« American Gods » de Neil Gaiman

American GodsJ’attendais depuis quelques mois (années ? :)) d’avoir le temps de m’attaquer à ce roman tant encensé paru en 2001… C’est maintenant une chose faite ! Connaissant un peu les œuvres de Neil Gaiman, je ne prenais pas trop de risque ;). Cet auteur est quasiment devenu un classique de la littérature américaine et fantasy !

Ombre est en prison depuis quelques années. Alors qu’il prépare sa sortie, il n’a qu’une envie : retrouver sa femme Laura et retourner travailler à la salle de musculation tenue par son ami. Mais le destin est cruel… Le jour où il doit sortir il apprend que Laura est morte dans un accident de voiture, ainsi que son ami.
Dans le voyage de retour chez lui, il rencontre un vieil homme borgne assez étrange, appelé Voyageur : il sait beaucoup de trop de choses sur lui, et surtout, le piste jusqu’à chez lui. Il veut lui proposer de travailler pour lui, maintenant que plus rien ne le retient, ni famille, ni emploi.
Ombre va signer un contrat avec Voyageur, à grand coup d’hydromel dans un bar… N’est-ce pas comme cela qu’on scelle un pacte avec un dieu comme Odin ? Ce dernier va l’amener dans la préparation d’une grande guerre entre les dieux de l’ancien monde, affaiblis aux Etats-Unis, et les nouveaux dieux, symboles du capitalisme, des mass-media…

Neil Gaiman mélange allègrement toutes les mythologies, les légendes antiques ou contemporaines, le symbolisme… On retrouve les caractères des dieux, leurs traits « modernisés »… et tout cela est très agréable ! Odin est un petit escroc, La Reine de Saba une prostitué qui absorbe ses amants, Thot et Anubis tiennent un magasin de pompe funèbre…
Les dieux vu comme des personnes qui sont rendues immortelles par les prières et sacrifices que les humains leurs offrent. L’époque et les USA étant ce qu’ils sont, les hommes sont moins dévots, et ils n’ont plus la possibilité de se régénérer ou d’avoir leur pouvoir d’antan.
Plusieurs interludes dans l’histoire principale présentent comment les dieux d’Europe, d’Afrique… se sont retrouvé expatrié dans le Nouveau-Monde, sans vraiment le vouloir ! Les vikings en sacrifiant des indiens à Odin lui ont donné corps sur ce continent, les esclaves africains ont priés les dieux vaudou à Haïti ou en Louisiane pour les protéger…

Ce roman est plein de surprises et de poésie, onirique très intelligent. Gaiman crée comme d’habitude un monde à lui en se basant sur notre univers quotidien. J’ai forcément beaucoup pensé aux comics Sandman, 1602 ou Death, au roman Neverwhere ou De bons présages (co-écrit avec Terry Pratchett) qui ont aussi ces ambiances entre surréalisme, folklore traditionnel et réalité.
On à l’impression de voyager à travers les USA avec Ombre, dans des lieux réel ou inventés. Dans tous les cas Gaiman crée une histoire fabuleuse autour de ces endroits, qui n’ont parfois rien de très sacré au premier abord. J’y vois un véritable hommage à l’entité qu’est le territoire américain, mais pas réellement à ses habitants !

Une belle découverte que je vous conseille vivement !

Et de part la nature héroïque de cette lecture (même s’il n’est pas question de super-héros) , je termine ma carte du Challenge Geek !

challenge_geek6

challenge geek

3 commentaires

  1. chinchi11a

    Je l’avais emporté dans mes bagages lors d’un périple dans l’ouest américain, ben j’ai passé plus de temps collée à mon bouquin qu’à admirer le paysage ^^ C’est assez monumental (en tout cas, mon édition fait très pavé) et une fois dedans, impossible de le lâcher.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>