« Arslan » de M. J. Engh

ArslanLe hasard fait parfois bien les choses. Alors que je venais de finir Morwenna, où il est pas mal question d’ouvrage de SF « classiques », je me suis penchée immédiatement sur mon partenariat Denoël tout juste reçu, Arslan. Il se trouve que c’est un des livres abondamment cité par Morwenna dans le roman de Jo Walton ! Je vais tout de suite pouvoir découvrir cette dystopie qui a tant fait cogiter l’héroïne de ma précédente lecture.

Kraftsville, Illinois. Franklin L. Bond, proviseur du collège de la ville voit débarquer les troupes armées d’un dictateur Turkmène, Arslan. Ce jeune général vient prendre possession du secteur : il a conquis l’Amérique du Nord, l’a découpée en comtés autonomes occupées par ses forces, et compte faire de Kraftsville son quartier général. Les habitants de la paisible bourgade américaine vont alors connaître ce que vivent beaucoup de populations dans les zones de guerre : viols, occupation ennemie, couvre-feu, bordels institutionnalisés, justice expéditive, interdiction de la libre circulation… En mode un peu survivaliste au début, les habitants vont devoir se passer d’essence, d’électricité, de machines, de nourriture industrielle… et revenir à la culture de plantes qui demande peu d’entretien, et à la chasse. Jour après jour, l’ombre d’Arslan plane sur la ville, et sur le monde. Quel est son plan ? Asservir ou détruire l’humanité ?

Ce qui fait la force d’Arslan, c’est qu’il est terriblement actuel. Rien ne ferait penser qu’il a été écris il y a quarante ans… il aurait pu être édité hier ! La conquête du monde par la puissance du feu et des arrangements politiques, par un dictateur mue par une passion personnelle, n’est pas sans rappeler le monde dans lequel nous vivons… Surtout quand on voit qu’Arslan vient du Moyen-Orient, et qu’il est soutenu par les Russes (communistes à l’époque) et la Chine… Comme un goût de déjà-vu.
Mais cela nous permet de nous questionner sur ce qui anime les hommes… et la guerre. Est-ce que son désir de destruction de l’humanité, pour soi-disant sauver la planète, est juste ? Pour ses fidèle oui, pour ses victimes certainement pas…
Le temps qui passe dans le roman, 16 années, montre aussi que l’homme est prêt à s’adapter à tout, même et surtout au pire.
La question est presque de se demander si on est dans de la science-fiction par moment. Outre la conquête des USA par un général venu de l’Est et la création d’un virus qui rend les femmes stériles, les situations  sont cruellement réelles. On a l’impression d’être dans de un vrai roman d’anticipation sociale par moment.

Le traitement avec deux points de vue permet de dresser un tableau assez véridique, quoique peu objectif, d’Arslan.
La vision de Franklin L. Bond, ancien proviseur, est aigre naturellement, mais assez raisonnée. Son écriture est claire et fluide, dynamique, axées sur l’action et le présent.
Le point de vue de Hunt, le garçon qu’Arslan viole devant Kraftsville et son armée le soir de sa conquête, et plus ambiguë. Pris en otage et violenté pendant des années par son persécuteur, il finit par l’aimer, et cela semble parfois réciproque. Son écriture ressemble à celle de Hesse dans Le loup des steppes (est-ce un compliment ?). Elle est poétique, contemplative, très axées sur le passé… J’ai eu plus de mal avec son style. Bref, un contraste pas désagréable.

Une belle découverte donc, que je vais conseiller à mes amis lecteurs fans du genre.
Merci Denoël pour ce partenariat !

Je vais au passage utiliser ce livre pour le challenge ABC des littératures de l’imaginaire, pour la lettre E.

Arslan de M. J. Engh
Traduit par Jacques Collin
Editions Denoël, collection Lunes d’encre  – 400 pages
Paru le 9 juin 2016

IMG_0235.JPG

Un commentaire

  1. La chèvre grise

    Comme toi, j’ai beaucoup aimé toute la première partie qui questionne sur l’homme, l’humanité, la civilisation, la guerre. J’ai eu du mal par contre avec les parties racontées par Hunt, qui sont très portées par les sens et le ressenti, ce qui est totalement justifié vu son expérience. Mais du coup, ça rend le propos un peu décousu et j’ai failli lâcher prise par moment.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>