« Martiens, go home ! » de Fredric Brown

Martiens Go HomeJ’ai mis un peu de temps à me décider à relire du Fredric Brown après ma terrible déception face à son Fantôme et farfafouille !
Mais une fois de plus, challenge ABC aidant, je me suis donné un coup de pied au derrière pour m’atteler à l’ultra classique de la SF humoristique, Martiens, go home ! Pour éviter toute déconvenue, j’ai commencé à le lire sans m’attendre à grand chose… et j’ai bien fait, car j’ai finalement découvert un roman très sympa, vraiment drôle et bien écrit, et en plus intelligent 🙂

Imaginez que les Martiens soient vraiment des petits hommes verts, et qu’ils aient décidé de se téléporter sur Terre pour nous rendre la vie impossible… Un milliard de Martiens prennent ainsi d’assaut notre planète en mars 1964 ! Leur arme secrète pour détruire l’humanité : une assurance à toute épreuve, un manque de savoir vivre épique, une méchanceté sans bornes, … et en plus, ils ne mentent jamais ! Et pas de chance pour les humains, s’ils ne peuvent interférer physiquement sur nous ou nos objets, nous ne pouvons pas non plus les toucher… Face à leur violence verbale, notre violence physique est totalement inepte. Ils passent ainsi leur temps à nous épier, nous railler, divulguer nos secrets, commenter nos ébats sexuels, nous surprendre en voiture, nous amener à nous blesser, voir pire… Tout pour nous rendre fous !
Comment les humains vont bien pouvoir garder leur santé mentale face à cette apocalypse Martien ? Vont-il réussir à se débarrasser de ces parasites désespérants ? Pourquoi ces Martiens ont-ils décidé de venir chez nous ? Et pourquoi sont-ils si méchants ???

Si le concept de l’attaque d’extra-terrestre est vieux comme la SF, Fredric Brown renouvelle le genre avec humour, grâce à cette guerre psychologique désopilante. On est loin des pistolets lasers, lances-flammes, attaques bactériologiques…
Il est amusant et effrayant de voir les phases par lesquels les humains passent face au débarquement des petits hommes verts : fuite, tentatives d’amitié, attaques bêtes et méchantes… qui se soldent toutes par des échecs. Reste à assumer leur présence, en gardant plus ou moins toute sa tête !
En plus le style de Brown m’a beaucoup plus : il joue sur les effets de vocabulaire et les champs lexicaux, les styles plus ou moins sérieux, et les « Salut Toto ! » des Martiens sont vraiment hilarants à la longue 😀

Une très bonne surprise, je me suis bien amusée en lisant ce roman, et j’ai passé tout mon temps à essayer de décrypter l’énigme de leur venue… ou du moins trouver la solution pour les faire fuir !
Un livre que je conseille, fan ou non de SF… ici le côté SF est une excuse à nous plonger dans un monde qui part à la déroute, dans une crise martienne !

challenge ABC

3 commentaires

  1. Ping : Challenge ABC 2013 | geekette.fr
  2. capt everton

    Martien, go Home
    C’est un de mes livres favoris. Comment ne pas rêver que ces martiens débarquent un jour sur terre et qu’on en finissent avec l’Hypocrisie tant vis à vis de sois-même que des autres. Le monde ne serait-il pas meilleur si les hommes politiques, les guerres et les banques devenaient ineptes?

    Le pitch est très simple:
    -Un milliard de petits hommes verts débarquent, ils savent tout sur tout le monde et Ils répètent tout au monde entier.
    -Le monde s’effondre, les dirigeants ne peuvent plus mentir, et les couples également nul n’a plus d’intimité.
    -Et ces fichus martiens n’ont peur de rien, ils ridiculisent tout les hommes et femmes en les traitant de Toto et de Chouquette. Ils sont grossiers, exaspérants, et très marrants.

    Le personnage de Luc Dévereau que l’on peut considérer comme le héros est un peu « décadence et splendeur ». Cet écrivain raté va subitement avoir du succès avec des westerns ringards car le monde est devenu absurde.

    Ce livre écrit dans les années cinquante à un côté vieillot qui en renforce le charme.

    http://sfsarthe.blog.free.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>