« Les Mortes-Eaux » d’Andrew Michael Hurley

mortes-eauxAu hasard des lectures des partenariats, on découvre des petites perlesLes Mortes-Eaux, premier roman d’Andrew Michael Hurley publié en 2014, en fait partie. J’ai adoré l’ambiance sombre de la campagne anglaise qui hante ces pages, totalement intemporelle, où on se doute que tout peut arriver.

En 1973, une petite congrégation de Saint Jude’s à Londres part pour plusieurs jours en pèlerinage pascal. Direction une vieille maison en pleine campagne, sur les côtes anglaises du Lancashire, au Loney.
Ces quelques jours entre eux ont entre autre pour objectif de guérir par la prière Andrew, le fils des Smith handicapé mental et muet… Cette année, contrairement aux précédentes, ils espèrent bien y arriver en l’emmenant au « Lieu Saint ». Mais leur but est aussi de se recueillir autour de la mort du père Wilfried, décédé quelques mois plus tôt dans des conditions obscures. Lui qui les avaient accompagnés dans leurs foi pendant des dizaines d’années aurait certainement aimé les savoir encore ensemble, dans cette demeure fouettée par la pluie et le vent.
Mais cette fois-ci, c’est sans compter sur la présence envahissante des villageois… et de l’ambiance plus que lugubre qui hante les lieux.

Atmosphère gothique et pesante au rendez-vous dans ce roman qui flirte, mine de rien, avec le monde fantastique.
L’approche à la première personne -le roman étant rédigé par le frère d’Andrew- est très bien vue. Dès le début on sait que le dernier pèlerinage à confronté la congrégation à une situation étrange. J’ai imaginé lesquelles, sans trop me tromper… mais c’est tout de même avec délectation que j’ai découvert la vérité !
Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est que la religion catholique telle qu’elle y est pratiquée oscille entre Dieu et Diable… voir avec des rites païen et légendes locales… Une sorcière aurait vécue pas loin d’ici. Mais un Lieu Saint, où une eau miraculeuse jaillit, se trouve aussi dans les parages.
Cette tension permanente dans la croyance se retrouve dans les dogmes imposés par le père Wilfried, très friand de punition humaine et divine, et par la mère des enfants, Momon, dont la pratique du culte vire à la manie et à la superstition. Bien et Mal se croisent, jusqu’à ne faire plus qu’un.

coup de coeurUne super découverte qui mérite bien un coup de cœur ! Le livre va commencer dès aujourd’hui son petit tour de prêt auprès de mes proches 🙂
Merci Denoël pour ce partenariat !
Au passage, j’inscris ce roman dans le challenge ABC des littératures de l’imaginaire.

Les Mortes-Eaux d’Andrew Michael Hurley
Traduit par Santiago Artozqui
Editions Denoël, collection Gothic – 384 pages
Paru le 2 mai 2016

IMG_0235.JPG

Un commentaire

  1. Ping : Challenge des littératures de l’imaginaire 2016 |

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>