« Des rapports étranges » de Philip José Farmer

des rapports étrangesEt je continue mon tour dans ma PAL de science-fiction et fantastique, pour le challenge ABC des littératures fantastiques. Je m’attaque a un classique méconnu pour moi, Philip José Farmer, pur produit de l’âge d’or de la SF américaine. Ce recueil de 5 nouvelles écrites entre 1953 et 1960 tournent autour des rapports familiaux… mais à la sauce alien !

5 nouvelles et 4 univers distincts.
Les 2 premières, La mère et La fille, qui m’ont beaucoup plu se passent sur une planète inconnue. Une mère et son fils adulte sont les seuls survivants d’un crash de navette spatiale. Alors qu’ils explorent les environs, ils sont chacun de leur côté happé par une sorte d’énorme rocher. Il s’avère que cet amas minéral est la coquille d’une énorme créature extra-terrestre, qui utilise une cavité interne pour élever et nourrir ses petits à l’abri des risques extérieurs. Nous suivons la vie du fils humain dans un de ces aliens, et de la manière dont il va rentrer en communication avec la créature mères, et ses filles.
Dans la seconde nouvelle, on suit une de ces créatures filles, qui raconte à sa propre progéniture comment son père humain lui a appris des trucs et astuces pour survivre.
La nouvelle Le Père, ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Elle tourne beaucoup autour de la religion… et pour cause, une équipe de voyageurs voient leur navette s’écraser (encore !) sur une planète inconnue (pour changer), qui ressemble fort à l’Eden… et ou un humanoïde gigantesque avec des pouvoir mystérieux semble bien être un dieu. Est-ce « le » Dieu ? Ou un imposteur ?
La quatrième histoire Le fils narre la détention d’un marin dans les soutes d’un sous-marin d’attaque ennemi, doué d’une intelligence artificielle. Un petit côté oppressant dans ce récit qui n’est pas sans rappeler HAL de 2001, l’Odyssée de l’espace… Dans la dernière nouvelle, Le frère de ma sœur, le climat est un peu différent, dans le sens ou l’être humain en relation avec l’extra-terrestre n’a pas vraiment le beau rôle. Sur Mars, un homme part à la recherche de son équipe, qui a disparu lors d’une mission. Il se retrouve piégé dans une zone marécageuse, et est sauvé par une extra-terrestre humanoïde. Si leurs relations sont étranges, mais plutôt amicale, notre héros va finir par hésiter entre douter sur les bonnes intentions de son hôtesse ou se laisser aller à cette amitié inter-espèce. Quel penchant va-il suivre ? Un récit un peu trop en mode « découvrons les bestioles aliens » au début… mais qui s’avère être un conte sur la nature des hommes. Classique mais efficace.

La sexualité au service de l’exo-ethnologie ! Il est question de reproduction dans chacune des nouvelles, bien que le sexe soit quasi absent. La religion est en revanche assez présente… un signe de l’époque à laquelle ont été écrites ces nouvelles ? Le gros intérêt de ces nouvelles, par rapport à d’autres auteurs de  la même période, c’est le soucis du détail de Farmer sur la description biologique de ses aliens, leur mode de vie, de reproduction,  de communication, leur structure sociales…
Ses personnages sont assez curieux et intelligent, et analysent plutôt bien les situations, ce qui rend les échanges humain – extra-terrestres assez enrichissants. De plus, j’ai apprécié le style de l’auteur. Des descriptions, mais qui mettent dans l’ambiance plutôt que de nous assommer.

Bref, une bonne découverte. Je pense réitérer et placer dans ma PAL d’autre roman de Philip José Farmer !
Et mention spéciale pour la couverture érotique dans la pure tradition des années 70, qui n’a rien à voir avec le contenu du livre, bien entendu ! 😀

IMG_0235.JPG

Un commentaire

  1. Ping : Challenge des littératures de l’imaginaire 2016 |

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>