« Les tribulations d’un lapin en Laponie » de Tuomas Kyrö

Les tribulation d'un lapin en LaponieEntre deux livres de SF, je me suis offert une petite pause « OVNI » avec ce roman que je dois à mon partenariat avec les éditions Folio. « OVNI », car cette histoire est vraiment pleine de surprises… Je l’avais un peu choisi par défaut, car rien ne me branchait vraiment sur la sélection estivale. Une histoire de roumains qui font la manche, c’est pas vraiment mon dada le social-realism… Mais le titre m’avait fait sourireLes tribulations d’un lapin en Laponie. Lapin-lapon, il n’en faut pas plus pour me décider ! Et grand bien m’en a pris (comme souvent en matière de lecture) ! Entre humour et absurde, envolées lyriques et slang, réalisme et fantasy, ce roman joue les grands écarts et n’est vraiment pas désagréable à lire 🙂

Vatanescu quitte sa Roumanie natale pour travailler à la solde de la mafia russe et celui qui dirige sa branche finlandaise, Iegor Kugar. Son nouveau métier ? Mendiant dans les rues d’Helsinki, pour un salaire de quelques centimes journaliers. Pas lourd pour s’offrir son rêve : une paire de chaussures de foot pour son fils resté au pays, Miklos.
Mais bientôt les circonstances vont amener Vatanescu dans un périple loufoque : meneur du putsch anti-Iegor, cueilleur de baies, ouvrier du bâtiment et j’en passe… Mais tout cela n’aurait pas été possible sans son nouvel ami, un lapin à la patte cassée, trouvé dans un parc.
Vatanescu arrivera-t-il à acheter une paire de chaussures à crampons ? Qu’adviendra-t-il du lapin ? Comment Iegor vivra-t-il son passage à tabac par un groupe d’indigents ?

Au tout début j’ai eu un peu peur donc… Le Roumain qui se vend à la mafia, la manche dans la rue, la misère des mendiants qui doivent reverser leurs bénéfices à un trafiquant… et tout cela pour une paire de chaussure de foot. Ça sentait le pathos à plein nez. Mais heureusement, au bout d’une dizaine de page tout change, comme si l’univers du roman se retrouvait retourné comme une chaussette !
J’ai eu l’impression de me retrouver dans un conte de fée, ou Vatanescu vit des aventures pas croyables dans le monde magique qu’est la Finlande, symbole ici d’une démocratie utopique où tout est possible, pour peu qu’on reste droit dans ses bottes et qu’on ait le cœur pur.

Une lecture sympa, qui nous fait réfléchir forcément sur la société occidentale, sous ces airs de fantaisie burlesque. Bref, je vous le conseille si vous avez envie de « voyager » autrement… 😉
Merci à Folio pour cette découverte !

 

3 commentaires

    • Loesha

      Le social-realism, on l’a tous les jours en bas de chez soi, autant se faire plaisir avec des romans de fantasy, se faire peur avec des histoires d’horreur… Je vois que toi aussi tu es sur le challenge Geek ! On va se croiser sur le blog d’Hilde !

  1. Ping : « Mon chat Yugoslavia » de Pajtim Statovci | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>