« La magnificence des oiseaux » de Barry Hughart

La magnificience des oiseaux

Bienvenue dans la Chine médiévale fantastique de l’univers de La magnificence des oiseaux, Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix. Je me félicite une fois de plus de mon choix pour le partenariat Folio d’octobre : ce roman m’a fait plonger dans une grande aventure où on oscille entre fantasy, contes, mythologie… et surtout une belle dose d’humour !

Alors que tout le village de Kou-Fou est en plein préparatifs de la récolte de soie sur leurs élevage de vers, tous les enfants entre 8 et 13 ans tombent gravement maladesLou You, alias Boeuf Numéro Dix, âgé de 19 ans, est envoyé à Pékin pour embaucher un sage qui pourrait les aider à découvrir l’origine de ce mal. C’est comme cela qu’il rencontre Maître Li, un vieillard alcoolique assez spécial, qui le raccompagne jusqu’à Kou-Fou. Très rapidement, Maître Li va découvrir la source de la maladie des enfants : ils ont été empoisonnés… Mais une seule chose pourra peut-être les sauver : une racine de ginseng très puissante.
Boeuf Numéro Dix et Maître Li vont parcourir la Chine sans relâche pour découvrir le remède qui permettra de sauver le village, et vivre des dizaines d’aventures palpitantes !

Outre l’univers médiéval fantasy orientale qui m’a donné une bouffée d’exotisme, j’ai adoré les personnages ! Le couple Boeuf Numéro Dix et Maître Li fonctionne de manière classique mais très efficace ! Si Boeuf Numéro Dix est un jeune homme, au coeur pur, Maître Li est un vieux renard qui passe son temps libre à picoler et à arnaquer les autres. D’ailleurs il se présente lui même comme « un sage avec un léger défaut de personnalité »… Tout un programme ! Pendant toute cette histoire, Boeuf Numéro Dix va jouer les gros bras, les jolis coeurs et devenir les jambes de Maître Li, qui est quant à lui un cerveau hors pair !
Si l’enquête vire vraiment dans le domaine du fantastique, le récit n’en est pas moins très bien construit… les pistes se mêlent, se croisent… pour un final tout en couleur !

Le style de l’auteur (et la traduction) m’ont enchanté : ce livre se lit très facilement, on rentre vite dans l’histoire, et surtout on sourit souvent aux images de l’auteur.
On retrouve aussi les schémas classiques des contes, qui finalement sembles être universels : les jeunes femmes en détresse abusées par un esprit maléfique, les méchantes marâtres, les fantômes amoureux, les savants fous, les monstres sanguinaires qui protègent de magnifiques trésors… Bref, de quoi alimenter une épopée flamboyante !

Une belle découverte donc, et je pourrai prolonger le plaisir en lisant le second tome des aventures de nos deux héros dans La légende de la Pierre. A voir en 2014 !
Merci à Folio pour ce bon moment de lecture 🙂

4 commentaires

  1. Lorhkan

    Acheté au festival des Utopiales, convaincu par toutes les critiques élogieuses qui trainent ici ou là. Ne reste plus qu’à le lire, ce qui semble se faire facilement et rapidement devant la qualité du roman !

  2. Ping : La magnificence des oiseaux, de Barry Hughart | Lorhkan et les mauvais genres

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>