« Vivants » d’Isaac Marion

Vivants

Vivants, c’est un peu le livre que j’aurai voulu écrire… Non pas que c’est le roman du siècle, mais parce qu’il y a 3 ans je me suis intéressée aux romans Harlequin et leurs diverses collections, et que je me suis dit qu’un Harlequin zombie ça serait quand même super classe … et que ça serait marrant de l’écrire 🙂
Mais bon, je n’ai pas écrit mon histoire d’amour de zombies, et Isaac Marion a en revanche édité la sienne en 2011, après avoir été débusqué sur Internet où il avait déjà écrit la trame de cette histoire (ahlala, on en trouve des choses sur le Web :)).

R. est un zombie qui erre dans un aéroport, au milieu d’un horde d’autres zombies… Une existence de grognements, air hagard, teint blafard et décomposition lente.
En allant chasser avec ses camarades zombies, R. tombe sur un petit groupe d’humains, et dévore Perry. En mangeant son cerveau, il est assaillit par les souvenirs de ce dernier, et surtout par l’image de Julie, sa petite-amie. Et cette Julie est là, dans ce groupe prêt à être exterminé ! R. sauve Julie, la cache à l’aéroport… et essaye de comprendre ce qui lui arrive.
Les pensées de Perry surgissent dans ses rêves, il devient plus loquace, et surtout Julie, la jolie jeune humaine semble ne pas avoir peur de lui… Où cette histoire va t’elle le mener, lui qui n’attend plus rien de la vie (ou de la mort, en l’occurrence) ?

Une petite lecture sympathique, dans le pur style bit-lit, mais un peu plus décalé !
R. n’est pas aussi sexy qu’un vampire… surtout il a une odeur assez prégnante. Mais l’amour va le changer : il va arrêter de manger des humains, se laver, … et on commence à avoir un beau-gosse mort-vivant 😉
Bref, on est pas loin des vampires végétariens de Twilight qui me font tant rire 😀
Mais là je ne sais pas pourquoi, l’humour et les bons sentiments qui parsèment ce roman rendent finalement ces petits clichés assez légers !

Le truc sympa dans ce roman, c’est la manière dont les zombies peuvent absorber les pensées de leur victime en mangeant leur cerveau… ça donne une dimension plus « humaine » au récit, et permet ici de switcher de la vision de R. à celle de Perry avec élégance.
Et du même coup on sort un peu de l’esprit torturé de R., zombie qui n’apprécie pas vraiment sa condition, est un peu en marge de sa horde, et regrette de ne pas se souvenir de son propre prénom, relique d’un temps révolu. Un rebelle en somme !

Le choix de l’univers zombie permet à l’auteur de se poser pas mal de questions très pertinentes, inhérent au genre même… En cette période de crise, le zombie a le vent en poupe, comme le succès de The Walking Dead le prouve ! Crise économique, guerres, extrémismes, problèmes écologiques, morosité ambiante… et ces temps de grands changements, les zombies incarnent parfaitement notre peur du monde instable dans lequel nous vivons.

Voilà, une lecture pas compliqué, qui fait passer un bon moment, même si beaucoup de scènes et la fin sont assez convenues
Pour les fans, où ceux qui voudraient découvrir l’histoire sans lire le roman, sachez qu’un film est sorti début 2013Warm Bodies, et devrait être dans les salles française en mars.

Une lecture qui me permet de valider ma lettre M pour le challenge ABC ! Ça avance, ça avance 😉

challenge ABC

5 commentaires

  1. Ping : Challenge ABC 2013 | geekette.fr
  2. Petite Fleur

    Hannn tu l’as lu avant moi ! Bon, j’ai plus qu’à suivre maintenant. Ton avis au moins ne me décourage pas. 🙂 Et si j’adhère un minimum, faudra qu’on aille se regarder le film !

  3. Ping : « Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l’amour » de S.G. Browne | geekette.fr
  4. Ping : Le tag des blogueurs lecteurs | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>