« Les liaisons dangereuses » de Pierre Choderlos de Laclos

En choisissant Les liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos, roman épistolaire français écrit en 1782, pour le challenge épistolaire, je ne pensais pas que je prendrais autant de plaisir dans ma lecture !
Je l’avais choisi pour la réputation sulfureuse de l’ouvrage, et les adaptations ciné qui semblaient avoir une bonne réputation au niveau du scénario… (Les liaisons dangereuses en 1988 et Valmont en 1989)
Un livre qui me semblait assez long, un genre dont auquel je ne suis pas habitué, et décrivant une époque et société que je maitrise mal en terme de référence (la France et la noblesse de la moitié du 18ème siècle)… je m’attendais à m’ennuyer ferme…
Mais en fait c’est tout le contraire, j’ai été happée par l’intrigue !

Revenons en à l’histoire : la Marquise de Merteuil, voulant se venger de Gercourt, demande à son ami et ancien amant le Vicomte de Valmont de débaucher sa future épouse, Cécile de Volanges. Cette dernière véritable ingénue de 15 ans et a été élevée au couvent et vient tout juste d’en sortir… et ne connaît rien aux mystères de l’Amour.
Valmont, libertin, est alors en train de « chasser » une jeune femme mariée la Présidente de Tourvel, fidèle et religieuse, connue pour sa grande vertu, et se fait le pari de la conquérir.
Cécile, en attendant la date du mariage arrangé par sa mère, Madame de Volange, se retrouve entre son amie la Marquise de Merteuil et un de ses suivant, le jeune Chevalier Danceny… la Marquise voit bientôt un sentiment d’amour s’animer entre les deux jeunes gens, et se dit qu’elle pourrait monter une intrigue à leur insu, toujours dans l’objectif de sa vengeance envers Gercourt…

Difficile de résumer plus loin l’histoire : les relations épistolaires entre la dizaine de personnages, les manipulateurs et leurs marionnettes, permettent de brosser un profil savoureux des protagoniste, et de monter au fur à a mesure l’intrigue et toute ses subtilités. La stratégie dans la vengeance prend différentes formes ou routes, pour arriver aux fins de la Marquise de Merteuil : faire de Cécile une véritable libertine par agents interposés, en se servant de sa naïveté.
Car toute la problématique est là : Comment nuire sans être démasqué ? Comment jouir sans que la société s’en offusque ?
On suit donc les personnages, et on s’attache tour à tour aux victimes, et parfois aux bourreaux, en prenant autant plaisir à les détester quelques lettres plus loin. On admire aussi la manière dont la Marquise et Valmont manipulent les différents acteurs de cette histoire… Au travers eux, c’est une véritable partie d’échecs qui s’engage, où les stratégies se montent avec plusieurs coups d’avance, et où leurs proches sont des pions à placer savamment.

Une belle découverte, qui m’a aussi permis de renouer avec la littérature de cet époque, à cheval entre la religion, les codes sociaux, les relations entre gens de l’aristocratie, et les intrigues qui rompent cela. Comme dans Sade, j’ai retrouvé ici la pensée des libertins qui sont non seulement des jouisseurs de la vie, mais aussi des personnes qui ont porté un regard critique sur la société et ses bonnes moeurs, et ont fait avancer la philosophie de ce siècle.
En revanche tout est suggéré dans les ce livre, ou à moitié dit, contrairement à Sade… 😉

Pour faire court et pour conclure, j’ai beaucoup aimé ! (c’est peut être mon côté « commère » qui parle ;))
De plus le livre existe en PDF et est dans le domaine public… avis aux amateurs de Kindle ou autres tablettes !

Edit : je fini par mettre le livre en « coup de coeur », état donné que je bassine tous mes collègues avec 😉

3 commentaires

    • Loesha

      Bah, il existe en PDF… entre midi et deux au bureau c’est envisageable 😀
      Surtout que le format épistolaire permet de lire tranquillement ces chapitres courts !

  1. Ping : De nouveaux challenges : Le défi 1000 et le Challenge épistolaire | geekette.fr

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>