« Elric, tome 2 : La Forteresse de la Perle » de Michael Moorcock

Elric 2Suite de ma découverte de cette saga classique de la fantasy, après un tome 1 lu l’an dernier, qui ne m’avait pas déplu. Et pour ne pas déroger à la règle, une entre pour le challenge des littératures de l’imaginaire !
Seul hic, je ne me souviens absolument pas de la fin du premier opus, Elric des Dragons… mais à priori, ça n’est pas handicapant.

Elric a quitté son Royaume de Melniboné et son trône, et se retrouve maintenant sur un nouveau continent, au milieu d’un désert. Alors qu’il était prêt à mourir d’inanition, il est sauvé et emmené dans la cité voisine Quarzhasaat. Mal au point et confondu avec un Voleur de Songes, il ne doit son salut qu’à une drogue mortelle qui lui permet de retrouver ses forces. Pour obtenir l’antidote a ce poison qui le dévore lentement, il doit aller à la recherche de la Perle au Cœur du Monde et la voler.

Voilà comment Elric l’albinos va se retrouver à sillonner le désert à la recherche de l’Oasis Fleur d’Argent. Monstre démoniaques, hordes d’assassins et de magiciens corrompus sont bien entendu de mise… sans oublier la jeune femme sexy qui en veut à son corps. Bref, de la fantasy très classique, voir trop !
Au milieu de tout cela un voyage dans les univers oniriques, où il est question de multiversTout ce que je n’aime pas en fantasy 🙁
J’ai fini par lire ce roman en diagonale. Trop de clichés, bien que je sois bon public habituellement…

Un gros bof pour cette suite ! Pour le moment je vais laisser tomber cette saga…

IMG_0235.JPG

 

 

 

« Un bébé pour Rosemary » d’Ira Levin

Un bébé pour RosemaryVoilà bien le genre de roman qu’on ne lit plus l’intrigue et son final, mais plutôt pour se remettre dans l’ambiance du célèbre film de Polanski, Rosemary’s Baby. J’avais mis cette lecture dans ma PAL il y a un petit moment, et le challenge ABC des littératures de l’imaginaire m’a enfin permis de me plonger dans la maternité satanique de Rosemary.

Rosemary et Guy Woodhouse emménagent dans l’immeuble de leurs rêves à New-York, le Bramford. La réputation sulfureuse du bâtiment, qui a un taux élevé de suicides, d’accidents mortels, et qui a hébergés des sorciers et des cannibales, ne les effrait pas. Pendant que Guy fait le tour des auditions pour trouver un rôle à la hauteur de son talent d’acteur, Rosemary redécore l’appartement, en rêvant d’enfants.
Le couple commence a côtoyer leurs voisins âgés et un peu bizarres, les Castevet, qui deviennent de plus en plus envahissants. C’est alors que la carrière d’acteur de Guy commence enfin à décoller, après que son concurrent le plus farouche devienne aveugle soudainement… ils vont enfin pouvoir mettre en route un bébé !
Rosemary tombe enceinte, et les Castevet et tous leurs amis deviennent un peu pressants, et sont toujours dans les parages, prêts à rendre service… Elle en est certaine, ça cache quelque chose ! Que lui veulent-ils, à elle et son enfant ?

La lecture de ce roman a été très agréable, malgré le fait que je connaissais déjà l’histoire. L’écriture d’Ira Levin, que j’avais déjà aimée dans Les femmes de Stepford et Un bonheur insoutenable, m’a encore enchantée. Les sensations, doutes, et craintes de Rosemary sont bien entendu plus détaillés que dans le film. On se plonge aussi plus dans la psychologie du personnage, tiraillé entre son rejet de sa famille religieuse, et son envie de revoir certains de ces membres, à l’approche de son accouchement… Et sans vouloir spoiler, la question de l’acceptation de sa maternité monstrueuse est aussi un point central dans l’intérêt de cette lecture.

Un bon classique à découvrir ou redécouvrir, qui a un petit côté suranné des années 60 (femmes au foyer, déco pop…), mais qui passe encore très bien aujourd’hui.

IMG_0235.JPG

« Les clans de la lune alphane » de Philip K. Dick

Ples clans de lune alphaneour la lettre D du challenge ABC des Littératures de l’imaginaire, la lecture d’un roman de Philip K. Dick s’imposait. Problème, avec cet auteur, j’oscille souvent entre l’intérêt (Le maître du Haut Château ) et l’ennui (Ubik). C’est donc avec attention que j’ai choisi Les clans de la lune alphane… de bonnes notes sur les sites littéraires, de quoi présager un bon moment de lecture.
Chuck Rittersdorf, programmateur pour la CIA, se sépare de sa femme Mary, psychologue. Celle-ci le harcèle depuis des années pour qu’il trouve un métier plus rémunérateur. Fatiguée et déçue, elle demande le divorce et compte bien le laisser sur la paille. Chuck va se retrouver à vivre dans un appartement voisin de parias de l’humanité, et surtout d’extra-terrestres. Après une tentative de suicide avortée, Chuck  va devenir ami avec un fongus de Ganymède, un alien qui lit dans les pensées. Ce dernier veut l’aider, et va le conduire sans le vouloir à changer sa vie si bien réglée.
Ainsi, Chuck va se retrouver au centre d’un conflit géo-politique entre une lune alphane et la Terre.
Il y a 25 ans, les habitants de cette lune étaient des malades mentaux exilés pour être traité loin de la Terre. Mais depuis, l’hôpital a fermé, et les malades se sont organisés en clans et en cités : les Mans (les maniaques), les Heebs (les hébéphrènes), les Pares (les paranoïaques), les Deps (les dépressifs)…
Aujourd’hui, la Terre veut récupérer cette lune… quitte à obliger ses habitants à se soigner. Pour auditer sur le bienfondé de laisser le contrôle de la lune à ses habitants, la CIA y envoit l’ex-femme de Chuck… Mary.

Cette lecture a été assez plaisante, car les univers construits par Philip K. Dick sont riches et accessibles. Voir les clans de la lune alphane évoluer est assez amusant. Chacun de ses représentants est un archétype de la maladie dont il est atteint. On se croirait parfois dans un seul et même esprit dérangé !
Au-dessus de cela, le volet thriller avec les aventures de Chuck Ritttersdorf, qui hésite entre se suicider et tuer sa femme… cette dernière pulsion va l’amener à se plonger dans les ennuis, pour notre plus grand bonheur !

Un roman de SF très dickien: une vision de la femme comme un castratrice, voir même un danger mortel. Cela sur fond de maladies mentales, dont l’écrivain n’était pas exempt : paranoïa, dépression… Justement, l’année où sort Les clans de la lune alphane, Philip K. Dick divorce pour la seconde fois, plonge dans une dépression, après avoir mal vécu sa vie de couple où il se sentait déconsidéré… Doit-on voir le roman comme une autobiographie déguisée, ou comme une catharsis ?

Une bonne lecture pour qui veut découvrir l’univers de l’auteur, et qui me réconcilie un peu avec lui !

IMG_0235.JPG

« Des rapports étranges » de Philip José Farmer

des rapports étrangesEt je continue mon tour dans ma PAL de science-fiction et fantastique, pour le challenge ABC des littératures fantastiques. Je m’attaque a un classique méconnu pour moi, Philip José Farmer, pur produit de l’âge d’or de la SF américaine. Ce recueil de 5 nouvelles écrites entre 1953 et 1960 tournent autour des rapports familiaux… mais à la sauce alien !

5 nouvelles et 4 univers distincts.
Les 2 premières, La mère et La fille, qui m’ont beaucoup plu se passent sur une planète inconnue. Une mère et son fils adulte sont les seuls survivants d’un crash de navette spatiale. Alors qu’ils explorent les environs, ils sont chacun de leur côté happé par une sorte d’énorme rocher. Il s’avère que cet amas minéral est la coquille d’une énorme créature extra-terrestre, qui utilise une cavité interne pour élever et nourrir ses petits à l’abri des risques extérieurs. Nous suivons la vie du fils humain dans un de ces aliens, et de la manière dont il va rentrer en communication avec la créature mères, et ses filles.
Dans la seconde nouvelle, on suit une de ces créatures filles, qui raconte à sa propre progéniture comment son père humain lui a appris des trucs et astuces pour survivre.
La nouvelle Le Père, ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Elle tourne beaucoup autour de la religion… et pour cause, une équipe de voyageurs voient leur navette s’écraser (encore !) sur une planète inconnue (pour changer), qui ressemble fort à l’Eden… et ou un humanoïde gigantesque avec des pouvoir mystérieux semble bien être un dieu. Est-ce « le » Dieu ? Ou un imposteur ?
La quatrième histoire Le fils narre la détention d’un marin dans les soutes d’un sous-marin d’attaque ennemi, doué d’une intelligence artificielle. Un petit côté oppressant dans ce récit qui n’est pas sans rappeler HAL de 2001, l’Odyssée de l’espace… Dans la dernière nouvelle, Le frère de ma sœur, le climat est un peu différent, dans le sens ou l’être humain en relation avec l’extra-terrestre n’a pas vraiment le beau rôle. Sur Mars, un homme part à la recherche de son équipe, qui a disparu lors d’une mission. Il se retrouve piégé dans une zone marécageuse, et est sauvé par une extra-terrestre humanoïde. Si leurs relations sont étranges, mais plutôt amicale, notre héros va finir par hésiter entre douter sur les bonnes intentions de son hôtesse ou se laisser aller à cette amitié inter-espèce. Quel penchant va-il suivre ? Un récit un peu trop en mode « découvrons les bestioles aliens » au début… mais qui s’avère être un conte sur la nature des hommes. Classique mais efficace.

La sexualité au service de l’exo-ethnologie ! Il est question de reproduction dans chacune des nouvelles, bien que le sexe soit quasi absent. La religion est en revanche assez présente… un signe de l’époque à laquelle ont été écrites ces nouvelles ? Le gros intérêt de ces nouvelles, par rapport à d’autres auteurs de  la même période, c’est le soucis du détail de Farmer sur la description biologique de ses aliens, leur mode de vie, de reproduction,  de communication, leur structure sociales…
Ses personnages sont assez curieux et intelligent, et analysent plutôt bien les situations, ce qui rend les échanges humain – extra-terrestres assez enrichissants. De plus, j’ai apprécié le style de l’auteur. Des descriptions, mais qui mettent dans l’ambiance plutôt que de nous assommer.

Bref, une bonne découverte. Je pense réitérer et placer dans ma PAL d’autre roman de Philip José Farmer !
Et mention spéciale pour la couverture érotique dans la pure tradition des années 70, qui n’a rien à voir avec le contenu du livre, bien entendu ! 😀

IMG_0235.JPG

« Arslan » de M. J. Engh

ArslanLe hasard fait parfois bien les choses. Alors que je venais de finir Morwenna, où il est pas mal question d’ouvrage de SF « classiques », je me suis penchée immédiatement sur mon partenariat Denoël tout juste reçu, Arslan. Il se trouve que c’est un des livres abondamment cité par Morwenna dans le roman de Jo Walton ! Je vais tout de suite pouvoir découvrir cette dystopie qui a tant fait cogiter l’héroïne de ma précédente lecture.

Kraftsville, Illinois. Franklin L. Bond, proviseur du collège de la ville voit débarquer les troupes armées d’un dictateur Turkmène, Arslan. Ce jeune général vient prendre possession du secteur : il a conquis l’Amérique du Nord, l’a découpée en comtés autonomes occupées par ses forces, et compte faire de Kraftsville son quartier général. Les habitants de la paisible bourgade américaine vont alors connaître ce que vivent beaucoup de populations dans les zones de guerre : viols, occupation ennemie, couvre-feu, bordels institutionnalisés, justice expéditive, interdiction de la libre circulation… En mode un peu survivaliste au début, les habitants vont devoir se passer d’essence, d’électricité, de machines, de nourriture industrielle… et revenir à la culture de plantes qui demande peu d’entretien, et à la chasse. Jour après jour, l’ombre d’Arslan plane sur la ville, et sur le monde. Quel est son plan ? Asservir ou détruire l’humanité ?

Ce qui fait la force d’Arslan, c’est qu’il est terriblement actuel. Rien ne ferait penser qu’il a été écris il y a quarante ans… il aurait pu être édité hier ! La conquête du monde par la puissance du feu et des arrangements politiques, par un dictateur mue par une passion personnelle, n’est pas sans rappeler le monde dans lequel nous vivons… Surtout quand on voit qu’Arslan vient du Moyen-Orient, et qu’il est soutenu par les Russes (communistes à l’époque) et la Chine… Comme un goût de déjà-vu.
Mais cela nous permet de nous questionner sur ce qui anime les hommes… et la guerre. Est-ce que son désir de destruction de l’humanité, pour soi-disant sauver la planète, est juste ? Pour ses fidèle oui, pour ses victimes certainement pas…
Le temps qui passe dans le roman, 16 années, montre aussi que l’homme est prêt à s’adapter à tout, même et surtout au pire.
La question est presque de se demander si on est dans de la science-fiction par moment. Outre la conquête des USA par un général venu de l’Est et la création d’un virus qui rend les femmes stériles, les situations  sont cruellement réelles. On a l’impression d’être dans de un vrai roman d’anticipation sociale par moment.

Le traitement avec deux points de vue permet de dresser un tableau assez véridique, quoique peu objectif, d’Arslan.
La vision de Franklin L. Bond, ancien proviseur, est aigre naturellement, mais assez raisonnée. Son écriture est claire et fluide, dynamique, axées sur l’action et le présent.
Le point de vue de Hunt, le garçon qu’Arslan viole devant Kraftsville et son armée le soir de sa conquête, et plus ambiguë. Pris en otage et violenté pendant des années par son persécuteur, il finit par l’aimer, et cela semble parfois réciproque. Son écriture ressemble à celle de Hesse dans Le loup des steppes (est-ce un compliment ?). Elle est poétique, contemplative, très axées sur le passé… J’ai eu plus de mal avec son style. Bref, un contraste pas désagréable.

Une belle découverte donc, que je vais conseiller à mes amis lecteurs fans du genre.
Merci Denoël pour ce partenariat !

Je vais au passage utiliser ce livre pour le challenge ABC des littératures de l’imaginaire, pour la lettre E.

Arslan de M. J. Engh
Traduit par Jacques Collin
Editions Denoël, collection Lunes d’encre  – 400 pages
Paru le 9 juin 2016

IMG_0235.JPG

« Morwenna » de Jo Walton

MorwennaPour le partenariat Folio du mois de mai, j’ai une fois de plus fais confiance à mon instinct en choisissant Morwenna, d’une auteure qui m’était inconnue, Jo Walton. Ce roman paru en 2011 étant bardé de prix (Hugo, Nebula, British fantasy…), je me suis dit que je ne devais pas trop me tromper en le choisissant…

En Angleterre, en 1979, Morwenna, dite Mori, écrit son journal. A 15 ans elle vient de quitter le Pays de Galles, pour échapper à sa mère qui est une sorcière. A cause d’elle, sa sœur jumelle Morganna a été tuée dans un accident de voiture, et elle-même se retrouve handicapée par une jambe boiteuse.
Au terme de sa fugue, elle fini chez son père, Daniel, qui les avait abandonnées à leur naissance. Celui-ci vit avec ses trois sœurs, dans un manoir anglais… Mais Mori n’y restera pas longtemps : afin de parfaire son éducation, ils l’envoient dans un pensionnat de jeune filles. Dans cette campagne anglaise où la nature a peu de place, elle ne peut pas voir autant de fées qu’au Pays de Galles… Sa seule consolation sera pour elle la lecture de roman de fantasy et de science-fiction, et la possibilité de faire de la magie pour améliorer son quotidien et se protéger de sa mère.

Je suis assez pensive face à ce roman. J’ai beaucoup aimé le style de l’auteure, et c’est avec bonheur que j’ai plongé dans le journal de Morwenna et dans l’ambiance qui s’en dégage, so british. S’immiscer dans l’intimité et les questionnements d’une adolescente fans de SF est un vrai plaisir… Mais la présence d’éléments fantastiques comme la magie et les fées dans un quotidien aussi basique est assez déroutante.

La difficulté avec ce livre, c’est de le classer… Il est mis dans la catégorie science-fiction chez l’éditeur, mais pour moi on est plutôt dans le fantastique, voir la fantasy…. Si ce n’est dans les contes de fée.
C’est très certainement là que se trouve la clé de sa lecture : au fil des notes dans le journal de Mori, la typologie du roman évolue. Elle grandit au fur et à mesure que la nature des êtres qu’elle perçoit se transforme. Les fées passent d’elfes au nom empruntés au Seigneur des Anneaux, à des fantômes ou à des êtres indeterminés. En passant de la fantasy à la science-fiction, elle se détourne du passé douloureux à un avenir plein d’espoirs.
Les références aux classiques de la fantasy et de la SF sont nombreuses. Il n’y a pas une entrée de journal où Mori n’indique pas le roman qu’elle est en train de lire, et ce qu’elle en pense. Mais cela va plus loin je pense, bien que je manque de références pour étayer ma thèse. Les situations que vit Mori semblent emprunter à des romans qu’elle apprécie ou qui la marquent… Ce qui laisse à penser que toutes les situations qu’elle vit sont des fantasmes. Voit-elle réellement des fées ? Sa mère est-elle une vilaine sorcière ? Son père est-il sous le charme de ses trois sœurs qui l’enchainent au manoir ? Est-elle une adolescente rêveuse ou carrément atteinte de schizophrénie ? Et si en tant que lectrice je ne crois pas qu’elle voit vraiment des fées, c’est que j’ai perdu la capacité de croire à la magie dans ce monde… Ce roman est presque comme un test pour nous, lecteurs.

Bref, j’ai vraiment aimé ce roman. Au point où je projette de lister les romans qui y sont cité pour essayer d’en dévoiler sa réelle nature…
C’est une lecture qui peut sembler simple au premier abord, mais qui laisse la possibilité de creuser un maximum de piste pour le comprendre. Il va me rester un moment en mémoire je pense.

Au passage, j’utilise ce roman pour la lettre W du challenge ABC des littératures de l’imaginaire.

IMG_0235.JPG

« La musique du sang » de Greg Bear

La musique du sangVoici une lecture typique de challenge : pour la lettre B du challenge des littératures de l’imaginaire, je me suis décidée à piocher dans ma PAL à rallonge en science-fiction. Avis mitigé, sur ce roman de hard SF… mais au moins, je peux rayer un livre de ma liste de livre à lire !

Chercheur en biologie dans une firme pharmaceutique de pointe en Californie, Vergil Ulam ne peut pas se résoudre à ne travailler que sur les projets de son entreprise. Pour lui, l’avenir n’est pas dans les nano-puces qui pourront soigner le corps humain, mais dans les cellules humaines transformées en micro-ordinateurs. Et ses expériences interdites marchent tellement bien qu’il arrive à créer des cellules intelligentes, des supers leucocytes, qu’il se voit contraint de s’auto-injecter pour ne pas les voir détruites lorsqu’il est licencié.
Contrairement à ce qu’il pensait, les leucocytes manipulés par ses soins survivent dans son organisme, et commencent à modifier son corps, ses goûts et envies… jusqu’à lui parler ! Devient-il fou ? Ces cellules vont-elles agir comme des virus, et tenter de se reproduire pour explorer l’univers hors de son corps ? Qu’est ce qui pourrait arrêter ces cellules intelligentes, capable d’agir de concert et de s’adapter à toutes les situations ?

Si ce pitch de départ est très alléchant, un brin branché sciences dures, mais tout de même compréhensible… il m’a semblé beaucoup moins attrayant au bout d’un moment. Un quart du livre est dédié à la découverte des cellules intelligentes, à comment Vergil va appréhender la chose, essayer d’en parler à des collègues… Ensuite, on perd de vue cet aspect mystérieux pour attaquer vraiment des concepts de hard SF qui m’ont un peu laissé de côté, tout en évoluant dans un univers très fantastiques, difficilement concevable. Seul le concept de cellule comme porteuse de mémoire de nos aieux m’a un peu fait rêver, mais n’est pas assez exploité à mon goût.
Bref, je n’ai pas vraiment apprécié les trois quart du livre
Sans être détestable, ou ennuyeux, il a manqué quelque chose pour m’emballer. Sous certains aspects, ce roman m’a rappelé L’œuf du dragon de Robert L. Forward : une plongé dans le monde de l’incroyablement petit, la découverte de civilisations là où on ne les attend pas, les tentatives de communication avec elles… Sauf que ce dernier était plus axé story-telling, accessible, et avait une touche d’humour qui manque totalement à La musique de sang.

Un roman que j’aurai du mal à conseiller, sauf aux amateurs du genre. Un avis mi-figue, mi-raisin… typique des roman qui partent super bien, et s’essouflent avant la fin. Dommage !

IMG_0235.JPG

« Les Mortes-Eaux » d’Andrew Michael Hurley

mortes-eauxAu hasard des lectures des partenariats, on découvre des petites perlesLes Mortes-Eaux, premier roman d’Andrew Michael Hurley publié en 2014, en fait partie. J’ai adoré l’ambiance sombre de la campagne anglaise qui hante ces pages, totalement intemporelle, où on se doute que tout peut arriver.

En 1973, une petite congrégation de Saint Jude’s à Londres part pour plusieurs jours en pèlerinage pascal. Direction une vieille maison en pleine campagne, sur les côtes anglaises du Lancashire, au Loney.
Ces quelques jours entre eux ont entre autre pour objectif de guérir par la prière Andrew, le fils des Smith handicapé mental et muet… Cette année, contrairement aux précédentes, ils espèrent bien y arriver en l’emmenant au « Lieu Saint ». Mais leur but est aussi de se recueillir autour de la mort du père Wilfried, décédé quelques mois plus tôt dans des conditions obscures. Lui qui les avaient accompagnés dans leurs foi pendant des dizaines d’années aurait certainement aimé les savoir encore ensemble, dans cette demeure fouettée par la pluie et le vent.
Mais cette fois-ci, c’est sans compter sur la présence envahissante des villageois… et de l’ambiance plus que lugubre qui hante les lieux.

Atmosphère gothique et pesante au rendez-vous dans ce roman qui flirte, mine de rien, avec le monde fantastique.
L’approche à la première personne -le roman étant rédigé par le frère d’Andrew- est très bien vue. Dès le début on sait que le dernier pèlerinage à confronté la congrégation à une situation étrange. J’ai imaginé lesquelles, sans trop me tromper… mais c’est tout de même avec délectation que j’ai découvert la vérité !
Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est que la religion catholique telle qu’elle y est pratiquée oscille entre Dieu et Diable… voir avec des rites païen et légendes locales… Une sorcière aurait vécue pas loin d’ici. Mais un Lieu Saint, où une eau miraculeuse jaillit, se trouve aussi dans les parages.
Cette tension permanente dans la croyance se retrouve dans les dogmes imposés par le père Wilfried, très friand de punition humaine et divine, et par la mère des enfants, Momon, dont la pratique du culte vire à la manie et à la superstition. Bien et Mal se croisent, jusqu’à ne faire plus qu’un.

coup de coeurUne super découverte qui mérite bien un coup de cœur ! Le livre va commencer dès aujourd’hui son petit tour de prêt auprès de mes proches 🙂
Merci Denoël pour ce partenariat !
Au passage, j’inscris ce roman dans le challenge ABC des littératures de l’imaginaire.

Les Mortes-Eaux d’Andrew Michael Hurley
Traduit par Santiago Artozqui
Editions Denoël, collection Gothic – 384 pages
Paru le 2 mai 2016

IMG_0235.JPG

« La Stratégie Ender » d’Orson Scott Card

La stratégie EnderS’il y a bien un classique de la science-fiction qu’il manquait à mon palmarès, c’était bien celui-ci ! Un petit coup de challenge ABC des littératures de l’imaginaire, et voilà qui est réparé.
Je dois dire que je n’ai pas été déçue par ce roman, paru en 1985, et premier d’un cycle de 6 romans… de quoi continuer à me faire plaisir dans cet univers si particulier, mêlant réel et virtuel.

Il y a 50 ans l’humanité a vaincu pour la seconde fois les armées de Doryphores, une espèce extra-terrestre très puissante. Mais pourront-ils les repousser une troisième fois ?
C’est dans ce but que l’armée recherche parmi les enfants les plus intelligents celui qui pourrait être leur sauveur, le futur commandant de la flotte humaine de défense contre cette horde alien.
Andrew dit Ender, troisième enfant de la famille Wiggin, est décelé par le colonel Graff alors qu’il n’a que 6 ans… Il est très talentueux, mais pourra-t-il faire preuve de l’aggressivité nécessaire pour exterminer l’ennemi quand le moment viendra ? C’est ce que sa formation militaire dans une base spatiale va tenter de déterminer… Et celle-ci ne se passera pas sur les bancs de l’école, ni sur un terrain d’entrainement, mais dans le monde des jeux de simulation.

Voilà qui me parle : comment les jeux de simulations, dans le monde réel ou virtuel, vont conduire Ender à devenir ou non, le héros du monde terrien libre ! Jamais le jeu n’aura été pris autant au sérieux, et c’est très bien.
Ender qui commence sa formation enfant n’en a que l’âge : il est loin d’être immature, et a une intelligence stratégique hors du commun. L’écriture d’Orson Scott Card m’a complétement fait adhérer à ce personnage, à ses craintes de devenir violent comme son frère Peter, à ses accès de fureur devant les injustices du monde des adultes, à son amour réciproque pour sa sœur Valentine… Bref, ça a été un vrai plaisir de retrouver ce personnage au fil des pages. Enfant à part, il ne cesse d’être le pion de l’armée, manipulé par l’école et par Graff, mais pour la bonne cause… celle de la survie de l’humanité. La survie du plus grand nombre mérite-t-il de mettre sous pression ainsi un individu ? Voilà bien un des axes de réflexion qu’on retrouve souvent en science-fiction, et il est ici traité avec brio en mon sens, là où d’autres le font de manière moins souple et sans émotion.
Difficile sinon de résumer et d’expliquer ce qui fait l’attrait de ce roman… peut être son humanité, pour le meilleur et pour le pire !

Une superbe découverte. J’espère avoir bientôt l’occasion de lire sa suite, La voix des morts… La fin de ce premier tome m’a laissé sur ma faim justement 😉

IMG_0235.JPG

« L’héritage impossible » de Anne B. Ragde

L'héritage impossibleMieux vaut tard que jamais… La Chèvre Grise va enfin pouvoir récupérer le troisième tome de la série de « La terre des mensonges » qu’elle m’a prêté il y a bien deux ans. Ça n’est pas que je ne voulais pas découvrir la suite et fin de la saga familiale des Neshov, mais le temps passe tellement vite entre deux sessions de challenges littéraires, de partenariats…

Après le suicide de Tor, son père, Torrun se retrouve seule à la ferme des Neshov dont elle hérite, dans un coin près de Trondheim. Elle doit non seulement s’occuper de l’élevage de porcs, mais aussi de son grand-père et de la maison. Harassée de fatigue et se sentant coupable de la mort de son géniteur, elle glisse peu à peu dans une dépression.
Est-ce que les projets de ses oncles vont lui redonner la joie de vivre ? Entre Margido qui veut créer un hangar de stockage de cercueils auprès de la ferme, ou Erlend qui souhaite bâtir une maison de vacances dans les silos à grains ? A moins que son aide à la ferme, le beau Kai Roger, finisse par la faire succomber ?

Si les deux précédents tomes n’étaient pas super gais, celui-là est encore plus plombant
Mais où est le bonheur dans ce coin de la campagne norvégienne ? Tout est terne et pesant à la ferme des Neshov… On a commencé avec les secrets de famille dans le premier roman, puis un suicide dans le second. Et là une dépression pour couronner le tout.
On comprend pourtant le ras-le-bol de Torrun, laissée seule aux rênes de l’entreprise agricole à la mort de son père, pour le plus grand soulagement de ses oncles… mais j’ai tout de même eu du mal avec le personnage dans ce tome. Déprime, alcoolisme, auto-destruction, repli sur soi… Pfff… A ne pas savoir si elle veut garder la ferme et les porcs, ou faire autre chose de la propriété… Et à se rabacher que Kai Roger essaye de la séduire que parce qu’il en veut à son héritage. Bref, lourde… On a envie de la prendre et de la secouer !
Heureusement, la vie d’Erlend l’oncle homo est là pour nous faire un peu sourire. Lui qui va bientôt être papa avec son conjoint Krumme, avec l’aide d’un couple de lesbiennes. Même Margido devient presque fun dans ce tome, alors que son métier de pompe-funèbre nous laisserait penser le contraire.

Enfin malgré cette frustration de passer à côté du happy end tant souhaité, on doit bien avouer que nous sommes face à un roman réaliste : la famille c’est bien, c’est tout ce qu’il reste quand on n’a plus rien… mais c’est aussi la source de beaucoup de déceptions.
En une année à Neshov, finalement la situation n’a pas beaucoup évoluée en terme relationnel : chacun de leur côté avant, chacun de leur côté après…

Objectivement, ce triptyque est vraiment à découvrir. Les personnages et leurs relations sont bien brossées, et les paysages donnent qu’une envie : visiter la Norvège. Quant à rencontrer ses habitants… je ne sais pas vraiment 😉