« Le collier rouge » de Jean-Christophe Rufin

Le collier rougeEn voyant le mois dernier dans le métro sur de grandes affiches la couverture de ce livre, je me disais « Mais c’est quoi ce clébard avec sa tête qui ne me revient pas ? ». Il faut avouer qu’il a le même regard névrosé que feu l’épagneul de mes parents, et c’est vraiment pas entraînant voir de ça avant d’aller bosser.
Quand Folio lors du partenariat d’avril m’a proposé ce roman, j’ai du me rendre à l’évidence que c’était le destin qui me conduisait vers ce livre… Un heureux destin, même !

Été 1919, alors que la Première Guerre Mondiale vient de se terminer, le juge militaire Lantier se rend dans un petit village pour instruire le dossier de Morlac, héros de guerre. Depuis que celui ci est enfermé, son chien aboie sans discontinuer dans la rue.
Durant toute l’enquête, nous allons découvrir avec Lantier le profil du prisonnier, ses faits de guerre… ainsi que ses relations avec ce chien, qui revêt une importance essentielle dans toute son histoire.
Par l’entremise du récit de Morlac et des témoignages de ses proches et voisins, c’est tout le principe de la guerre qui est remis en cause. Mais cela sera-t-il suffisant pour le sauver ?

J’ai été vraiment emballée par ce court roman, dont je ne connaissais pas l’auteur. Bon, je viens de m’apercevoir qu’il est à l’Académie Française, et qu’il a reçu un prix Goncourt… Ce qui prouve mon total manque de culture dans le domaine de la littérature française 😀
J’ai aimé la progression du récit, avec comme question centrale : qu’est-ce que Morlac et son chien on fait de si horrible pour être emprisonné ? L’ancien soldat devra faire un travail de mémoire et d’analyse pour mettre à jour les racines de l’affaire qui l’a mené là. Le juge Lantier, aristocrate à la veille de revenir à sa vie civile, va aussi remettre en cause ses principes durant cette enquête. Ce qui est troublant, c’est que si Lantier fait tout son possible pour faire sortir le héros de guerre de sa cellule, celui-ci ne semble pas vouloir être libéré… Pourquoi ?

Pour information et pour me faire pardonner, le chien sur la photo est un vrai chien de guerre, Jacquot, décoré deux fois de la Croix de Guerre. A priori c’était un chien de liaison dont la charge était de transmettre des messages (comme un pigeon voyageur en somme). La médaille sur l’image de la couverture n’est donc pas un montage… Du coup j’ai appris un truc, j’ignorais que les chiens étaient décorés comme le hommes pour faits de guerre au début du 20ème siècle !

Le style est agréable, on a envie de tourner les pages… et beaucoup d’humanité ! Que demander de plus ?  Essai gagnant avec cet auteur… J’avais déjà repéré son livre Immortelle randonnée sur le thème du chemin de Compostelle (on aime la marche à pied à la maison ;)).

En plus ce livre me permet d’avancer un peu dans mes challenges : ça sera donc l’entrée « couleur » du Petit BAC.

petit-bac-2015

Un commentaire

  1. La chèvre grise

    Mouais, j’ai bien aimé mais sans plus. Le format est trop court à mon goût, j’aurais voulu m’attacher davantage à Lantier, en savoir plus sur lui. Et du coup, je suis frustrée. D’autant que ça met beaucoup de temps à s’installer. Mais le style est là, sur un format plus long je pense pouvoir être emportée.

    Tu me fais penser que je peux moi aussi le faire entrer dans le challenge, catégorie Objet pour le coup.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>