« Les bébés de la consigne automatique » de Ryû Murakami

Voici un livre qui traînait depuis quelques mois dans ma PAL, depuis que je l’avait choisi pour 2 challenges : le challenge année de naissance (1980) et mon second tour au challenge Petit BAC (catégorie objet).

On suit l’histoire de deux jeunes hommes, depuis leur plus « tendre » enfance : Kikku et Haschi. Abandonnés par leurs mères respectives quelques heures après leurs naissances, ils sont retrouvés chacun enfermé dans une consigne à pièces en plein été. Comme beaucoup de bébés à cette époque là, ils ont été laissés dans ces consignes automatiques de grandes gare japonaises, et sont les seuls enfants survivant. Recueillis dans un orphelinat, ils deviennent amis, puis sont adoptés et élevés comme des frères par un couple vivant sur une petite île japonaise. Ils y sont heureux, mais le bonheur de cette vie n’est qu’une illusion, la cicatrice laissé par le mystère de leur naissance s’ouvre régulièrement, et chacun de deux personnage va essayer de trouver un exutoire pour la refermer. Alors qu’ils grandissent, leurs propres caractères s’affirment de plus en plus : Kikku se montre de plus en plus courageux et sportif, prenant l’ascendant sur Haschi qui est plutôt craintif, faible et timoré… Jusqu’au moment de rupture, quand Haschi va fuguer pour tenter sa chance à Tokyo

Un roman coup de poing, qui n’a pas pris une ride depuis plus de 30 ans ! Le style est peu conventionnel et l’écriture très contemporaine : dialogue se mêlant aux pensées, aux actions ou aux descriptions, changement de pronoms personnels un peu sauvages… cela donne une impression assez spéciale, comme d’être dans une rêve. Les propos sont parfois violent, souvent poétique, toujours très juste… certaines phrases, images ou idées trottent longtemps dans la tête.

La problématique centrale est quasi prémonitoire : comment les enfants de la société de l’hyper consommation du début des 90’s vont bien pouvoir vivre, sans avoir connu réellement « la faim », l’envie, le désir… Au centre de l’histoire, l’idée du chaos et de la destruction des villes et de la société au profit d’une nature sauvage ! Bref, on est en plein dans les réflexions apocalypto-écologique de ces dernières années !
Mais c’est tout de même un récit bien dans son temps, les 80’s : l’ambiance est très punk… en mode no future : une génération qui n’a pas envie d’être patiente, veut tout, tout de suite, et qui veut détruire les fondations d’une société qui les a enfantés et voudrait les soumettre à une vie rigide et sans fenêtre de liberté. Un roman très « génération x » !

D’ailleurs en parlant d’ambiance post-apocalyptique, cette lecture m’a fait penser par moment à Mad Max (79), Akira (88)… surtout dans la première moitié. Mais contrairement à ces récits de SF, Les bébés de la consigne automatique à un côté très réaliste, on y croit vraiment ! En même temps, il y a un soupçon de je ne sais quoi de bizarre qui nous plonge dans un autre monde. C’est assez troublant, cette impression de voir la société à travers ce miroir à peine déformant

Une excellente lecture, et un classique à découvrir : je ne regrette pas d’avoir étoffé ma PAL avec ce roman 😉
Et suite à cela, je pense lire à l’occasion le premier roman de Ryü Murakami : Bleu presque transparent.


2 commentaires

  1. Ping : Challenge Petit BAC, one more time ! | geekette.fr
  2. Ping : Retour sur les challenges de 2011 | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>