« Herland » de Charlotte Perkins Gilman

herlandUn petit voyage dans un pays utopique avec ce roman de Charlotte Perkins Gilman datant de 1915 : HerlandEn anglais puisque ce titre n’existe pas en français. Qu’attendez-vous messieurs et mesdames les éditeurs ? 😉
Comme souvent ces temps ci, cette lecture m’a été proposée pour mon cours Coursera sur la littérature fantasy et SF ! Pour une fois je fini un peu en avance – c’est à dire pas le mardi soir , deadline pour les essais – youpi ! 😀

Imaginez un pays où ne vivent que des femmes… Un pays légendaire situé à un emplacement secret. C’est de ce pays que trois jeunes aventuriers entendent parler un peu par hasard… Ils n’ont plus qu’une hâte, l’explorer ! Ils montent à eux trois une expédition, et prennent la route en bateau puis en aéroplane… Et bientôt il découvrent ce lieu reculé, y atterrissent et partent en quête de ce qu’il pensent être un harem au milieu de la jungle, composé de femmes mesquines, jalouses, faibles, et j’en passe. Mais ils vont vite s’apercevoir qu’il n’en est rien : tous les à priori qu’ils ont sur les femmes vont s’avérer faux. Les femmes de Herland ont bâtit un pays et de magnifiques cités, organisé leur société, fait des enfants sans l’aide des hommes, depuis longtemps disparus de ces terres… Comment nos trois mâles américains vont-ils s’intégrer ?

Une belle utopie que voilà, loin des clichés sur les peuples des Amazones ! Dans Herland, tout est joie et harmonie. Plus de guerre, une économie raisonnée, pas de dieux mais un dogme fondé sur l’amour de ses prochains, l’éradication des maladies, et un taux de natalité record… Il faut dire que l’enfant est roi (ou plutôt reine) dans ce pays où les femmes donnent vies à des filles uniquement par parthénogenèse… Tout le savoir et l’art de ces femmes est tourné vers l’éducation des futurs habitantes de Herland, pour en faire des filles encore plus intelligentes et fortes qu’elle même. Un nivellement par le haut en somme.

Nos trois héros – Terry le riche séducteur et misogyne, Jeff le chevalier servant et Van le narrateur un peu entre les deux – vont vite s’apercevoir que ces femmes sont loin des concepts féminin de leur monde, aussi évolués que soient les Etats-Unis à leur époque !
Une femme est-elle encore une femme quand elle n’a jamais été en relation avec des hommes ? La féminité devient alors humanité… et tout les à priori sont balayés ! Dans Herland les femmes ne sont pas des hommes féminisés comme les Amazones, elles ne suivent pas un modèle ou un autre. Elle sont libres d’être ce qu’elles veulent, dans le contexte de leur société. Et ça, ça fait du bien !

Une lecture intéressante car elle passe au crible tout les poncifs sur la place de la femme au début du 20ème siècle… et finalement certains ont encore la vie dure, surtout en ce qui concerne la société actuelle. It’s a man world… définitivement 🙁
Une utopie intéressante, qui ne me fait pas rêver, mais amusante intellectuellement parlant… Et qui fait réfléchir sur le statut de la femme et de l’homme dans notre monde !

coursera_logo_SF

2 commentaires

  1. Ping : « Chroniques du Pays des Mères » d’Elizabeth Vonarburg | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>