« L’Ours et le Rossignol » de Katherine Arden

J’ai pris un grand retard sur mes lectures ces derniers temps, et surtout sur mes chroniques dans ce blog… Si grâces aux temps de transport en commun j’arrive à lire un peu, et écouter beaucoup d’audiolivres, concernant l’écriture d’articles, je ne trouve pas assez de temps pour m’y mettre.

Toutes mes excuses à Denoël, car je traite ici du partenariat de janvier… Je vais essayer de me rattraper en cours d’année 😉

Une fois de plus, j’ai choisi ce livre pour de basses raisons : il tombait bien pour le challenge ABC, pour la lettre A donc. Parfois il n’en faut pas plus pour tomber sur une perle !

Dans les temps ancien de la Rus’ (Russie), Vassia est la dernière fille d’un seigneur. Comme sa mère est morte à sa naissance, c’est la vieille servante Dounia qui a élevé les enfants… Pour passer les longues soirées d’hiver, dans cet endroit isolé près de la forêt, elle leur raconte d’anciens contes où les légendes sur les aïeux de la famille côtoient celle sur les dieux des temps reculé. Le plus notable est le dieu du froid et de la mort, Morozko.
En grandissant tout le monde peut constater que Vassia n’est pas vraiment comme toutes les autres petites filles… Eprise de liberté, elle a le don qu’avait sa grand-mère maternelle : elle peut voir les esprits familiers qui protège les maisons et les bois, et interagir avec eux.
Mais le pays connait de grands changements et la vie de la famille de Vassia aussi : son père doit se remarier avec la fille du roi, une femme folle et méchante… qui ramène avec elle une interprétation de la religion catholique assez extrême, en la personne d’un prêtre moscovite.
Que va devenir Vassia et les esprits du domaine, maintenant qu’ils sont perçus comme des démons tout droit sorti des enfers ?

Ce roman à été un vraie découverte, je ne connaissais pas du tout l’univers des contes russes, et j’ai passé un excellent moment avec ce livre.
Le monde fantastique est très bien décrit, poétique et sombre à la fois, il y a de l’action, des rebondissements… tout en utilisant une trame classique du conte.
Bref, une très bonne expérience ! Et la bonne nouvelle, c’est qu’en fait ce roman est le premier d’une trilogie 😀

Merci Denoël pour ce roman !

L’Ours et le Rossignol de Katherine Arden
Traduit par Jacques Collin
Editions Denoël – Collection Lune d’Encre – 368 pages
Paru le 17 janvier 2019

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>