« Beignets de tomates vertes » de Fannie Flagg

Voici un roman que j’ai choisi totalement au hasard sur Amazon, lorsque j’étais à la recherche de mon « végétal » pour le challenge Petit BAC (voir la liste ici)… à force rechercher des fruits, fleurs, légumes dans le moteur de recherche, je suis tombée sur ce livre, qui avait une bonne critique.
Je n’ai pas trop lu le pitch ou les commentaires, histoire de ne pas trop en découvrir : c’est un de mes petits plaisir, que de découvrir au fil des pages le contenu d’un roman… je trouve que ça multiplie le plaisir que l’on a à le parcourir !

Et pour une fois, j’optimise ma lecture, même si je n’aime pas utiliser un même livre pour plusieurs challenge : étant donné que je vais devoir lire entre 10 et 25 livres contenant un nom de fruit ou de légume pour le challenge fruits et légumes littéraire (voir ma liste ici), et bien Beignets de tomates vertes sera ma première lecture pour celui-ci !

Revenons au roman, écrit en 1987 par Fannie Flagg, qui a connu un tel succès aux Etats-Unis qu’elle l’a adapté en scénario pour le cinéma, en 1991 (film dans lequel elle joue… elle est aussi actrice). Il faut dire que tout les ingrédients était là au niveau de l’histoire pour avoir un best seller : une saga familiale, des références à l’Amérique « du terroir » et aux années post-crise de 1929, une certaine nostalgie de la culture culinaire, sociale, religieuse de l’époque, mais sans avoir peur de toucher à des thème plus contemporain, comme l’homosexualité, le racisme, le blue des femmes au foyer, la ménopause, etc…

Elle nous conte l’histoire d’un petit village d’Alabama, Whistle Stop situé auprès de Birmingham, en suivant la famille Blanche des  Threadgoode à partir des années 1920, et plus particulièrement Idgie, femme très charismatique dont on suivra la vie : comment elle décide de ne plus porter de jupe et de s’habiller comme un garçon, ses frasques avec ses frères et soeurs, sa rencontre avec son grand amour, Ruth, la manière dont elle va monter un café près de la voie de chemin de fer et le faire prospérer…
En parallèle nous suivons aussi la vie des employés (et amis) des Threadgoode, la famille Noire de Sypsey, leur femme de ménage et cuisinière. On a ainsi un point de vue intéressant des deux communautés.
Sur cette histoire vont se greffer plusieurs personnages et petites aventures du quotidien, en relation avec « la grande Histoire » : la guerre 39-45 qui va appeler sous ses drapeaux les jeunes hommes du village, la séparation des Blancs et de Noirs dans la vie sociale et administrative malgré des relations étroites au quotidien, l’essor du Jazz et de la ville de Birmingham, la crise de 1929 et ses ravages, le KKK…
Mais loin d’être juste une fresque familiale, quelques grands secrets sont protégés par certains habitants de la ville… où il est entre autre question d’un meurtre…

La construction du livre m’a beaucoup plu : plusieurs niveaux de narration divisés en courts chapitres, que l’on doit soit même recoller pour avoir l’histoire complète, un peu comme une réminiscence.
On suit au milieu en 1986 Ninny, pensionnaire d’une maison de retraite et fille adoptive de la famille Threadgoode, qui va conter à Evelyn, mère au foyer qui à la quarantaine, l’histoire de Whistle Stop au fur et à mesure de leurs rencontre le dimanche. Récit très subjectif, drôle, plein de petites anecdotes
L’autre niveau de narration, assez classique, nous raconte manière chronologique la vie des personnages principaux depuis les années 1919 jusqu’en 1988, qui permet de rentrer de manière plus objective dans l’histoire.
Se greffe à cela  des notes extraite du petit journal de la commune, ou encore des articles du journal de Birmingham… qui donne un côté réaliste à la vie des personnages et aux événements de leur vie, et offre une vue un peu plus en hauteur.

Autre point qui m’a enchanté dans le livre, où il est beaucoup question de nourriture : toutes les recettes évoquées dans l’histoire se retrouvent à la fin du livre ! Je trouve l’idée vraiment intéressante pour conquérir les lectrices qui comme moi ont bavée lors de l’évocation des barbecues au Whistle Stop Café, des assiettes d’haricots et beignets de tomates vertes… Miam :p
Il ne me reste plus qu’à me mettre aux fourneaux !

Le tout nous donne un roman très agréable à lire, drôle et touchant, pas trop mélo… L’époque passée à Whistle Stop à un petit goût de « c’était mieux avant », mais le roman reste plein d’espoir et de gaieté… On s’attache beaucoup au personnage, on a envie de le lire pour en savoir plus à chaque fois sur les petits ou grands événements de leur vie.
Bref, j’aime beaucoup, et je le recommande vivement !

4 commentaires

  1. Ping : Nouveaux challenges : Fruits et légumes littéraires et Année de naissance | geekette.fr
  2. Ping : Challenge Petit BAC, one more time ! | geekette.fr
  3. Mickaël

    Bonjour, est-ce que vous pourriez me dire ou vous trouvez les tomates vertes? Parce que j’ai une recette mexicaine de mon dernier voyage et j’en ai besoin, hélas je ne trouve pas… merci!

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>