« La ligne de front » de Manu Larcenet

Pour célébrer ce 11 novembre, une petite BD qui répondra bien à la thématique du jour : Une aventure rocambolesque de V. Van Gogh : La ligne de front par Manu Larcenet.
Cet opus est le second tome des « Aventures rocambolesque de… ». Apparemment le premier tome traiterait de Sigmund Freud.

Mais revenons à notre album…
D’abord Manu Larcenet, que j’ai découvert dans Fluide Glacial il y a quelques années maintenant (ça ne nous rajeunit pas). J’aime beaucoup son dessin et son humour décapant… et cet album ne m’a pas déçue.

Pour faire rapide, l’histoire se déroule pendant la première guerre mondiale. Les haut gradés de l’armé, loin du front, se demandent pourquoi les soldats ne sont pas plus motivés que ça à faire la guerre et font donc perdre du terrain à la France.
Afin de découvrir ce qui les perturbent à ce point sur la ligne de front, ils envoient un artiste pour croquer la réalité de la guerre, et ils choisissent Vincent Van Gogh.
Van Gogh va donc devoir prendre part à la vie des tranchées, participer à des offensives… accompagné de son général chaperon Morancet, nationaliste comme il faut.

Le duo des deux personnages opposés fonctionne bien, entre Van Gogh l’artiste maudit qui a un point de vu « éclairé » et cynique sur le monde, et le général habituellement planqué, prêt à fusiller les déserteurs, naïf et con comme il faut. J’ai adoré une de ses répliques qui résume bien le point de vu des généraux : « Il n’y a rien de bien terrible à aller au combat… des milliers d’hommes y vont chaque jour, et force est de constater que certains doivent y trouver leur compte puisqu’ils n’en reviennent pas… »

Côté dessin et couleur, rien à redire… je suis fan de son style énergique et quasi expressionniste. Tout ce qu’il faut pour traiter le sujet…

Bref, une plongée acide et cynique dans cette période très sombre de l’histoire de France, entre le monde du combat, mais aussi des arts (beaucoup de références artistiques).
Un genre d’humour que j’aime beaucoup, anachronique, surréaliste, poétique parodique, philosophique… mais qui vise toujours très juste : on ne fait pas que rire ou rire jaune, on réfléchit aussi en lisant cette BD.

2 commentaires

  1. Ping : The House Of Hearts | Travel, Design and Good Living » Blog Archive » Tag your it!

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>