« Les mille et une vies de Billy Milligan » de Daniel Keyes (Etat de l’Ohio)

Excellente surprise pour mon billet sur l’Ohio, pour le challenge « 50 états, 50 billets » ! En cherchant un roman se passant dans cet état, je ne pensais pas tomber sur un des ouvrage du très apprécié Daniel Keyes… Son roman Des fleurs pour Algernon doit être un de mes livre préféré, ou du moins un de ceux que je conseille très souvent autour de moi.
Je me suis donc lancée dans la lecture de son roman de 1982, Les mille et une nuit de Billy Milligan, avec un à priori positif, et je dois dire que je n’ai pas été déçue. Le pitch du livre me plaisait assez : la vie d’un homme habité par de multiples personnalités… et en plus c’est un histoire vraie ! Tout pour me fasciner et me plaire 🙂

On va donc découvrir ce qu’est et a été la vie de Billy Milligan, arrêté en 1977 pour 3 viols et vols sur des étudiantes de l’Ohio. Le voyant nier farouchement les faits, ses avocats ont un doute et le font examiner par des psychologues : Billy est  déclaré souffrant d’une maladie mentale atypique : il est habité par plusieurs personnalités, bien distinctes les unes des autres. En gros il a une enveloppe humaine, et une vingtaine de personnes qui animent son esprit successivement. Ce qui fait que quand une personnalité prend le dessus sur l’autre, cette dernière à l’impression de « perdre son temps », et souffre d’amnésie. Donc il ne se souvient pas avoir violé des jeunes femmes, alors que toutes les preuves l’accusent !
Bien entendu on va s’intéresser à l’aspect juridique, et à l’enquête de police, qui a permis de découvrir (assez rapidement) l’auteur de ces viols. Mais le cœur de l’ouvrage est dans l’analyse de la psyché de Billy, qui va permettre aux spécialistes de découvrir son « problème » et de lui faire accepter…

La construction en 3 chapitres permet de s’intéresser à l’histoire de Billy sous différents angles :
– dans le premier chapitre, on assiste à son arrestation et la découverte de sa pathologie et des 10 personnalités « connues » par lui… puis des 14 autres cachées ou indésirables. On rencontre par exemple parmi ces personne habitant son corps : Arthur le britannique intellectuel, Allen le roublard, Ragen l’homme fort d’origine yougoslave, Danny le gamin terrorisé… Certains de  ces personnages ne connaissent pas les autres, d’autres peuvent communiquer entre eux. Mais globalement, Arthur est le leader de cette « famille ». Le vrai Billy est endormi depuis son enfance pour lui éviter de souffrir, et on découvrira pourquoi… Traité dans un hôpital à Athens dans l’Ohio après son arrestation, il tentera de fusionner ces personnalités pour ne faire plus qu’un, afin de vivre une vie normale. C’est aussi à l’hôpital qu’il rencontrera l’auteur qui deviendra son biographe.
– le second chapitre retrace la vie de Billy, à la mémoire retrouvée grâce à une fusion de ses différentes personnalités.  On le suit donc de sa naissance à son arrestation et son traitement à l’hôpital. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas eu une vie facile…
– le dernier chapitre évoque une période plus sombre : son traitement pas toujours évident, puis son incarcération à Lima, prison-hôpital où les infirmiers et médecins prennent les traits de véritables bourreaux. Ici, il va régresser dans sa guérison, est se scinder en plusieurs personnalités à nouveau. Son incarcération et son traitement deviennent un enjeu politique et médiatique : Billy attire la haine des uns, la compréhension des autres… Dans cette partie, l’auteur est clairement devenu son soutien et commence à s’insurger contre le système juridique, carcéral et médical de l’état de l’Ohio. Une ouverture parfaite vers le second livre de Keyes traitant de ce cas : Les 1001 guerres de Billy Milligan, paru en 2009 (mais écrit en 1993) et traitant de son combat contre le système (roman qui n’est pas sorti aux USA d’ailleurs…)

Pour moi c’est un roman captivant : le syndrome des personnalité multiples fait forcément de Billy un personnage complexe, chose que l’auteur rend très simple par son écriture et la manière dont il a construit le roman… Finalement on est assez peu dans le pathos pur et dur, Keyes utilisant des faits parus dans les journaux, interview de Billy, de médecins, infirmiers, famille… Des personnes qui croient en sa maladie et d’autres qui pensent qu’il simule pour échapper à la prison.
Mais on a forcément un parti pris pour Milligan, qui finalement fait office de martyr de l’administration et du système judiciaire assez binaire… On tombe donc dans une profonde empathie pour les personnages, peut être au détriment des victimes ?

Quoi qu’il en soit, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, que j’ai dévoré dans le train et pendant mes vacances. Après je dois avouer qu’on est dans autre chose que Des fleurs pour Algernon, donc ça n’est pas évident que ceux qui ont craqué pour son premier roman apprécieront autant celui-ci !

Petit focus sur l’Ohio, où se déroule l’histoire du roman présenté ci-dessus…

Longtemps avant l’arrivée des Blancs, les Indiens bâtisseurs vivaient dans ces régions. Il ont construits des monuments, dont des sanctuaires et tumulus, qui sont encore visibles, quoique rare. Ces Améridiens disparaîtront, laissant place à d’autres tribus, dont les Iroquois qui donneront son nom à la région Ohi-yo’, signifiant « grande rivière ».
Se sont les Français qui colonisent les premier la région, au  18ème siècle, avant de céder la place aux Anglais. Ceux-ci la rattache à la Virginie. Après la guerre d’Indépendance et le Traité de Paris, l’Ohio rejoint les Etats-Unis en 1783. Mais il faudra attendre l’année suivante pour que la Virginie cède ces terres aux USA, pour que l’Ohio devienne vraiment un état à part entière, et 1803 pour que Colombus soit choisie pour être sa capitale.

L’Ohio de part sa situation géographique, au niveau des Grands Lacs, proche de l’Atlantique et des grandes villes de l’Est est un état assez riche : 6ème au niveau économique, grâce à l’agriculture, au pétrole…
Comme beaucoup d’états du nord des USA, les origines ethniques sont principalement européenne : allemand, irlandais, anglais, polonais, italiens…  une population très majoritairement Blanche.
Côté éducation, il est a noter que l’Ohio se trouve dans le top 5 en terme de quantité d’étudiant à l’université. La plus grande université du pays se trouve d’ailleurs dans cet état : l’Ohio State University. Ceci expliquant cela : l’Ohio est 1er en terme de qualité des bibliothèques !

Culturellement, ça n’est pas un état qui me semble avoir un caractère fort ou atypique, c’est un peu un état passe-partout : climat moyen, paysages moyens…  C’est peut être pour cela que la série à succès Glee prend place là-bas ?
Mais je suis assez injuste ! Car c’est dans l’Ohio que se trouve « le meilleurs parc d’attraction du monde », Cedar Point ! Une soixantaine d’attraction, dont les plus hautes et rapides montagnes russes au monde… Et surtout, le parc a vu le jour en 1870 ! J’étais loin de me douter que les parcs d’attractions étaient si anciens ! Et encore, ça n’est pas le parc le plus vieux, mais le second, après Lake Compounce dans le Connecticut. Outre les manèges à sensation qui voient le jour à partir des années 50, et les roller-coaster qui à chaque fois battent des records ou font sensation en terme d’innovations technologiques ; le parc est composé de marinas (on est au bord du lac Erié), hôtels, restaurants… De quoi attirer plus de 3 millions de visiteurs par an !

Bref, un état qui à l’air agréable à vivre finalement, même si au niveau touristique je n’y voit que peut d’intérêt… Je crois que si je devais m’installer aux USA, je miserais sur cet état vu la qualité de son éducation et son potentiel économique !

3 commentaires

  1. Petite Fleur

    Moi aussi, j’ai beaucoup aimé ces deux titres. Notamment dans celui-ci la façon dont le système judiciaire se heurte à la compréhension de cette maladie mentale.
    Il existe une suite à ce roman, « les mille et une guerres de BM », mais je ne l’ai pas lu.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>