« La Voie du Sabre » de Thomas Day

Voici une lecture issue du tirage au sort de notre boite magique du boulot : celle du Circle Challenge Pandora.
Rappel du challenge… Nous avons tous mis au bureau un nom de roman sur un post-it dans la boite il y a un an, et régulièrement (tous les 2 mois en moyenne), une main innocente tire un petit papier au hasard. Quelques bonnes âmes achètent en général le livre, et le font tourner entre la demi douzaine de participants réguliers (les lecteurs… il y a eu plus du double de livres proposés).
Je suis la dernière à lire La Voie du Sabre de Thomas Day, et j’y suis allée un peu à reculons : la plupart des personne l’ayant lu  ne l’ont pas apprécié. Je m’attendais donc au pire.

En fait j’ai découvert une histoire sympa, tirée des récits de la vie de Miyamoto Musashihéros médiéval nippon typique. Il a vécu entre 1584 et 1645 au Japon, et fut l’un des plus grand escrimeur de son temps. Il a participé à de nombreux combats et duel, mais à décidé sur la fin de sa vie de se concentrer sur les aspects philosophiques, religieux et artistiques de l’existence : il devient peintre et calligraphe et écrit entre autre Le traité des cinq Roues, classique de littérature sur les arts martiaux. De nombreuses légendes courent à son sujet : comment il a assommé le meilleur samouraï avec une simple rame, le fait qu’il ne se lavait jamais…

Dans La Voie du Sabre, on suit l’histoire de Nakamura Mikédi à partir de ses 12 ans, dans le domaine familiale du riche et puissant Seigneur de Guerre Nakamura Ito. Ce dernier sert l’Empereur-Dragon, qui gouverne sur tout l’Empire des Quatres Poissons-Chats. Suite à une série de duel gagnés contre les samouraïs du clan Nakamura, le rebutant et puant Miyamoto Musachi va devenir le maître du jeune Mikédi, le fils de Nakamura Ito. Son père souhaite qu’il devienne un futur shogun et celui qui engrossera la fille de l’Empereur et perpétura le nom du clan dans un lignée impériale.
Au cours de leur voyage qui durera 5 ans et doit les amener à la capitale de l’Empire, Edo, Miyamoto tentera d’apprendre à son élève de quelle manière un samouraï doit se comporter, pour finalement choisir ou non la Voie du Sabre comme mode de vie. Il devra goûter aux plaisir des la bouche et de la chair, à souffrir et à faire ses propres choix, à travailler et à comprendre les plus faibles,… pour découvrir quel destin il s’est tracé.

J’ai bien aimé ce mélange de Japon médiéval et de fantasy. On est en plein conte, où le jeune apprentis doit faire preuve de sagesse et patience pour apprendre un peu plus chaque jour… Le livre se lit rapidement ce qui est je pense un avantage pour ce genre de récit qui tient plus du mythe raconté que de la poésie. Il est aussi très bien documenté (il suffit de voir la bibliographie et la filmographie à la fin de l’ouvrage).
Bref, pas une  mauvaise lecture, face à tout ce que j’en avais entendu !

5 commentaires

    • Loesha

      En effet, plus enthousiaste 😉
      Pour Ubik, je pense passer une commande ce soir… donc attaque, on se mettra d’accord pour la date de sortie du billet (et vu le rythme de lecture sur le Challenge Pandora, je pense qu’on s’en sortira même si on le lit vers la fin)

  1. NicK

    Pour connaitre un peu l’auteur, autant dire qu’il ne fait pas dans la dentelle, autant comme auteur que dans la vie réelle. Mais c’est pourquoi je l’apprécie autant.
    Nick, fanboy. 🙂

  2. Ping : « L’o10ssée : l’odysée Folio SF en 10 nouvelles » | geekette.fr
  3. Ping : « Sept secondes pour devenir un aigle » de Thomas Day |

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>