« Le mythe de Cthulhu » de H. P. Lovecraft (Etat de Rhode Island)

Avec un logo come celui de mon site, je ne pouvais pas ne pas lire un jour les mythes tournant autour de Cthulhu ! Bien entendu je connaissais un peu l’histoire avant de me plonger dans ces nouvelles de Lovecraft, mais rien ne vaut l’original, n’est-ce pas ?

En fait, ce livre est un receuil de nouvelles, compilant des récits écrits entre 1919 et 1931.  On commence avec la plus connue de ses créatures dans L’appel de Cthulhu, qui se déroule en parti dans le Rhode Island, à Providence, ville chère au coeur de l’auteur, puisqu’il y naquit en 1890, et y mourut en 1937 (et hop, une entrée de plus pour le challenge « 50 états, 50 billets » au passage).
La plupart des autres nouvelles ne tournent pas autour du mythe de Cthulhu, mais font parti de son cycle d’histoires macabres…  Et toutes prennent place dans la région de Nouvelle-Angleterre, bien connue de Lovecraft.

L’appel de Cthulhu présente pour la première fois les dieux venus de l’espace, dont le « Grand Ancien« , Cthulhu, humanoïde ailé gigantesque  à la tête de pieuvre. Celui-ci vit au fond de l’océan Pacifique, enfermé dans sa cité sous-marine de R’lyeh, et attend d’être réveillé pour plonger l’humanité dans le chaos et la folie…
Dans la nouvelle, le narrateur enquête sur cette créature, d’abord circonspect sur son existence, puis effrayé par la véracité des faits ! Cthulhu communique auprès de certains humains au travers de leurs rêves. Ainsi, un artiste du Rhode Island se retrouve à le représenter dans des bas-reliefs, des parias du sud des USA l’adorent au travers une statuette ancienne, et des Eskimo chantent en son honneur la litanie bien connue : « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn » (« Dans sa demeure de R’lyeh la morte, Cthulhu rêve et attend »)… Un culte disséminé au travers le monde, dont les signes de vigueur sont bien inquiétants
Une lecture nécessaire pour comprendre l’engouement geek envers Cthulhu : outre les quelques nouvelles rédigées par Lovecraft, son éditeur August Derleth à reprit les récits, les a organisés, et continués, pour créer une véritable mythologie ! D’autres auteurs ont pris la suite, ainsi que des illustrateurs pour figurer ce monde… et dans les années 1980, un jeu de rôle basé sur cet univers a accéléré la diffusion du mythe. Depuis quelques œuvres de fictions s’en inspirant ont vu le jour, comme le film Dagon (qui malgré ses mauvaises critique m’a beaucoup plu !), Cloverfield (même si le doute demeure sur l’identité du monstre), quelques chansons dès débuts de Metallica dont Call of Ktulu

Les autres nouvelles sont aussi basée sur l’apparition de forces cosmiques, ou la puissance du rêve,… qui oscillent entre SF, fantastique et horreur. En tous cas elles tournent toujours autour de ce qu’on ne peut ni voir, ni comprendre, mais qui ont une influence souvent néfaste sur les humains qui y sont confrontés.

Dans Par-delà le mur du sommeil, le narrateur, un médecin d’asile d’aliéné, nous raconte comment un de ses patient habité par un esprit cosmique devient fou.
La tourbière hantée nous raconte comment un village entier à disparu dans une région de tourbière, hypnotisé par des créatures féériques.
La Peur qui rôde est très sombre, et a une construction qui rend le récit palpitant : le narrateur enquête sur des massacres perpétrés dans une région montagneuse de l’état de New-York. Les victimes sont retrouvées lacérées, défigurées… Au fur et a mesure, dans les régions reculées abandonnées par les villageois effrayés, le héros découvre les racines du mal. Ce récit m’a beaucoup plus, et m’a rappelé pas mal d’histoire d’horreur plus récente : les films La colline à des yeuxThe Descent, le manga Berserck, ou les romans du cycle d’Elm Heaven de Dan Simmons …
La Couleur tombée du ciel est encore plus troublant. Après la chute d’une météorite dans sa propriété, un fermier voit progressivement toutes ses plantes, arbres, animaux… se corrompre en des créatures indescriptibles, grises et friables. Un petit côté La guerre des mondes, mais en plus glauque et intimiste.
Celui qui chuchotait dans les ténèbres clos le recueil en reprenant le thème du mythe de Cthulhu, qui comme la première nouvelle tourne autour d’une enquête autour de ces anciens dieux venu de l’espace… Sauf que cette fois, le culte prend place dans le Vermont ! Le Necronomicon, ouvrage fictif souvent créé par Lovecraft est souvent cité pour donner crédit à cette mythologie. Un récit sombre, beaucoup plus SF que les autres.

Si le mythe de Cthulhu m’intrigue énormément pour plein de raisons, la nouvelle originale ne m’a pas plus emballée que ça : je trouve les autres récits du livre beaucoup plus captivants finalement ! Il y a quelque chose d’Edgar Poe, mais avec une poésie bien particulière que j’ai beaucoup aimé.
Pour le coup je vais partir à la recherche d’autres nouvelles de Lovecraft dans mes bouquineries d’occasion favorite…

 

L’état du Rhode Island est situé dans la région de la Nouvelle-Angleterre, région des yankee, composée entre autre du Maine, du Massachusset, de l’état de New-York…
Comme dans ces autres états, le Rhode Island est colonisé à l’origine par des anglais, relativement puritains…
Mais son nom ne nous vient pas d’Angleterre : c’est une référence à l’île de Rhodes, à cause de la ressemblance des côtes argileuse de ce territoire du Nouveau-Monde avec cet île grecque. Sa découverte n’est pas non plus le fait des anglais : ce sont des français qui ont exploré la région.
Quoiqu’il en soit la colonie de Rhode Island, anglaise, fera sécession avec la Grande-Bretagne en 1776 : ça sera la première des 13 colonies à le faire, et à devenir un état Américain !

Tournée vers l’océan et la vieille Europe, la région devient un fleuron de l’industrie au 19ème siècle, et attire rapidement des immigrés du Québec, d’Irlande, d’Italie, Suède, Allemagne… Ce côté très européen se ressent dans l’architecture, comme on peut le voir dans des monuments tels la synagogue Touro (premier bâtiment juif construit aux USA) ou les manoirs de Newport, d’inspiration néo-classique anglais. C’est le genre d’endroit aux Etats-Unis où on récent le poids de l’histoire, par ces référence commune avec notre propre passé.

Sa capitale, et ville la plus peuplée est Providence : lieu de naissance et de mort de Lovecraft. Si à l’époque de l’auteur c’était une ville prospère, profitant de l’ère Industrielle pour s’enrichir et grossir, elle souffre de la crise de 1929 et du déclin des industries textiles des années 20, puis devient un centre du crime organisé des années 1950 à 1980 ! Aujourd’hui la vie n’est pas particulièrement rose… 30% de sa population vit sous le seuil de pauvreté !

Voilà donc un tout petit état riche en histoire, qui mérite tout de même d’être connu, mais surtout englobé dans la grande province de la Nouvelle-Angleterre, sur laquelle je reviendrai certainement dans ce challenge 😉

4 commentaires

  1. Sofynet

    Oh là là ! plein de souvenirs de jeux de rôles pour moi, et une forte envie de lire ce que je n’ai pas lu, de relire ceux que j’ai lu…. Hop, billet ajouté !

    • Loesha

      La chance, je n’ai jamais joué à ce JDR même si je connais un peu la mythologie et le BG. En fait on s’aperçoit que Lovecraft a inspiré un maximum d’artiste contemporain… Tim Burton par exemple, je viens de voir une bande annonce pour son dernier film, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ce livre !

  2. Ping : « Le cauchemar d’Innsmouth » de H.P. Lovecraft | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>