« La cache du diable » de Dean Koontz

La cache  du diableCe roman écrit en 1992, et l’œuvre d’un auteur américain extrêmement prolifique, Dean Koontz, à qui nous devons des dizaines et des dizaines de romans dans des genres variés : SF, suspense, horreur, … Pour se permettre ce florilège de styles, il les a écrits sous une dizaine de pseudos ! Une partie de ces histoires ont été adaptées en film ou téléfilm, dont le roman dont il est question ici, sorti sous son titre original, Hideaway.
C’était donc une honte pour moi de ne pas avoir encore lu un seul roman de Dean Koontz !
C’est donc chose faite aujourd’hui, grâce au petit surplus de motivation offert par le challenge ABC !

Par cette soirée d’hiver en Californie, Hatch et Lindsey Harrisson reviennent d’un week-end lorsqu’ils sont victimes d’un tragique accident : leurs voiture quitte la route et tombe dans un ravin, pour finir dans une rivière glacéeLindsey arrive à sortir de la voiture et à extirper Hatch, inconscient, avant de se noyer ou de mourir gelée ! Malheureusement, lorsque les secours arrivent, il est trop tard : Hatch est mort !
Mais un miracle de la médecine va avoir lieu : un chirurgien talentueux, Jonas Nyebern, va réussir à le réanimer, et le faire revenir d’entre les morts ! Lindsey et Hatch prennent totalement conscience de ce cadeau du destin, et décident de croquer la vie à pleine dents…
C’est sans compter avec un nouveau coup du sort : depuis qu’il a bravé la mort, Hatch fait d’horribles cauchemars… même éveillé. C’est comme s’il était connecté à une autre personne, un être sombre et terrifiant, qui s’avère rapidement être un assassin.
Jusqu’où vont aller ces visions ? Qui est ce tueurs psychopathe qui se nomme lui même comme un prince des Enfers :Vassago ?

Autant l’avouer, le début du livre m’a un peu fait peur, car je trouvais le récit un peu mou, entre Les Thanatonautes et une histoire d’épouvante écrite par Levy, avec des personnages trop lisses et gentils, et un tueurs d’opérette trop dark pour être crédible.
Mais fort heureusement, cette impression s’est vite estompée !

La seconde partie, le cœur du roman, est beaucoup plus intéressante et vraiment intense : Vassago n’est pas un serial-killer comme les autres : il a vraiment quelque chose de maléfique, de mauvais en lui. Sa psychose fait qu’il n’éprouve aucun sentiment pour qui que ce soit, n’a peur de rien, n’a aucune limite… En tant que bon sataniste, il pense que le monde et la société dans laquelle nous vivons est une vaste supercherie, où chacun joue un rôle et fait semblant d’aimer son prochain… Par conséquent, seul le plaisir égoïste est la vérité.
Au travers son expérience ou les yeux de Hatch, on se focalise sur lui, ses sensations, ses souvenirs, ce qui l’a construit, ses premiers meurtres et ce qui le pousse à collectionner des cadavres et à les disposer dans des poses artistiques… Car Vassago n’est pas qu’un serial-killer, c’est aussi un esthète !
Le récit est rempli de rebondissements et de situations qui font froid dans le dos… Mais aussi d’humour avec le personnage de Regina, la petit fille que les Harrisson adoptent et qui n’a pas sa langue dans sa poche…
La plume de Dean Koontz passent très bien toutes ces émotions, et rend l’intrigue palpitante : même si on espère que le méchant se fera prendre, on se demande jusqu’où il va pouvoir aller dans sa folie meurtrière !

Ce qui est flagrant du début à la fin du roman, c’est le découpage du type « gentil dans la lumière » et « méchant dans l’ombre » peut paraître très manichéen… D’ailleurs ce n’est qu’un impression : il l’est clairement avec les très nombreuses références religieuses, l’opposition Ange / Démon dans tous les schémas de relations entre Vassago, Hatch et le reste du monde. Loin de rendre le roman trop lourd ou mystique, cette trame passe très bien si on joue le jeu du symbolisme.

Un bon roman donc, pour frémir et cogiter un peu, qui me donne envie de découvrir le reste de l’œuvre de cet auteur !

challenge ABC

3 commentaires

  1. Ping : Challenge ABC 2013 | geekette.fr
  2. Ping : « Avenue des Géants » de Marc Dugain | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>