« Frankenstein » de Mary Shelley

20130630-215455.jpgEt hop, une lecture de plus pour mon cours de littérature sur Coursera, qui m’a permis de découvrir un grand classique que je n’avais bien entendu jamais lu !
Frankenstein doit être un des monstres les plus connu de la fantasy et de la science fiction… Enfin la créature de Frankenstein, puisque c’est bien le créateur qui a ce nom. Le « pauvre » monstre ne connait pas de nom… En tout cas de nom, la jeune Mary Shelley s’en est fait un en créant cette histoire en 1818 à 21 ans, récit qui oscille entre roman gothique et romantique.

Robert Walton, un jeune explorateur, entreprend une traversé en bateau du Pôle Nord quand il rencontre sur la banquise un homme seul : Victor Frankenstein, qui va lui conter son histoire.
Après une jeunesse heureuse dans les montagne de Genève, avec ses parents et sa sœur par adoption Elisabeth et son ami Henry Clerval… Victor se prend de passion pour les sciences, et part étudier en Allemagne.
Génie de son époque, il découvre rapidement les mystères de la vie, et va mettre toute son énergie à créer un être vivant. Et il y arrive ! Une créature grotesque, énorme… Qui va instantanément plonger Victor dans l’effroi : il a fait une grosse bêtise et le sent. Alors qu’il fuit son laboratoire, la créature prend aussi la poudre d’escampette… Comment Frankenstein va gérer cette crise ? Que va faire sa créature laissée à elle même ? Que faisait-il sur cette banquise ?

Une lecture très sympa malgré le côté romantique exacerbé… Que de larmoiements ! Mais en même temps on peut les comprendre… Frankenstein est très orgueilleux mais fini par comprendre qu’il est loin d’être parfait à la vue de sa création, et sa créature vit très mal le fait d’être rejetée… Ce qui va la mener aux pires extrémités ! Et la rendre finalement encore plus amère, et rendre Victor encore plus coupable. Brefs ils ne s’en sortent pas :-/

Contrairement à ce que je pensais de l’histoire, celle-ci ne se termine pas par un village qui vient tuer le monstre… Peut-être s’agit il du film dans mon imagination ?
De même, je pensais que la créature était une pauvre victime de la méchanceté de l’homme… mais en fait elle devient réellement mauvaise !

Le côté SF qui n’est pas sans rappeler les grandes histoires apocalyptiques à base de virus mal contrôlés par leurs inventeurs… Voilà un des précurseurs de ces récits !
J’ai aussi bien aimé l’ode à la nature et à la promenade qu’on retrouve tout au long du roman, et qui rappelle Rousseau et d’autres humanistes randonneurs (et je ne dis pas ça uniquement parce que je suis en vacances ;)).

Bref, un classique qui n’est pas déplaisant et rapide à lire… Si vous ne le connaissez pas je vous le conseille, surtout en ces périodes de vacances 🙂

coursera_logo_SF

Un commentaire

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>