Catégorie : Cuisine

Recette du crab cake (Etat du Delaware)

Premier billet pour le challenge « 50 Etats, 50 billets« , et déjà une exception par rapport à ce que j’écris habituellement dans mon blog 😉
Puisque Sofynet nous autorise à publier des recettes pour le challenge, et pas uniquement des critiques de livres, films, séries… et bien j’en profite !

Je vais pour débuter avec coups de tonnerre et fracas mon aventure américaine, vous parler du Delaware ! Oui, je sais, ça ne fait pas trop trop rêver… Mais il y a plein de choses très bien là bas je pense, du moins il y a la meilleures recette de crab cake de l’Est des Etats-Unis, qui serait bien au dessus de celle de son voisin le Maryland (patrie traditionnelle du crab cake) d’après ma collègue qui a vécu dans le coin quelques années. Je ne vais pas mettre sa parole en doute car  je n’ai jamais mangé de crab cake avant aujourd’hui, du Delaware ou d’ailleurs.
Donc, elle m’a donné sa recette, et j’avoue, c’est vraiment pas mauvais du tout ! Un peu long à préparer, mais ça vaut le coup… je crois que mes prochains invités auront le droit à du crab cake en entrée d’ailleurs 😀

Pourquoi le crab cake dans le Delaware ? Et bien principalement parce qu’il s’agit d’un tout petit Etat côtier, baigné par l’Atlantique, dont les grands ports sont abrité dans une baie : la baie du Delaware… Le Delaware est aussi un fleuve, qui sert de frontière entre l’Etat du Delaware et celui du New Jersey. Quand on regarde une carte, on comprend mieux pourquoi les produits marins sont si renommés là bas : peu de plaine, beaucoup de côtes.

Carte Delaware

Mais revenons au crab cake ! Un peu long à faire comme je le disais plus haut, car j’ai utilisé un crabe frais déjà cuit par le poissonnier, donc j’ai passé pas mal de temps à l’éplucher. De plus il faut vraiment hachés très finement les ingrédients…. merci le petit hachoir Seb !
Mais le temps de préparation vaut le coup ! Je ne m’attendais pas à autant aimer… Comme quoi, la cuisine américaine est parfois mal jugée…

Ci dessous la recette que m’a donné ma collègue, cliquez dessus pour agrandir l’image.

Et voici mon interprétation de la recette du crab cake (recette pour 3-4 personnes pour une entrée, 2 pour un plat principal)
– 160g à 200g de chair de crabe (1 tourteau ça m’a fait 120g de chair… j’ai du adapter et en faire moins)
– 1 oeuf battu
– 4 cuillères à soupe de chapelure (et bien 5-6 cuillères à soupe pour paner lors de la cuisson)
– 2 cuillères à soupe de carottes hachées
– 2 cuillères à soupe de branche de céleri hachée
– 1 cuillère à soupe de vert d’oignon frais haché
– 2 cuillères à soupe de mayonnaise
– 1/2 cuillère à soupe de moutarde (il faut de la « dry mustard », mais de la moutarde de Dijon à bien fait l’affaire)
– sel
– 1/4 de cuillère à soupe de Tabasco
– de l’huile de cuisson (tournesol, olive…)

Mélanger ensemble l’œuf, la chapelure, la carotte, le céleri, l’ognon, la mayonnaise, la moutarde, le Tabasco, le sel… ajouter délicatement la chair de crabe.
Confectionner des petites galette un peu épaisse avec la mixture… Avec 120g de crabe, j’ai pu faire 5 cakes.
Dans une assiette creuse, déposer un peu de chapelure, puis un cake de crabe, remettre de la chapelure par dessus, l’objectif étant d’en mettre partout sur le cake.
Dans une poêle, mettre de l’huile a chauffer, déposer les cakes, et faire dorer des deux cotés.
En début de cuisson, le crab cake est un peu fragile, mais une fois doré, plus de soucis… pour un côté plus light, j’ai mis les cakes sur un papier absorbant à la fin de la cuisson pour absorber le surplus d’huile.

Dégusté avec des crudités, et une sauce tartare maison (peut être remplacé par un simple jus de citron)… délicieux 🙂

Pour la sauce tartare qui va avec, il suffit de mélanger ensemble ces ingrédients :
– 3 cuillères à soupe de mayonnaise
– 1 cuillère à soupe de feuilles de céleri hachées
– 1 cuillère à soupe de cornichons hachés
– 1 cuillère à soupe de câpres hachées
– 1 cuillère à soupe d’oignon frais haché

Bon appétit 😀

Un osso bucco, pour une balade en Italie

Ouf, une étape de franchie pour le challenge de Nane, Balade en Italie, dont je parlais ici.

Pour tous dire, je ne me suis pas trop creusée la tête : j’avais déjà fais mon marché samedi matin pour acheter de quoi faire un osso bucco… quelques heures avant de découvrir ce challenge. Mais l’occasion fait le larron comme on dit non ? 😉

Faire de la cuisine italienne ça n’est pas à proprement parler une torture… les produits sont tellement bons là bas que des préparations simples suffisent à a voir un plat délicieux (voir mon article sur mon autre blog, à propos de mon expérience de la cuisine romaine).
Dans ma vie de tous les jours, je fais souvent sans vraiment m’en apercevoir de la cuisine aux couleurs de l’Italie (mes lointaines origines italiennes doivent parler dans mes marmites) : pâtes aux sauces variées (tomate, pesto, carbonara, bolognese…), risotto, gnocchis maison (je ne maîtrise pas encore des masses ça), ravioles, … Et je ne détaillerai pas ma passion pour les assiettes de charcuterie et fromages italien, antipasti… accompagné d’un bon vin (ça y est, j’ai faim rien que d’y penser).

Mais revenons à mon osso bucco…
On mange assez peu de viande de veau à la maison (si je ne compte pas les abats), et les rares fois où on en fait, c’est mijoté : blanquette, sauté de veau, et osso bucco.
Je teste de nouvelles recettes à chaque fois, mais je crois que là je commence à stabiliser ma méthode.

Une bonne assiette d'osso bucco, avec un peu de parmesan

Recette d’osso bucco

Ingrédients (pour 4 parts)
– 4 tranches de jarret de veau
– 100g de lardons fumés
– 1 boite moyenne de tomates pelées
– 2 carottes
– 2 oignons
– 1,5 gousse d’ail
– farine
– 12cl de vin blanc sec (environ un verre)
– 1 cube de bouillon de poulet
– 2 feuilles de laurier
– 2 branches de thym
– du persil (1/2 bouquet environ)
– 1 citron non traité
– sel et poivre
– huile d’olive

1- Émincer les oignons, couper en petits morceaux les carottes et écraser une demi gousse d’ail (dégermé).
Dans une cocotte, faire revenir dans un généreux fond d’huile d’olive ces légumes, avec les lardons fumés.
Ajouter le thym, le laurier, un peu de basilic et de persil.
Saler et poivrer.

2- Pendant que ce mélange colore à feu moyen, récupérer les tomates dans la boite de tomates pelées. Garder le jus de côté.
Écraser les tomates à la fourchette et les mettre dans la cocotte sans le jus, que l’on réserve avec le reste déjà mis de côté précédemment.
(Je préfère cuire les légumes sans trop de jus, afin de ne pas donner un effet soupe).
Cuire le mélange de légume à feu doux 20 minutes environs.

Viande dorée et légumes dans la cocotte

3- Fariner les tranches de jarret, et les mettre à dorer dans une grande poêle bien huilée. Cuire 2-3 minutes de chaque côté,  jusqu’à ce que la viande prenne une jolie couleur.
Disposer la viande sur les légumes dans la cocotte.
Déglacer la poêle avec le vin blanc, et le verser sur la viande dans la cocotte.
Ajouter le jus de tomate qui était mis de côté.
Préparer 1/4 de bouillon de poule (cube + eau bouillante), et verser sur la viande jusqu’à la recouvrir.
Goûter la sauce, et saler et poivrer au besoin.
Cuire sans couvercle 1h30.

Osso bucco en pleine cuisson

4- Pendant ce temps, préparer le gremolata qui va sublimer cette recette classique d’osso bucco…
Récupérer environ la moitié du zest d’un citron avec un économe, et le couper très finement.
Le mélanger à une gousse d’ail écrasée en petits morceaux, et l’équivalent de 4 bonnes cuillère à soupe de persil.
Verser cette préparation dans la cocotte, feu éteint, juste avant de servir l’osso bucco. Laisser à couvert 15 minutes le temps que le mélange infuse dans la sauce…

Gremolata

On l’a dégusté avec du riz basmati juste cuit avec une feuille de laurier… A servir avec un peu de parmesan bien entendu 😉
Inutile de vous préciser qu’on s’est régalé… Miam :p
De plus, je vais pouvoir profiter des restes pour mon bento de demain… Vive l’Italie, et vive le challenge de Nane ! 😀

Osso bucco dans mon bento