’était donc bien agréable de revoir mes personnages favoris… Le train-train des couples s’installe dans la série, sans pour autant retirer leur humour.
Le couple central est bien entendu celui formé par Sheldon et Amy… Iront-ils plus loin dans leur relation ? Amy supportera t-elle le peu d’enclin de Sheldon envers les relations humaines (et je ne parle pas des relations physiques…) ?
L’autre personnage dont il sera beaucoup question, c’est Raj, toujours célibataire, toujours dans l’incapacité de parler à une femme sans avoir bu d’alcool… On le comprendra, le pauvre commence à déprimer de voir tous ses amis en couple. Et sans vouloir spoiler, de l’alcool il y en a dans cette saison !
Autre truc cool en début de saison, les images de Wolowitz dans l’espace, super bien foutues… on s’y croirait !

Si la fin n’est pas aussi trépidante que celle de la saison 5 (ou Wolowitz part dans l’espace après son mariage avec Bernadette), elle réserve heureusement quelques surprises… Wait & see…

Une très très bonne série que je vous conseille car elle me fait mourir de rire (mon copain me demande même de me taire, c’est dire), et qui me permet fort justement de gagner un badge dans ma carte du challenge geek, Films et séries.

challenge_geek_serie3

challenge geek

Série TV : « The Game of Thrones » saison 3

game of thrones season 3Game of Thrones saison 3 , c’est déjà fini !
Et quoiqu’on en dise ailleurs, j’ai adoré cette saison, qui pour moi est au niveau de la première, et est beaucoup plus pêchue et remplie de rebondissements que la seconde saison !
Vous l’aurez compris, je suis fan ! 😀

Difficile de ne pas spoiler (Petite Fleur, quitte ce post !), surtout pour ceux qui comme moi n’ont pas lu les romans… Mais j’ai vraiment été de surprise en surprise au niveau du scénario, et mes personnages préférés ont été largement traités 😀
En gros lors de cette saison, beaucoup d’alliances et de mariages, un peu de traitrise aussi, des actes de bravoure, quelques conquêtes militaires… mais surtout on s’approche enfin du monde par delà le mur : on apprend enfin qui sont les sauvageons, et surtout qui sont les marcheurs blancs et l’armée des morts ! La saison 4 risque d’être le théâtre de bien des luttes épiques !

Tyrion Lannister, notre nain préféré à mon copain et moi, à comme lors de la saison 2 une place centrale… Même si le retour de son père à Port-Réal et sa blessure lors de la dernière guerre l’ont affaibli physiquement, mentalement et surtout politiquement. Il mange grave… mais son rôle de lutin alcoolique lui permet encore de sauver sa tête, face à son neveu, le fou furieux roi Joffrey !
C’est certainement ce côté « paria » qui lui vaut un mariage surprise en milieu de saison avec l’autre exclue du château, depuis l’annulation de son mariage avec Joffrey : Sansa Stark… elle qui rêvait de noces princières… J’ose espérer que cet union quelque peut étrange va la rendre plus intéressant dans la prochaine saison, car aujourd’hui pour moi, c’est encore un personnage à qui on a envie de mettre un peu de plomb dans la cervelle…. (et encore, je suis gentille).
A noter que la nouvelle fiancée de Joffrey, Margaery Tyrell, est assez intriguante : excellente communicante et manipulatrice… je pense qu’elle ira loin dans la série. En revanche difficile pour moi de savoir si elle est du côté de  son futur époux ou non…

Arya Stark, la plus jeune des filles du seigneur du Nord prend aussi de l’ampleur ! Elle est vraiment extra dans son rôle de roublarde miniature !
Son frère, celui qui à fait la chute, Bran, commence aussi à devenir intéressant, grâce à ses dons de double-vue… J’ai hâte de voir ce que ça va donner, surtout que son équipe commence à prendre un peu d’ampleur.

Sinon ma chouchoute, Daenerys Targaryen, la maîtresse des Dragons, reste égale à elle même : géniale 😀
Ses petits dragons ont bien grandi et commencent « enfin » à servir à quelque chose ! De son côté, elle a vraiment le rôle de la leader charismatique, qui s’oppose aux puissants pour libérer des populations déshéritées, des esclaves… et du coup elle se monte tranquillement une jolie armée éperdue à sa cause.

Bref, je vais m’arrêter là, car je pourrais écrire encore plusieurs pages pour vous parler de mon point de vue sur les différents personnages 🙂
Une bonne saison donc… je n’ai plus qu’à attendre un an pour pouvoir voir la suivante. Que le temps va me sembler long !
En attendant, un badge de plus pour le Challenge geek spécial films et séries !

challenge geek serie et films

challenge geek

Série TV : « Black Mirror » Saison 1

Black Mirror saison 1Dans la suite de mon apprentissage de l’anglais par les séries, voici une série britannique courte (3 épisodes par saisons) dont je ne pouvais pas ne pas parler : Black Mirror !

Chaque épisode du triptyque de la saison peut être vu de manière indépendante : à chaque fois se sont des acteurs, lieux et univers différents.
Avec cette série qui n’est pas sans rappeler Twilight Zone, on se retrouve à mi-chemin entre dans le monde que nous connaissons et un autre beaucoup plus dérangeant… Un entre-deux monstrueux !

Le premier épisode de la saison 1 est un vrai coup de poing au politiquement correct ! Dans The National Anthem, la Princesse de la famille Royale d’Angleterre, est kidnappée, et les ravisseurs acceptent de la libérer seulement si le Premier Ministre fornique avec un cochon, filmé et diffusé sur les chaînes nationales… On va avoir comment le buzz va monter sur Internet où la vidéo de la Princesse est diffusée, comment les médias traditionnels vont se ruer sur l’info comme des mouches, comment les instituts de sondages vont avoir plus de poids sur la décision du Ministre que la morale ou les supplications de sa femme… Très dérangeant, vraiment… (et pourtant il m’en faut !)
Le second épisode 15 Million Merits présente un monde futuriste normatif, où les humains pédalent sur des vélos d’appartements devant des écrans pour gagner une monnaie virtuelle, les Merits, permettant d’acheter des items pour leurs avatars, des programmes TV pour s’occuper… ou un ticket pour un genre de X-Factor. La célébrité devient un moyen d’exister, de toucher au réel dans un monde dirigé par le virtuel… mais l’envers du décors n’est pas vraiment si rose !
Le troisième et dernier épisode s’intitule The Entire History of You. Dans un monde pas si éloigné dans le temps du notre, tous les humains se voient implanté dès leur naissance une « Graine », une sorte de puce qui leur permet d’enregistrer la totalité de leurs souvenirs, et surtout de les revoir à loisir sur leur rétine ou écrans TV grâce un un système de télécommande personnel. La tentation de vivre dans les souvenirs est grandes, ainsi que de focaliser sur des petits détails de la vie de tous les jours. On suit quelques heures de la vie d’un couple où se pose cette question : doit-on tout savoir de son conjoint ?

BlackMirrorep1

Des contes sans concessions sur notre société dirigée par les médias et les images, et où définitivement « what has been seen can’t be unseen » ! Une belle réflexion sur le droit à l’oublie et le pouvoir du virtuel, entre autres.
On en sort un peu bouleversé, parfois choqué… et on est souvent sous tension ! Le discours est plein de sens, et laisse vraiment à réfléchir !

Pour la forme, on est devant des épisodes d’une quarantaine de minutes très bien filmés, avec des castings convaincants… C’est un vrai plaisir à regarder !
Et pas besoin de les prendre dans l’ordre, il s’agit vraiment d’épisodes autonomes.
En revanche pour le niveau d’anglais c’est un peu plus difficile sans sous-titre qu’American Horror Story ! Vocabulaires spécifiques, phrasés beaucoup plus rapide… Sur le troisième j’ai mis des sous-titre histoire de ne pas être larguée :s

Une bonne série de SF qui flirte avec la dystopie … son seul défaut est peut être d’être trop courte ! Que demander de plus ?
Fans du genre, foncez ! De mon côté je vais me plonger dans la seconde saison (et dernière ?) dès que j’ai un petit moment 🙂

Black-Mirror_ep2

Je vais profiter de ce post pour m’inscrire en plus au défi « Films et séries » du challenge Geek !
Il y a une carte à 6 slots créée par Hilde, et dispo par ici… et bien d’autres si ce challenge vous tente ! 🙂

carte_film_serie1

challenge geek

Série TV : « American Horror Story : Murder House »

American Horror Story saison 1En ce moment je suis motivée comme jamais pour apprendre l’anglais ! Je ne suis vraiment pas une pro des langues, mais cette année j’ai décidé de m’y mettre sérieusement : entre les cours d’anglais que ma boîte me propose et mes quelques lectures en anglais comme Animal Farm, je me suis sentie prête à tenter de regarder une série en anglais, sans sous-titres ! C’est selon  ma copine et collègue de bureau Nao la meilleur méthode pour apprendre l’anglais… Il ne restait plus qu’à trouver une bonne série pour me motiver !
Et en découvrant American Horror Story je me suis mise sur la bonne voie ! Même si je ne comprend pas toujours tous les petits détails, cette série a été suffisamment captivante pour m’accrocher et me donner envie d’avaler les épisodes les uns après les autres !

Sortie en 2011 sur FX, on est à la seconde saison aux Etats-Unis… Mais pour le moment je n’ai regardé que la première saison de 12 épisodesAmerican Horror Story : Murder House.
Ce premier chapitre reprend tous les codes des maisons hantées : un bâtiment à l’architecture victorienne qui séduit autant qu’elle effraie, des apparitions de fantômes irrémédiablement attachés à la maison, une histoire chargée de violence et de meurtres… Et forcément un couple qui ne connait pas la réputation de la maison, et qui s’endette pour acheter et vivre dans ces lieux… le rêve américain quoi 😉
Autant vous le dire, leurs ennuis commencent dès l’épisode pilote !

american_horror_story_house

Pour le pitch, je vais essayer de faire court : la famille Harmon emménage a Los Angeles pour recommencer une nouvelle vie dans la grande maison qu’ils viennent d’acheter. Ben, le père est psychiatre. Il tente de se rapprocher de sa femme Vivien, qui vient juste de vivre une fausse couche et en veut toujours à son mari pour l’avoir trompé avec une de ses étudiante à Boston. Entre eux deux, Violet, leur fille qui est déjà adolescente, amatrice d’auto-mutilations… Bref, il y a quelque chose de brisé dans cette famille, et ils pensent vraiment recoller les morceaux dans ce nouveau foyer.
Il vont bientôt rencontrer leur voisinage : Constance et sa fille trisomique Addie qui s’invite dans la maison régulièrement ; Larry l’homme au visage brûlé et ancien habitant de la maison ; Tate, un jeune patient de Ben qui se lie d’amitié avec Violet ; Moira l’aide-ménagère qui apparaît comme une soubrette sexy à Ben, mais comme une matrone entre deux âges au reste de la famille ; un personnage énigmatique en combinaison intégrale SM en latex qui sème la terreur auprès de certains habitants de la maison, mais qui semble bien apprécier Vivien…
La maison est aussi un personnage en tant que tel : rapidement on sent que quelque chose de mauvais l’habite, vu le nombre de morts et de meurtres qu’elle a vue passer. Ses caves regorgent de créatures maléfiques, que Tate semble pouvoir maîtriser… d’où viennent-elles ?

american_horror_story_characters

Tous les personnages qui gravitent autour de cette maisons sont intrigants, on ne sait jamais trop s’ils sont des fantômes ou des vivants, et quels sont leurs relations les uns avec les autres : bourreaux ou victimes… Au fur et a mesure des épisode leurs histoires vont nous paraître plus claires.

Ce qui est pas mal aussi, c’est qu’au travers des différents épisodes on retrouve des affaires de meurtres célèbres, à mi-chemin entre légendes urbaines et faits divers. Ainsi on peut voir au travers des épisodes le crime du Dalhia noir, celui des élèves-infirmières de Chicago, une version de la fusillade de Columbine, … et j’en oublie certainement beaucoup !

Voilà donc une série très sympa, qui fait frémir par son ambiance et son scénario classique mais efficace !
Si comme je le disais le récit est bourré de références, on est plus dans l’hommage que le cliché, et les créateurs de la série ont su créer une tension tout au long de la série.
Je la conseille à tous les amateurs de frissons… son ambiance est vraiment spéciale, il vous suffira de regarder le générique pour vous en convaincre 😉
Maintenant je vais pouvoir me jeter sur la seconde saison : American Horror Story : Asylum.

Et je vais profiter de cet article pour valider ma case « Fantastique » du Défi Challenge Geek !

challenge_geek_2

challenge geek

Série « American Dad! » (Etat de Virginie)

Ça fait quelques temps que je me dit que je devrais vous parler d’une série animée que j’aime beaucoup, et qui serait parfaite pour introduire la Virginie dans mon challenge « 50 états, 50 billets » American Dad!, crée par Seth MacFarlane (celui qui a aussi fait Les Griffin). La série à débuté en 2005 aux Etats-Unis, et est diffusée en France sur NRJ12 depuis quelques années, le dimanche midi notamment 🙂

La première fois que j’ai regardé cette série, j’ai eu l’impression de me revoir devant mes premiers South Park par son côté irrévérencieux et excessif… mais l’analogie s’arrête là ! Le graphisme tant le scenario sont bien différents !

On suit pendant les différentes saisons les tribulations de la famille Smith, vivant à Langley Falls en Virginie, et archétype de la famille américaine… du moins en surface !
La série tourne autour du père de cette famille : Stan Smith. Conservateur, homophobe, misogyne, fervent catholique, raciste, ardent défenseur des Bush… et agent de la CIA, il a tout du pro-américain primaire de base tel qu’on l’imagine. D’une bêtise à pleurer… de rire heureusement ici 😀
Autour de lui, sa femme Francine, au foyer forcément, soumise à son mari et sa petite famille, même si son passé de chaudasse rebelle reprend parfois le dessus ! Les enfants sont là pour peaufiner le tableau : Heyley, la fille, étudiante néo-hippie et ultra libérale, ce qui a le don d’agacer son père, et Steve, un geek lycéen qui ne rêve que de perdre un jour son pucelage.
Et pour donner une touche surréaliste au tableau, et donner toute sa saveur à la série : l’extra-terrestre Roger, qui a tout du petit-gris débarqué de la Zone 51, mais qui est en fait un alcoolo à la sexualité trouble, fan de déguisement (qui lui servent a se balader tranquillement en ville) ; et le poisson-rouge Klaus, qui est en fait un poisson auquel on a greffé un cerveau humain pour l’empêcher de nuire, et qui ne rêve que de redevenir un homme pour coucher avec Francine.

Les histoires ne sont que des prétextes pour mettre Stan dans des situations où il va en prendre plein la tronche… ainsi qu’un bonne partie de sa petite famille 😀
Cynique, critique… ils osent des trucs tant au niveau humour (scato, cul, parfois degueu… souvent improbable, toujours énorme) qu’au niveau du message qui me font mourir de rire, ou me laisser la machoire pendante. Savoir faire rire sur des thèmes tendancieux comme les armes à feu ou le racisme, faut oser… et être doués ! J’adore la manière dont les créateurs de la série trainent dans la boue toutes les références politiques et culturelles de l’américaine moderne, et pour le coup, il y a rarement une moralité à ces histoires 🙂
Mais il y a aussi de grands moment de bravoure, des références à des films, groupes musicaux ou séries cultes… de quoi ravir les fans de culture américaine que nous sommes, finalement 😀

Voilà, seul petit hic : ils en sont à la saison 4 sur NRJ12, alors qu’il y a déjà 7 saisons complètes aux USA ! Donc a part des rediff’ et rediff’ de rediff’, peu d’épisode inédits sur la TNT 🙁
Le grand problème des série en France quoi… et après on s’étonne que les gens téléchargent… Tsss…

 

La Virginie est un état central de l’administration américaine : c’est ici, dans la ville d’Arlington, qu’on retrouve le Pentagone, siège du département de la Défense des Etats-Unis, et plus grand bâtiment administratif du monde… A Langley (ville référence pour celle des Smith dans la série), on retrouve le siège de la CIA.
Et ce n’est pas que pour cela que les créateur de la série American Dad! ont situé l’action principale dans cet état ! Tant au niveau historique, culurel, économique, politique… c’est un condensé des clichés de l’Amérique 🙂

Ce qui caractérise la Virginie, c’est son poids sur l’histoire des USA : colonie anglaise dès 1584 (la première du pays !), la région fait parti des 13 états qui ont fondé les Etats-Unis en 1776 et fait Sécession avec l’empire britannique.
C’est aussi l’état-berceau de la culture, de l’histoire et des traditions américaines : 4 des 5 premiers présidents américains venaient de Virginie, la déclaration d’indépendance de Virginie de Jefferson a servit de modèle à la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis, la Virginie est le premier état à fêter la Thanksgiving… enfin, cela ne l’a pas empêchée d’aller du côté des sudistes pendant la Guerre de Secession !
Enfin malgré la Sécession, la Virginie reste marquée par son histoire avec la Grande-Bretagne : son nom est un hommage à Élisabeth Ière d’Angleterre, dite « la reine vierge« , et c’est un des 4 états à porter encore le titre de Commonwealth.

Outre l’aspect administratif, due à sa proximité avec Washington D.C., juste au nord de la Virginie, l’état est aussi une région agricole, avec ses cultures maraichères, ses élevage, et ses vignobles ! En effet, plusieurs vins sont produits en Virginie… moi qui pensais que seule la Californie avait cet apanage aux USA !
Autre spécialité assez connue, le jambon de Virginie, qui n’est produit que dans la ville de Smithfield !

Le tourisme n’est pas en reste non plus : les villes « à l’Européenne » comme sa capitale Richmond, Charlottesville ou Williamburg avec leurs architectures coloniale et néo-classique,  mais aussi les espaces ruraux et naturels des Appalaches à l’ouest, les parcs naturels et forêts protégées, sans oublier le front de mer avec la plus grande ville de l’état : Virginia Beach… Bref, un bout de terre qui a du charme, comme l’ont si bien chanté les Rolling Stones avec Sweet Virginia  😉

Peut-être à cause de la proximité du pouvoir, l’état est très conservateur, chrétien, et majoritairement blanc… L’état idéal pour faire vivre des personnage comme ceux de la série American Dad! 😉

Bref, un état riche en histoire, qui représente pas mal pour moi l’aspect « côte Est » des Etats-Unis : architecture anciennes mélangées avec des bâtiments plus récents, un peu de montagne, de mer, de plaines, de forets… Mais bon, bizarrement, pas dans ma top-list touristique 😉